Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

édito février 2009

Roland Barthes Journal et Carnets inédits

 

Roland Barthes par JRoland Barthes
© J. Bauer

Barthes, écrivain critique et sémiologue (1915-1980) s’est intéressé à la société et ses systèmes (Mythologies, Système de la mode), à l’art et la littérature, (Degré zéro de l’écriture, Sur Racine, S/Z, Fragments d’un discours amoureux, L’Obvie et l’obtus, La Chambre claire), et à l’écriture de soi (Roland Barthes par Roland Barthes, La Chambre claire).
« (...) pour moi, le Temps élimine l’émotion de la perte (je ne pleure pas), c’est tout. Pour le reste, tout est resté immobile. Car ce que j’ai perdu, ce n’est pas une Figure (la Mère), mais un être ; et pas un être, mais une qualité (une âme) : non pas l’indispensable, mais l’irremplaçable. (...) ; « On dit souvent que ce sont les peintres qui ont inventé la photographie (...) Je dis : non, ce sont les chimistes (...) la photo est littéralement une émanation du référent. (...) la photo de l’être disparu vient me toucher comme les rayons différés d’une étoile (...) », écrivait Roland Barthes dans La Chambre claire consacré à l’image photographique et à la mort, qui renouvelle les rapports entre théorie et romanesque, et se fait l’écho d’une période douloureuse pour l’auteur. Pendant qu’il écrivait ce livre, entre avril et juin 1979, il tenait un Journal commencé le 26 octobre 1977, au lendemain de la mort de sa mère. Inédites jusqu’à ce jour, les nombreuses fiches qui composent ce Journal de deuil (Seuil/Imec, février 2009) expriment l’insurmontable chagrin qui ne s’use pas. Texte fragmentaire et raréfaction de l’écriture ; Barthes note parfois une seule phrase dans une journée. « On ne lit pas ici un livre achevé par son auteur, mais l’hypothèse d’un livre désiré par lui, qui contribue à l’élaboration de son œuvre et, à ce titre, l’éclaire. » prévient Nathalie Léger qui a établi et annoté l’édition. En même temps que le Journal, Carnets du voyage en Chine paraît chez Christian Bourgois, présenté par Anne Herschberg Pierrot. Au printemps 1974, Barthes et ses compagnons de route de la revue Tel Quel acceptent une invitation de l’ambassade de Chine pour une tournée d’un mois dans l’empire du Milieu. Au programme : visites fastidieuses d’usines et de communes populaires, Grande Muraille, tombeau des Han, restaurants et opéras à la gloire du Parti... Le voyage n’est pour Barthes qu’ennui et déception.

Nathalie Jungerman

FloriLettres n°102 téléchargeable au format pdf

Écrire c’est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l’écrivain, par un dernier suspens, s’abstient de répondre. La réponse, c’est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté ; mais comme histoire, langage et liberté changent infiniment, la réponse du monde à l’écrivain est infinie : on ne cesse jamais de répondre à ce qui a été écrit hors de toute réponse : affirmés, puis mis en rivalité, puis remplacés, les sens passent, la question demeure. Roland Barthes, Sur Racine. (Seuil, 1979, page 7)

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite