Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Agenda mars - avril 2008

 

Théâtre

Affiche, Qu’est-il arrivé à Qu’est-il arrivé à Bette Davis et Joan Crawford ?
Du 20 mars 2008 au 25 mai 2008
Théâtre des Bouffes parisiens

Bette Davis - Joan Crawford. Deux monstres. Sacrés ? Deux monstres assurément, réunis par Aldrich pour tourner « Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? ». Chevronné du 7ème art, Jean Marboeuf, a imaginé leur correspondance durant cette période. Un duo qui vire au duel. Méchamment jubilatoire. Flash back. 1961. Joan Crawford, six ans après son dernier gros succès « Johnny Guitar » et 15 après son oscar, n’est plus une jeunette. Robert Aldrich, éclectique cinéaste à succès auteur de « Vera Cruz » et « En quatrième vitesse » lui propose l’un des deux rôles de son nouveau film « Qu’est-il arrivé à Baby Jane ? ». Crawford contacte Bette Davis, la célèbre « Eve » de Mankiewicz, deux fois « oscarisée » mais il y a plus de vingt ans, pour incarner la terrifiante Jane du titre, garce démoniaque qui, par jalousie, martyrise sa sœur, brillante comédienne dont la carrière a été stoppée net par un accident qui l’a clouée dans un fauteuil roulant. Les rapports entre les « deux sacs à patates » s’avèrent houleux. « L’Insoumise » de Wyler et « La Possédée » de Curtis Bernhardt se livrent à de ravageuses joutes épistolaires...
Tous les coups sont permis
L’échange commence entre les deux comédiennes et progressivement devient trilatéral, Aldrich jouant l’arbitre. Aucune concession. Pas la moindre gentillesse qui ne soit assortie d’une vacherie. « Il faudra que je me vieillisse et m’enlaidisse » affirme Crawford avant d’ajouter que Davis est « la seule à pouvoir incarner ce personnage cruel, laid et monstrueux ». Hypocrisie de star, quand on sait que la plus âgée des deux n’était pas Davis....
On peut imaginer la jubilation pour les deux comédiennes, excellentes, à défendre ce texte de Jean Marboeuf, cinéaste génial (« Coup de sang » l’an dernier est l’un des plus beaux films de 2007) et scénariste émérite. C’est d’une méchanceté féroce doublée d’une drôlerie vacharde. La vulgarité de Bette Davis, la réaliste qui parle du cinéma, de sa partenaire, des scriptes fait écho à la verve assassine et plus subtile de Crawford adepte de l’intériorisation. Chaque faiblesse de l’une est une brèche dans laquelle s’engouffre l’autre avec une délectation parfois morbide.
Passionnante réflexion sur le star-system et ses désillusions, ce dialogue à bâtons rompus -si possible sur le dos de l’autre- où les répliques, à l’instar du patronyme de Dietrich selon Cocteau, commencent comme une caresse et se terminent comme un coup de cravache, rivalise d’audace et de sarcasme. Mais la mise en scène, brillante, qui induit sans cesse le passage d’un témoin affûté prêt à tuer (échange de la cigarette, présence permanente des deux comédiennes dans l’espace de la scène), réunit plus qu’elle n’oppose ces deux « sœurs » moins ennemies que siamoises car vouées aux mêmes gémonies d’un système encore plus diabolique que toutes les deux réunies...
Publié par Franck BORTELLE dans : http://www.ruedutheatre.info/

Texte de Jean Marboeuf
Mise en scène Didier Long
Avec Julie Marboeuf et Séverine Vincent
Décor : Jean-Michel Adam
Lumières : Laurent Béal assisté de Cyril Brunel Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz
Musique : François Peyrony - Thèmes symphoniques : Roland Vincent
les jeudis, vendredis et samedis à 19h et le dimanche à 15h. (Durée : 1h15)
Théâtre des Bouffes parisiens
4 rue Monsigny, 75002 Paris
Location : 01 42 96 92 42 ou http://www.bouffesparisiens.com
Ce spectacle a été présenté au Festival de la Correspondance de Grignan en juillet 2007.


Expositions

Camille Claudel, photo sepia Rétrospective Camille Claudel
Musée Rodin
Du mardi 15 avril 2008 au dimanche 20 juillet 2008

Le musée Rodin consacre une rétrospective exceptionnelle à Camille Claudel. Cette exposition rassemble l’essentiel de l’oeuvre de l’artiste avec plus de 80 sculptures en marbre, terre cuite, plâtre, onyx et bronze, ainsi qu’une dizaine de gravures et dessins provenant de collections publiques et privées.
Certains documents, comme la correspondance de Rodin et Camille Claudel et des photographies d’époque, complètent cet ensemble.
Cette rétrospective éclaire d’un jour nouveau le parcours artistique ponctué de chefs d’œuvres d’une artiste aujourd’hui plus connue pour sa vie privée que pour ses propres créations.
Après avoir été longtemps jugé en référence à Rodin, l’art de Camille Claudel apparaît profondément original, intense et rayonnant.

Métro Varenne
Dernière entrée : 17h15
Du mardi au dimanche de 09:30 à 17:45
Tarifs d’entrée :
Plein tarif : 7 €
Tarif réduit : 5 €

Camille Claudel 1864 1864-1943
Du 23 avril au 24 mai 2008
AU CINE 13 THEATRE

Spectacle adapté et mis en scène par Christine Farré. D’après la correspondance de Camille Claudel, les textes de Paul Claudel, Auguste Rodin, Mathias Morhardt, Octave Mirbeau, Henri AsselinSpectacle adapté et mis en scène par Christine Farré. Présenté en partenariat avec le Musée Rodin

Avec
Camille Claudel : Ivana Coppola
Auguste Rodin : Enrico Di Giovanni
Octave Mirbeau : Bernard Carrive
Henri Asselin : Bernard Montini
Paul Claudel : Pierre Remund ou
Claude-Bernard Perrot

Ce spectacle a été créé en 2004 au Théâtre Jacques Coeur à Lattes (Hérault), présenté la même année au Centre Culturel de la Clef à Paris, au Théâtre La Luna au Festival d’Avignon 2005, en octobre 2006 au Théâtre des 2 Rives à Charenton-Le-Pont, et en tournée en 2006/2007.

Sur la scène dépouillée, poussiéreuse, éclairée aux chandelles, Camille Claudel, et les hommes qui la connurent, parcourent cette vie faite de passion, de génie, de douleur, de déchirure, de folie. Camille rit, Camille sculpte, aime, déraille, s’enfonce dans la matière. Camille devient la vieille parque « aux membres raidis », l’atelier devient désert et cède la place à l’asile. Conçu d’après la correspondance de Camille Claudel et des textes de Mirbeau, Claudel, Morhardt, Asselin, Rodin, ce spectacle offre un regard sur la femme et sur l’artiste, dont le destin fut magnifique et tragique, et dont les mystères continuent de nous échapper et de nous tourmenter.

Création son de Christophe Chouet
Du 23 avril au 24 mai 2008
Du mercredi au samedi à 19h00
Dimanche à 17h30
CINE 13 THEATRE
1 Avenue Junot (18e)
(M° : Lamarck-Caulaincourt)
www.cine13-theatre.com/
Réservations : 01 42 54 15 12
Prix des places : Tarif plein 22 € / Tarif réduit 13 €
Durée du spectacle : 1h30


Lectures

« Lettre à Jimmy »...
Salon du Livre de Deauville
Le vendredi 2 mai 2008

Lecture de Correspondance dans le cadre du Salon du Livre de Deauville, du 1er au 3 mai 2008. Le vendredi 2 mai à 17 heures :
Lecture musicale par Alain Mabanckou d’extraits de son dernier livre Lettre à Jimmy et par Eugène Ebodé d’extraits de son roman Silikina et notamment de « La lettre à la fiancée »
http://www.deauville.fr/culture/ind...


Lettres et cinéma

« La Lettre au cinéma »
le 29 mai 2008 au Musée de La Poste.

Depuis octobre 2007, le Musée de La Poste développe un dispositif pédagogique et artistique « Lettres au Cinéma » en lien avec des classes des lycées Ravel et Buffon à Paris. Il s’agit pour les élèves de partir d’ateliers théoriques et d’arriver à la réalisation de courts-métrages (lettres filmées, adaptation d’une lettre du répertoire, l’objet lettre dans la fiction...).
Une journée « La Lettre au cinéma » est programmée le 29 mai 2008 au Musée de La Poste. Cette journée, destinée au public et aux lycéens, présentera les courts-métrages les plus intéressants et offrira diverses animations. La Fondation soutient la réalisation d’un film de 20 à 30 mn qui constituera le début d’une collection de lettres filmées. Réalisateur : Jean Comolli
Musée de la Poste
34 Bd de Vaugirard - 75015 PARIS
Tél : 01 42 79 24 24
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h
Fermé dimanche et jours fériés
http://www.museedelaposte.fr/


Conférences

Cycle En correspondance
Arthur Rimbaud : correspondance
8 avril 2008 Musée de La Poste

Conférence de Jean-Jacques Lefrère. (cf. FloriLettres n°89 - Arthur Rimbaud)
A travers la correspondance de Rimbaud et de ses proches, Jean-Jacques Lefrère met en lumière la vie de ce poète qui à 20 ans, son oeuvre déjà achevée, tourne définitivement le dos à la poésie et part pour vivre de nouvelles aventures en Europe et en Afrique.

Musée de la Poste
34 Bd de Vaugirard - 75015 PARIS
Tél : 01 42 79 24 24
http://www.museedelaposte.fr/
Horaire :15h
Tarif : 8 €

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite