Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Agenda septembre 2009

 

Appel à contribution

Paroles de Lettres
Un appel à tous les français à partir du 15 septembre

Label émotion de la lettre Nous gardons tous dans nos trésors des lettres auxquelles nous tenons plus que tout... Pour leur émotion, pour leur gravité, pour leur drôlerie, pour la vie et pour les souvenirs qu’elles immortalisent...
Afin de mieux partager l’émotion du courrier, La Poste et Jean-Pierre Guéno publieront les plus belles lettres des particuliers et des postiers pour les immortaliser et pour transmettre l’histoire et la parole de ceux qui les ont écrites.

Envoyez les plus belles lettres et les plus belles histoires de lettres qui peuplent vos archives ou votre imagination avant le 30 novembre 2009 à :

« PAROLES DE LETTRES »
BP 109
75363 PARIS CEDEX 08
ou par mail à jpgueno@wanadoo.fr

Les florilèges et les anthologies de correspondances de personnages célèbres rencontrent de grands succès d’édition. Mais personne n’a jamais publié jusqu’à présent les plus belles lettres des français.

12 ans après Paroles de poilus et à l’occasion de son douzième titre à paraître en octobre 2010, la collection « Paroles de » créée par Jean-Pierre Guéno va s’étoffer d’un nouveau recueil de lettres qui célèbrera les correspondances des particuliers, et les trésors de l’épistolaire.

Plus que jamais, à l’aube du XXIème siècle, à l’ère du mariage de l’écran et du papier, à l’ère du jetable et de l’éphémère, la lettre, qu’elle soit manuscrite ou numérique, est un vecteur incomparable de communication riche et pérenne, de communion autour de la langue française, de partage d’émotion, de transmission, et de renforcement du lien social.

Il était donc logique que La Poste et sa Direction du Courrier s’associent à Paroles de Lettres dans le cadre de leur programme « Partageons l’émotion du courrier ».


Lecture

Correspondance Nelly Kaplan-André Pieyre de Mandiargues
Lecture par Michael Lonsdale et Nelly Kaplan
Auditorium du Siège du Groupe La Poste
Le 21 septembre à 20 heures

Nelly Kaplan, correspondance avec André Pieyre de Mandiargues A l’occasion de la parution du livre de Nelly Kaplan publié aux Editions Taillandier avec le soutien de la Fondation La Poste « Ecris-moi tes hauts faits et tes crimes... », Correspondance Nelly Kaplan - André Pieyre de Mandiargues (1962-1991)

(Sur invitation)

Siège du Groupe La Poste
44, boulevard de Vaugirard
75015 Paris

Nelly Kaplan rencontre André Pieyre Mandiargues en 1961 lors de la projection de son film sur Gustave Moreau. Débute alors entre le poète et la cinéaste une amitié amoureuse, où l’humour rivalise avec l’érotisme comme en témoigne leur joyeuse correspondance échangée pendant trois décennies. Leurs missives, leurs cartes postales suivent leurs voyages, la cinéaste écrit de Cannes ou de Venise où sont montrés ses films, de Rome où elle prépare le tournage de Cyrano et d’Artagnan d’Abel Gance. Elle le gratifie d’un Cher enfant, lui la surnomme ma panthère, Lady N, Nellita ou Milady et ne manque jamais de mettre en valeur son pouvoir de séduction « petit A. serait aux anges de revoir ta beauté satanique et le feu d’enfer qui luit au-dessus des émeraudes jumelles dont tu te sers pour aveugler tes imprudentes victimes... » Éd. Tallandier, La Bibliothèque d’Évelyne Lever, 96 p, 15 €. Elisabeth Miso (FloriLettres, mai 2009)


« Cher amour » de Bernard Giraudeau
Lecture par l’auteur
Le lundi 28 septembre 2009 à 19 heures précises

Bernard Giraudeau, Cher amour, lecture 28sept09 Exceptionnellement la soirée débute à 19h !
Réservation au 06 12 72 55 36
Participation aux frais : 10 euros, étudiants 5 euros (caisse ouverte à partir de 18heures à la librairie Tschann).
Pour les membres entrée libre. Avec le concours de la DRAC Ile de France, du Centre national du livre de la Ville de Paris, de Columbia University Paris-Reid-Hall. Remerciements à la Brasserie Fernand.

Tschann Librairie - 125 boulevard du Montparnasse 75006 Paris

La lecture a lieu à Reid Hall - 4 rue de Chevreuse - 75006 Paris
http://www.textes-etvoix.asso.fr/

Nadine Eghels - Tschann librairie - Les éditions Métailié


Festivals

Les Correspondances Manosque - La Poste 11e édition
Du 23 au 27 septembre 2009

LA LETTRE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE

Affiche Manosque 2009 Chaque année, depuis plus de dix ans, Manosque accueille le premier rendez-vous de la rentrée littéraire. Dans la douceur provençale de l’arrière-saison, le festival des Correspondances propose un panorama exigeant de la littérature contemporaine auquel le ministère de la culture et de la communication, par l’intermédiaire de la Direction régionale des affaires culturelles et du Centre national du livre, apporte son soutien.
Cette année encore, son programme, fidèle à la philosophie qui fut son inspiratrice, multiplie les rencontres entre artistes et croise les formes esthétiques. Révélés par la chanson, la performance, les percussions ou l’illustration graphique, les mots s’accompagnent de musique et s’émancipent de leur support de papier. À l’occasion de cette onzième édition, le CNL vous invite à découvrir certains des auteurs qu’il a aidés : lancé sur la piste mongole, abandonné aux transes de l’Extrême-Orient, vous pourrezvous laisser bercer par les accents chamaniques de la prose de Christian Garcin ou bien leur préférer, avec Wendy Guerra, la sombre sensualité de la révolution cubaine. Vous aurez tout loisir de compléter ce périple aventurier par une plongée intime dans la profondeur de l’âme humaine : celle d’un homme mélancolique et dépossédé de lui-même dans Personne, le roman abécédaire que Gwenaëlle Aubry consacre à son père, ou celles de trois résistantes sublimes à l’oppression ordinaire dans le dernier roman de Marie NDiaye, qui a reçu cette année la prestigieuse bourse Jean Gattégno décernée par le CNL.
La place de l’Hôtel-de-Ville accueillera dans son écrin naturel jeunes écrivains à découvrir et auteurs confirmés. Les rues de Manosque serviront de laboratoire à ciel ouvert aux rencontres des arts et des lettres et offriront leur paisible dédale aux amoureux de ces dialogues. Je formule tous mes souhaits de réussite à cette nouvelle édition du festival des Correspondances de Manosque qui, au point de rencontre de l’été et de l’automne, sait capter l’air du temps et porter haut les couleurs de la littérature contemporaine.
Nicolas Georges, Président par intérim du Centre national du livre
François Brouat, Directeur régional des affaires culturelles Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Pour la onzième année, durant cinq jours et quatre nuits, Manosque offre à la littérature sa plus belle scène

ÉCRIVAINS EN LECTURES, PERFORMANCES ET CAFÉS LITTÉRAIRES Gwenaëlle Aubry, François Beaune, Arno Bertina & Ludovic Michaux, Alain Blottière, David Boratav, David Bosc, Claudine Galea, Christian Garcin, Brigitte Giraud (& Fabio Viscogliosi), Iegor Gran, Wendy Guerra (& sa traductrice Marianne Millon), Thierry Guitard & Miriana Mislov, Yannick Haenel, Thierry Hesse, Fabrice Humbert, Marie-Hélène Lafon, Anne Luthaud, Robert Mac Liam Wilson, Laurent Mauvignier, Vincent Message, Pascal Morin, Marie NDiaye, Véronique Ovaldé, Jean-Marc Parisis, Oxmo Puccino, Pascal Quignard, Noëlle Revaz, Lydie Salvayre (& Bruno Chevillon), Sarah Streliski, Stéphane Velut, Anne Wiazemsky...

LECTURES SPECTACLES Laver les ombres de Jeanne Benameur par la Compagnie Karine Saporta
Marguerite Yourcenar & Constantin Cavafy en correspondancepar Nicole Garcia & Polydoros Vogiatzis
Lettres à Génica, la folie d’amour d’Antonin Artaud par Carole Bouquet
Bonjour minuit de Jean Rhys par Dominique Reymond Lettre d’une inconnue de Stefan Zweig par Natalie Dessay

CONCERTS LITTÉRAIRES 15 lettres chantées, Dick Annegarn
Extraits d’amour, Daphné
La Funghimiracolette, Barbara Carlotti & Olivier Mellano Carte blanche à Clarika

RENSEIGNEMENTS Les Correspondances Hôtel Voland, 5 rue Voland, 04 100 Manosque
(11 place de l’Hôtel-de-Ville durant le festival)
04 92 75 67 83 - contact@correspondances-manosque.org http://www.correspondances-manosque.org -> le programme 2009

BILLETTERIE
Manosque Office de tourisme > 04 92 72 16 00
Marseille espaceculture > 04 96 11 04 61 http://www.espaceculture.net


Cafés littéraires de Montélimar - 14ème édition
Du jeudi 1er au dimanche 4 octobre

Affiche cafés littéraires Montélimar Offrir une manifestation conviviale, s’adressant au plus grand nombre, tout en visant la qualité : telle est, depuis 1996, l’ambition de l’association « Cafés Littéraires de Montélimar ».

Avec une programmation éclectique, la manifestation propose d’appréhender chaque année l’univers d’une vingtaine d’auteurs, à travers des rencontres dans les cafés, des tables rondes, des lectures. Autant d’occasions de donner la parole aux écrivains et de susciter autour des livres, échanges d’idées et débats avec le public.

À côté de ces temps forts, des animations gratuites pour petits et grands sont programmées, donnant à la manifestation son caractère populaire et festif.

Pendant quatre jours, Montélimar et ses environs vivent au rythme des cafés littéraires.
Les rencontres ont lieu dans toute la ville de Montélimar, ainsi que dans les cafés et bibliothèques des communes environnantes, en Drôme et en Ardèche. Point de départ du parcours à Montélimar : le Village des cafés, le chapiteau-librairie installé sur le parvis de la Médiathèque, face au théâtre et à proximité de la Mairie.

Cafés Littéraires de Montélimar
12 rue du Château - 26200 Montélimar http://www.lescafeslitteraires.fr/


Festival d’Aix-en-Provence
Production Académie 2009

Chaque année, l’Académie produit un opéra programmé dans le cadre du Festival. Après - en autres - Le Retour d’Ulysse de Monteverdi, La Petite Renarde Rusée de Janacek, Didon et Enée de Purcell et L’Infedeltà Delusa de Haydn, l’Académie 2009 a présenté en juillet dernier Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach sous la direction musicale d’Alain Altinoglu avec une mise en scène d’Yves Beaunesne.
La production sera ensuite reprise en tournée lors de la saison 2009 - 2010.

Orphée aux Enfers - Jacques Offenbach (1819 - 1880)

Version originale : Opéra bouffe en 2 actes et 4 tableaux _ - Livret d’Hector Crémieux et Ludovic Halévy
Création : Paris, Théâtre des Bouffes-Parisiens, le 21 octobre 1858
Version définitive : Opéra-féerie en 4 actes et 12 tableaux - Création : Paris, Théâtre de la Gaîté, 7 février 1874

Durée : 2h30 (entracte inclus)
Éditeur : Offenbach edition Keck (OEK) http://www.festival-aix.com/

En partenariat avec la Fondation La Poste et en collaboration avec les éditions Actes Sud, le Festival d’Aix-en-Provence et son Académie européenne de musique qui ont retenu pour 2009 le mythe d’Orphée, ont publié un livre-carnet sur ce thème littéraire et musical par excellence.

Visages d’Orphée Des textes courts sur le mythe d’Orphée, écrits par des auteurs et des personnalités artistiques (musiciens, metteurs en scène, cinéastes) dont Kiarostami, Erri de Luca, Olivier Py, Laurent Gaudé ont été rassemblés dans ce petit livre intitulé Visages et métamorphones d’Orphée.

Le Festival d’Aix-en-Provence a également invité les lecteurs de FloriLettres à s’emparer de ce thème en écrivant un texte de 2 pages. Une occasion de faire partager sa vision personnelle, le souvenir, l’anecdote ou la réflexion que le mythe d’Orphée peut susciter.

C’est le texte d’Olivier WALTER (internaute FloriLettres) qui a été choisi pour figurer dans l’ouvrage :

Orphée...

Ton nom en dit déjà long sur qui tu es. Dans le langage des oiseaux, tu serais la lumière de l’or et la magie subtile de la fée...
Homère et Hésiode narrent à demi-ton dans leurs récits l’énigme de la Toison d’or à laquelle s’agrège ton image. De Jason le compagnon d’armes ou de lyre, devrait-on dire, tu sus déjà sous le soleil de la mer Ionienne et de la mer Egée faire vibrer la corde de ton Art. Les rochers des Symplégades reculèrent au son de ta voix, et la mélopée tentatrice du chant des Sirènes se brisa sur les cordes de ta lyre... Tu sauvas les marins d’un funeste destin et permit à Jason de vaincre le monstre chtonien qui gardait la Toison. Oui, c’est sous l’effluve de ton chant que le héros se surpassa...
Et loin de tout repère temporel, ton nom s’élève dans les nues dès lors que la musique protège le monde de son insigne ignorance... Orphée « le ténébreux », Orphée « le lumineux », quel mystère accole à ton aura une couronne d’épines et de fleurs ? Dans l’imaginaire de l’Artiste qui crée le monde quand il le rêve, tu es un être double : sur ton front se condensent la lumière d’Apollon et la sombre démesure de Dionysos.
L’Orphée solitaire nourri du son cosmique devient l’Orphée des passions et des affres humaines. Sur la pointe de ton art se nouent l’incomparable beauté et la vertigineuse plongée dans les abîmes. Et si se rallient à toi les rochers, les arbres et les tigres, l’éternel Féminin n’en demeure pas moins proche. Ta musique est un charme, un onguent, un sortilège peut-être... Sur tes traits se lit le reflet d’une onde insondable. Qui es-tu ?
N’est-ce point l’Innocence qui te porte et transfigure ton sourire et ta voix ? Car enfin, plus qu’un dieu ou demi-dieu, n’es-tu pas épiphanie d’une Image qui se dissout si tôt créée, et laisse dans son sillon un son ineffable ? C’est ta présence qui fait vibrer le caillou, la plante, l’animal et l’Homme dans la perfection de sa forme. Ta Geste ne s’apparente guère à l’habileté du démiurge. Tu es la musique de la Terre avec ses accents primitifs parce qu’en toi rayonne l’harmonie céleste. Orphée le double, Orphée l’indéfini...
Et si l’éternelle Eurydice subit la morsure du serpent, est-ce le fait de ta négligence ou prétexte à la transcendance ? Es-tu la cause de l’appétence d’un berger ou es-tu tout entier voué à la Musique des sphères ? Qui a affronté les dangers aux côtés des Argonautes ne craint guère Cerbère, Pluton et Proserpine ! Et dans ton cortège de folle joie, dans ton cortège sylvestre et solaire, tu descends visiter l’Ombre confiant, parce que tu aimes la musique à travers l’aimée ; tu affrontes le gardien des Enfers et le couple infernal des Ténèbres avec un cœur magnanime, parce que tu habites la douceur inaliénable de la musique...
Si tu te retournes sur l’éternelle amante, ce n’est point par impatience, perversion ou faiblesse d’esprit. Non ! Tu fais volte face parce qu’Eurydice est devant toi, parce qu’Eurydice est devenue en toi musique... Et l’égérie d’une respiration ne saurait survivre à cette mort prématurée du corps. C’est dans les veines et le sang de tes accords qu’elle devient immortelle ! Et c’est l’Harmonie, la Mélodie, le Rythme universels qui, dans les traits impassibles du sacrifice annoncent ta propre mort pour que vive la musique.
Et tu poursuis égal ta route étoilée sous la menace des Ménades... Que valent tes membres et ton sang sous la colère aveugle et les dents acérées de la Furie avide de bruit ? Tu le sais ! Ta tête décapitée et ta lyre sur le fleuve sont l’essence de ton chant. Et dans l’offrande consentie, ta lumière se fait chair et ton souffle substance. Tu es le son pur, et on ne saurait déchiqueter la Musique éternelle.
C’est ce que tu nous murmures, Orphée, par-delà le temps et l’espace.

