Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Le prix Wepler Fondation La Poste 2008

 

Le 11ème prix Wepler, doté par la Fondation La Poste, a été remis à Emmanuelle Pagano à la brasserie Wepler pour Les Mains gamines ( P.O.L.). La mention spéciale du jury est allée à Céline Minard pour son quatrième roman entre esthétique manga et ambiance médiévale, Bastard Battle (Léo Scheer).

Emmanuelle Pagano, prix wepler 2008

Emmanuelle Pagano, lauréate du prix Wepler Fondation La Poste 2008 (au centre), Jean-Paul Bailly, Président du Groupe La Poste et de la Fondation, Dominique Blanchecotte Déléguée Générale de la Fondation La Poste (à gauche) - Lundi 24 novembre, brasserie Wepler. (Ph. David Raynal)

Emmanuelle Pagano, Les Mains gamines Les Mains gamines est le troisième roman qu’Emmanuelle Pagano confie aux éditions P.O.L. Comme ça, à première vue, ce titre plaisant, presque charmant, semble annoncer une histoire agréable et poétique, pleine d’enfance. Et, de fait, l’enfance est présente dans ce livre et une certaine forme de poésie n’en est pas absente - une forme étrange, d’ailleurs qui, tout en évitant soigneusement la métaphore fait surgir à l’esprit du lecteur des images, des couleurs et des atmosphères souvent splendides.
Mais, en réalité, Les mains gamines racontent une histoire terrible. Celle d’une enfant qui pendant une année scolaire tout entière, en CM2, est tous les jours systématiquement violée par les garçons de sa classe - tous les garçons sauf un. Ils sont trop petits sans doute. Alors ils se serviront de leurs mains.
Aujourd’hui, le temps a passé. Elle est domestique de l’un de ses anciens tortionnaires. Elle écrit dans un carnet, elle essaie de dépasser cette histoire qui est aussi un secret collectif, elle n’y arrive pas, elle y revient toujours allant même jusqu’à suggérer à son patron d’organiser une fête avec tous les anciens de la classe...
Quatre personnages, porteurs conscients ou non de ce secret, vont tour à tour nous permettre d’en prendre la mesure. Des femmes, seulement des femmes, des femmes qui se sont tues alors qu’il aurait fallu parler, ou qui ne savent pas mais se doutent, comprennent et spécialement dans leur corps, par leur corps, que quelque chose est là tout autour qui ne peut se dire.
À travers de très habiles et très émouvants flux de conscience, Emmanuelle Pagano, à la fois révèle le secret et en décrit l’enfouissement. Elle le fait dans une langue magnifique et implacable, précise, sensuelle.
(Présentation de l’éditeur)


 Céline Minard, Prix Wepler 2008

Céline Minard, lauréate de la mention spéciale 2008 (au centre), Jean-Paul Bailly, Président du Groupe La Poste et de la Fondation (à droite)- Lundi 24 novembre, brasserie Wepler. (Ph. David Raynal)

Céline Minard, Bastard BattleCéline Minard conjugue dans ce bref roman haletant histoire réelle et fantaisie anachronique. En effet, si la bataille narrée a bel et bien existé, elle y fait intervenir des personnages tout droit sortis de mangas ou de films de sabres chinois. Ce choc historique crée un récit à la fois cruel et d’un humour constant : la surprise tétanisée des troupes du bastard de Bourbon découvrant Vipère-d’une-toise, femme les défaisant au combat ; Akira apprenant les techniques chinoises de combat aux habitants de Chaumont... Elle crée des personnages haut en couleur, que ce soit le détestable « bastard » ou l’attachant « drunken master » copiste, narrateur de l’histoire, et infléchit l’histoire dans le sens d’une revanche des opprimés : les femmes et les enfants, grâce aux techniques qui leur sont apprises, l’emportent sur la barbarie d’Aligot de Bourbon.
Entre la poésie de François Villon et des images dynamiques qui ne sont pas sans rappeler des films de sabres comme Tigre et dragon de Ang Lee ou Kill Bill de Quentin Tarantino, l’auteur crée une histoire pleine de suspens et de rebondissements, une écriture inédite qui n’est pas sans rappeler l’hybridation formelle d’un Arno Schmidt : une narration dynamique, efficace, reposant sur une langue consciente de son histoire.
Bastard Battle a fait l’objet d’une édition graphique réalisée par Fanette Mellier dans le cadre de son projet : « fictions (des livres bizarres) » (Dissonances/Pôle graphisme de Chaumont, Haute-Marne).
(Présentation de l’éditeur)

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite