Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > A la Une, le cérémonial des voeux

A la Une, le cérémonial des voeux

édition du 27 décembre 2000

Il y a au fond deux sortes de correspondances. Les lettres spontanées, envoyées au gré des humeurs et des envies, et les lettres qu’on se doit d’envoyer à date fixe. Les cartes de v ?ux sont de celles-ci. C’est l’occasion de renouer avec de vieux amis perdus de vue voire, d’un point de vue plus pratique, de vérifier le bon état de son carnet d’adresses. C’est une sorte d’hygiène de l’amitié. Et puis on prend de bonnes résolutions : l’année prochaine on sera gentil, on travaillera bien, on arrêtera de fumer, on ira voir sa vieille tante... La carte de v ?ux, c’est un peu cette tentation de dire "on efface tout, on recommence" en même tant que le calendrier repart à zéro. Le premier de l’An est toujours une renaissance, et c’est bien cela que signale le rituel de la carte de v ?ux. De quand date ce cérémonial ? On peut bien sûr en trouver des traces plus anciennes, mais on attribue à Sir Henry Cole (1808-1882) la création de la première carte de v ?ux gravée, en 1843. Cole, directeur du South Kensington Museum et l’un des inventeurs du design, chargea l’artiste John Calcott Horsley (1817-1903) de sa réalisation. Cette carte, sous forme de triptyque, mettait en scène trois générations d’adultes et d’enfants se gobergeant et buvant du vin, entourés d’âmes charitables (à gauche, une femme nourrit des affamés ; à droite, une autre habille une pauvresse) : elle choqua fort la Ligue Britannique pour la Tempérance...

History of Christmas Cards

La première carte de v ?ux dessinée par Horsley en 1843.

merrychristmas

L’idée eut un succès assez modeste au départ (un millier de cartes lithographiées et peintes à la main furent imprimées en 1846) mais se répandit rapidement, aidée notamment par l’invention du timbre-poste, et essaima dans le monde entier. Toutefois, tandis que dans beaucoup de pays la carte de v ?ux s’alliait à la fête de Noël, il demeure de tradition, en France, de l’envoyer en début d’année. Il est admis qu’on peut les envoyer jusqu’à la fin janvier, mais pas plus tard ! Certes, comme tous les rituels, celui-ci se perd un peu car les coutumes s’allègent comme les plats cuisinés. L’année dernière, c’est tout de même près de 100 millions de cartes qui ont été envoyées en France ? La liste des heureux élus, hier soigneusement codifiée par la hiérarchie sociale, se décide maintenant au gré de l’humeur et des connivences, réelles ou espérées. Envoyer ses v ?ux, c’est parfois aussi faire acte d’allégeance, rappeler (discrètement) une ancienne promesse, jouer de la brosse à reluire ? En fait tout est possible, car le rituel permet précisément de s’adresser, en toute politesse, à qui on n’oserait le faire sans cet aimable prétexte ! Bref, la carte de v ?ux, loin d’être un pensum ennuyeux, peut être un art subtil et plein de finesse. Sylvain Jouty