Olivier WALTER


Théâtre

Bien des choses
Du 10 septembre au 31 octobre 2009
La Pépinière Théâtre

Affiche Bien des choses C’est l’été. Les Rouchon écrivent aux Brochon et réciproquement. Dans ces lettres du front de la société des loisirs, François Morel en « moqueur mélancomique » s’amuse avec un humour souvent tendre, parfois mordant, de ce besoin irrépressible de changer de décor. Avec Olivier Saladin.

« Les Rouchon* écrivent aux Brochon** mais quelquefois aussi les Brochon qui ne veulent pas être en reste écrivent aux Rouchon. Cela donne une correspondance abondante, volumineuse, fourmillante, postée de partout, de Venise, de Caracas, de Colombey les deux Eglises... Chez soi, on rêve de croisières, d’azur et de palmiers. Là-bas, si loin, on a la nostalgie de ses chaussons. Les points de vue se mêlent aux images du monde. Bien sûr, les clichés se trouvent souvent de chaque côté de la carte mais le goût de l’ailleurs reste intact. L’aventure qui se trouve parfois au coin de la rue ne peut être partout en même temps ». François Morel
*Roger et Madeleine
**Robert et Janine

Avec François Morel et Olivier Saladin

Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 19H00.
Tarifs : 17-32 € tarif plein ou 17-25 € tarif adhérent

Pépinière Théâtre
7 rue Louis Le Grand, 75002 Paris
Métro : Opéra ou Pyramide
Bus : 68, 95, 27, 21 Arrêt Opéra
Parking : Marché Saint Honoré, Place Vendôme


Lettres à...
Du 23 septembre au 26 octobre
à Paris, Pont-Audemer, Aurillac, Falaise...

Un spectacle présenté par la FNG & La Piccola Compagnie

affiche Lettres à « Lettres à... » ce sont d’abord de vieux auteurs, des personnes âgées qui ont écrit depuis 2001 dans le cadre d’un concours épistolaire organisé par la Fondation Nationale de Gérontologie.
« Lettres à... » c’est ensuite une rencontre. Entre certaines de ces lettres et de jeunes comédiens qui y découvrent ces vieux auteurs, ces vieilles personnes qui n’ont peur ni des émotions ni des coups de gueule, qui se refusent à laisser la tristesse ou le rire, l’utopie ou la nostalgie, la pensée de la mort ou le reflet du sourire d’un enfant... être l’apanage d’une génération. Des jeunes comédiens qui souhaitent alors, à ces lettres, prêter leur voix, leur corps, leur jeu, pour nous les transmettre en chair et en os, dans l’espace-temps d’un spectacle.
« Lettres à... » c’est aussi en chair, en os et en musique. Un musicien compositeur, qui a rejoint ces comédiens et leurs auteurs, et qui chemine à leur côté. En improvisateur, en poète, en offrant aux mots et aux histoires la résonance qu’offre la musique quand elle sait ne pas s’opposer au silence, ne pas s’imposer, juste accompagner, vibrer, évoquer, quitter le lieu, changer de temps.
« Lettres à... » c’est enfin, à travers le filtre du théâtre, découvrir ou retrouver la parole des vieilles personnes, entendre ce qu’elles nous disent, au présent, de la manière dont le passé nourrit leur vision de notre société, de son avenir, des relations entre les générations. Ce qu’elles nous disent des progrès dont elles ont profité et profitent, des temps sombres ou heureux qu’elles ont vécu et vivent, des questions de vie, de travail, de temps libre, de famille, de santé, de politique, de société... Des questions qui ne cessent de les animer et sur lesquelles elles invitent les plus jeunes à dialoguer. Entre autres pour que l’âge, quel qu’il soit, ne devienne jamais un facteur d’exclusion.

Ce spectacle a été soutenu par la Ville de Paris et le Conseil Général du 77. « Lettres à... » a reçu le prix « audiens générations » pour la création d’un DVD autour du spectacle et de son public.

Avec : Noëmi Waysfeld
Marc Sollogoub
Thierry Bretonnet Accordéon

Mise en scène :
Benoît Richter

Scénographie :
Carole Rayon

Création Lumière :
Jean-Yves Perruchon
http://www.lapiccola.net/

Mairie du 6e arrdt - Paris
23 septembre 2009 à 15h
Salle des fêtes de la Mairie du 6ème arrondissement, 78 rue Bonaparte 75006

Théâtre L’Eclat - Pont-Audemer
24 septembre 2009 à 16h - 27500

Salle des Congrès d’Aurillac
12 octobre 2009 à 16h - Aurillac

Théâtre de la ville de Falaise
21 octobre 2009 à 14h30 et 20h30 Théâtre du Forum de la Ville de Falaise, Place Guillaume le Conquérant 14700 FALAISE.

Mairie du 19e - Paris
22 octobre 2009 à 15h30 - Centre d’animation Curial, 90, rue Curial - 75019 Paris / Tél : 01 40 34 91 69 - Fax : 01 46 07 96 33.

Mairie du 9e - Paris
26 octobre 2009 à 15h - salle Rossini de la Mairie du 9ième arrdt., 6 rue Drouot, 75009 Paris.


Expositions

Rudi Weissenstein, Tel-Aviv 1952 Fisherman at the street, Tel Aviv, 1952
© Rudi Weissenstein // Courtesy
Pri-Or Photo House 2009

Rudi Weissenstein « Tel-Aviv , 1936 - 1960 »
60 photographies - Portrait d’une ville
Du 1er Octobre au 7 Novembre 2009

Inauguration de l’exposition le jeudi 1er octobre (nocturne jusque 22h)
chez PHOTO4 (4 rue Bonaparte) et Galerie LWS (6 rue Bonaparte)

Toute la nuit du samedi 3 octobre, projection des 60 images de l’exposition, devant la Galerie LWS, 6 rue Bonaparte, dans le cadre de la Nuit Blanche 2009

4-6 rue Bonaparte - 75006 Paris
Renseignements : http//:www.galerie-lws.com/
Tel. 01 43 54 23 03 - contact@photo4.fr - http//:www.photo4.fr/

Rudi Weissenstein (1910-1992) est né en République Tchèque. Après des études de photographie à Vienne, il intègre un journal à Prague. En 1936 il s’installe en Palestine et continue son métier de photographe reporter. Aussitôt, institutions et magazines font appel à lui. En 1948, il est photographe officiel pour la déclaration d’indépendance de l’état d’Israël. Entre temps, il a ouvert avec son épouse Miriam, le studio de photographie PRI-OR PHOTO HOUSE à Tel-Aviv, (http://www.zalmania.co.il/) toujours en activité, aujourd’hui riche de 250 000 négatifs.

Ce voyage photographique de 1936 à 1960, montre la vie sociale et culturelle de cette ville, fortement imprégnée de l’architecture Bauhaus, une sorte un portrait de jeunesse de la ville blanche de Tel Aviv, qui n’a jamais aussi bien porté ce nom qu’à cette époque.

Les photographies présentées dans les deux lieux d’exposition (Galeries PHOTO4 et LWS) sont des tirages argentiques postérieurs au format 40 x 50 cm, en édition limitée à 8 exemplaires.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite