Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Agenda mars 2010

 

Colloque

La lettre et le cinéma
du 26 au 27 mars
Auditorium de L’Adresse - Musée de la Poste

Affiche Lettre au cinéma, mars 2010 Organisé par l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Epistolaire), L’Adresse - Musée de la Poste, la Fondation La Poste et l’association Filme-moi ta plume (conférences et ateliers sur la lettre et le cinéma), ce colloque se propose d’analyser quelques films qui mettent en scène l’épistolaire (lettres papier et courriers électroniques circulant dans un film ou lettres filmées). Ainsi, il s’agit de prolonger une réflexion déjà amorcée mais dont le sujet reste encore peu étudié.

Vendredi 26 mars 2010

Matin

La lettre dans le cinéma muet

-  9h30 Alexia Gassin (Paris 4) : La lettre dans le cinéma allemand du début des années 1920.
-  10h Damien Keller (Rennes 2) : Les Vampires de Louis Feuillade (1915) et les lettres de l’épouvante.
-  10H30 débat et pause

Les classiques de la lettre (I)

-  11h Xavier Rockenstrocly : L’homme qui aimait les lettres : mise en scène des lettres dans les films de François Truffaut.
-  11h30 Julie Wolkenstein (université de Caen) : La lettre effacée : traitement de l’héritage épistolaire dans quelques films de François Truffaut et Arnaud Desplechin.
-  12h débat

Après-midi

Les classiques de la lettre (II)

-  14h 30 Daniel Serceau (Paris 1) : Sur Lettre d’une inconnue de Max Ophuls (1948).
-  15h Pierre Eugène (Université de Picardie Jules Verne) : La lettre déviée : sur La Lettre de Manoel de Oliveira (1999).
-  15h30 Rose-Marie Godier (Paris 10) : Frears, lecteur de Laclos : Dangerous Liaisons (1988).
-  16h débat et pause

Lettres en guerre

-  16h30 Benjamin Rondeau : La lettre dans The Civil War de Ken Burns (1990).
-  17h Denise Brahimi (Paris 7) : Lettres d’Iwo Jima de Clint Eastwood : entre l’intime et l’événementiel (2006).
-  17h30 débat

Samedi 27 mars 2010

Matin

Chroniques épistolaires

-  9h Antony Fiant (Rennes 2) : Fonction poétique et politique de la lettre de Ventura dans En avant jeunesse de Pedro Costa (2006).
-  9h30 Pierre Arbus (Toulouse 2) : Le continuum épistolaire : à la lumière de trois films de Victor Erice.
-  10h Emmanuel Plasseraud (Lille 3) : Les Lettres d’un homme mort de Constantin Lopouchanski (1986) : l’épistolaire et le temps.
-  10h30 débat et pause

Lettres filmées

11h Jean-François Baillon (Bordeaux 3) : Le facteur de la liberté : archive familiale de l’exil dans I for India de Sandhya Suri (2005). 11h30 Lise Gantheret (université de Montréal) : La lettre cinématographique à l’être défunt ou l’image de l’indicible douleur. 12h débat

Après-midi

Messages électroniques

-  14h30 Nicole Cloarec (Rennes 1) : La dérive des courriers solitaires : Unrequited Love de Chris Petit (2006).
-  15h Elisabeth Cardonne Arlyck (Vassar College, New York) : Le secret est dans la messagerie instantanée.
-  15h30 Michael Temple (Université de Londres) : Signé Godard : lettres d’un artiste intermédial.
-  16h débat et pause

La lettre animée

-  16h30 Bérénice Bonhomme (Paris 3) : La lettre dans le cinéma d’animation : Mary et Max d’Adam Elliot (2009).
-  17h Roland Carrée (Rennes 2) : Graver son chemin : lettres et messages d’enfants dans le cinéma d’Hayaho Miyazaki.
-  17h30 Clôture du colloque

Comité d’organisation :
Tanguy Bizien, Marc Buffat, Brigitte Diaz, Vonick Morel, Roselyne Quéméner

Avec le soutien de la Fondation La Poste

Auditorium de L’Adresse - Musée de la Poste
34 boulevard de Vaugirard
75015 Paris
Pour tous renseignements, s’adresser à :
mbuffat@orange.fr ou roselyne.quemener@gmail.com


Expositions

« Mon cher George, Balzac et Sand »
du 24 mars au 20 juin 2010
Musée Balzac - Château de Saché (37)

Construite à partir de la correspondance échangée entre les deux écrivains, depuis leur rencontre en 1831 jusqu’à la mort de Balzac en 1850, l’exposition met en lumière les sujets de discussion qui ont retenu leur attention : la musique, le théâtre, les droits d’auteurs, les droits des femmes ou encore la politique. Une scénographie intimiste permet aux visiteurs de découvrir des éditions originales, des manuscrits, des estampes, des sculptures et des objets de la vie quotidienne.

Édifiée au Moyen Âge, remaniée à la Renaissance, cette demeure, qui appartenait à Jean de Margonne, ami de la famille Balzac, et père du frère de Balzac, Henri, fut le premier musée littéraire de France, créé par la famille Métadier, propriétaire, et inauguré en 1951. Paul Métadier, qui en fut le conservateur pendant quarante ans, jusqu’en 2002, en fit don au Département d’Indre-et-Loire en 1958.

À partir de 1830, jusqu’en 1837, Balzac prit l’habitude de se réfugier dans le manoir où il conçut et rédigea beaucoup de ses grandes œuvres, dont Séraphîta, La Recherche de l’absolu, César Birotteau, Illusions perdues, Le Lys dans la vallée... On peut visiter sa chambre qu’il décrivait ainsi, en août 1837, à Mme Hanska :

« [...] ma chambre, que les curieux viennent déjà voir par curiosité, donne sur des bois deux ou trois fois centenaires, et j’embrasse la vue de l’Indre et le petit château que j’ai appelé Clochegourde. Le silence est merveilleux [...]. Je quitte toujours à regret ce vallon solitaire ».

Tarif : droit d’accès au musée
Visites guidées de l’exposition tous les samedis à 14h30 (dans la limite des places disponibles, réservation conseillée)
Parcours enfants dans l’exposition (de 8 à 12 ans)
Scolaires : visites guidées de l’exposition, ateliers d’éveil à l’écriture sur le thème de la correspondance

Musée Balzac
37190 Saché
02 47 26 86 50
museebalzac@cg37.fr

Trois concerts littéraires se dérouleront sur toute la durée de l’exposition sur le thème « Littérature et musique chez Balzac ».

Samedi 24 avril 2010, à 20h30
Concert littéraire - Une soirée avec George Sand Découvrez l’univers musical de George Sand, de Zingarelli à Rossini, au rythme des lectures de son autobiographie Histoire de ma vie et du roman Béatrix d’Honoré de Balzac.
Direction théâtrale : compagnie Interligne / Direction musicale : Luciano Rota
Tarif : 9 euros (tarif réduit 7 euros).
Réservation conseillée : Musée Balzac / 02 47 26 86 50 / museebalzac@cg37.fr

Dimanche 16 mai 2010, à 16h30
Concert littéraire - Cantatrices et rossignolades au XIXe siècle
De la nouvelle Massimilla Doni de Balzac au roman Consuelo de George Sand, venez vous plonger dans la Venise du XIXe siècle et écouter les roulades et les rossignolades de ses cantatrices époustouflantes.
Direction théâtrale : compagnie Interligne
Direction musicale : Luciano Rota
Tarif : 9 euros (tarif réduit 7 euros).
Réservation conseillée : Musée Balzac / 02 47 26 86 50 / museebalzac@cg37.fr

Samedi 5 juin 2010
- à 16h00
Conférences - Balzac, George Sand et la politique avec Paul Métadier (« Balzac, homme politique »), Michelle Perrot (« George Sand et la politique ») et Bernard Hamon (« George Sand et le prince Napoléon, histoire d’une amitié »)
Entrée gratuite
Réservation conseillée : Musée Balzac / 02 47 26 86 50 / museebalzac@cg37.fr
- à 19h00
Concert littéraire - Pianistes fascinants : Liszt et Chopin
Laissez vous porter par la virtuosité de Liszt et imprégnez vous des Préludes de Chopin pour redécouvrir les pianistes imaginés par Balzac et George Sand dans leurs romans.
Direction théâtrale : compagnie Interligne / Direction musicale : Luciano Rota
Tarif : 9 euros (tarif réduit 7 euros).
Réservation conseillée : Musée Balzac / 02 47 26 86 50 / museebalzac@cg37.fr

Avec le soutien de la Fondation La Poste


La Poste vue par... l’école Camondo
Jusqu’au 10 avril 2010

Le projet « La Poste vue par.... une école d’art » à l’Adresse Musée de La Poste, du 25 janvier au 10 avril 2010, offre aux élèves de l’école Camondo une salle des collections permanentes pour exposer leur vision de La Poste face aux défis des écritures contemporaines.

Les étudiants ont une mission : laisser libre cours à leur créativité et leur imagination pour exprimer leur perception de La Poste et réfléchir sur le rôle de cette grande institution et sa présence dans le quotidien de tous. Après les écoles Duperré et Estienne, l’école Camondo est la troisième à saisir cette opportunité. La liberté de création des étudiants est totale. S’emparant du sujet « La Poste vue par l’école Camondo », les étudiants de 4ème année ont choisi d’investir le champ des « écritures contemporaines », générées par cette « tempête numérique » qui est leur quotidien, de confronter La Poste au défi des nouvelles formes d’écriture.

Le Musée de La Poste est ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h
(fermeture dimanche et jours fériés).

l’Adresse Musée de La Poste
34 Bd de Vaugirard
75731 PARIS CEDEX 15
Renseignements : Tel : 01 42 79 24 24
http://www.ladressemuseedelaposte.com/


Chopin, l’atelier du compositeur
Cité de la Musique, Paris
Du mardi 9 mars 2010 au dimanche 6 juin 2010

Réalisée en coproduction avec la Bibliothèque Nationale de France, l’exposition célèbre le bicentenaire de la naissance du pianiste et compositeur, en offrant un regard nouveau sur sa création.

Né le 1er mars 1810, Chopin arrive en France en 1831 et y séjourne jusqu’à sa mort le 17 octobre 1849. Durant ces années de grande effervescence dans la vie musicale, où de nombreux virtuoses occupent le devant de la scène, Chopin est vite repéré comme un artiste d’exception : Berlioz le décrit comme « un talent d’une toute autre nature » et Liszt dira qu’il fallait rechercher en lui « l’essence de la virtuosité ». Cependant, même célèbre et adulé, Chopin préfèrera toujours les salons et réunions intimes à la lumière des salles de concerts parisiennes et internationales. C’est là qu’il apprécie la compagnie de ses amis proches, émigrés polonais ou artistes romantiques, tels Delacroix et bien entendu George Sand.

L’exposition convie à l’exploration de cet univers, à partir du noyau précieux que constituent les manuscrits et éditions rares conservés à la Bibliothèque Nationale de France. Présentés dans une scénographie originale, mis en regard avec des tableaux, des dessins et des instruments, ils permettent au visiteur de pénétrer au cœur de « l’atelier de Chopin », là où l’œuvre se crée. Une attention particulière sera portée à la dimension sonore et audiovisuelle de l’exposition, incluant notamment un parcours spécifique pour les jeunes. Des outils multimédia, proposés par la Médiathèque de la Cité de la musique, permettront de mesurer les différences entre les versions et évolutions d’une même œuvre.

Commissariat de l’exposition :
Jean-Jacques Eigeldinger, professeur à l’Université de Genève
Thierry Maniguet, conservateur au Musée de la musique Cécile Reynaud, conservateur à la Bibliothèque nationale de France

Cite de la Musique - Musée de la Musique
221 avenue Jean-Jaures
75019 Paris
Tel : 01 44 84 44 84

Du samedi 21 mars 2009 au dimanche 6 juin 2010 :
- Du mardi au samedi de 12:00 à 18:00 - Dimanche de 10:00 à 18:00
Tarifs d’entrée : - Plein tarif : 8 € - Tarif réduit : 4 €
http://www.cite-musique.fr/francais...


Théâtre

« Louis Jouvet / Romain Gary 1945-1951 »
du 5 au 29 mai 2010

d’après la correspondance Jouvet-Gary et Tulipe ou la Protestation de Romain Gary

Spectacle conçu et mis en scène par Gabriel Garran, directeur de la Compagnie du Parloir Contemporain et fondateur du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. Gabriel Garran a été et reste un grand découvreur de textes. Il invite ici à pénétrer l’intimité d’une correspondance, longtemps insoupçonnée, entre deux grandes figures de l’après-guerre : Louis Jouvet, le patron installé dans sa renommée, et Romain Gary, un jeune diplomate atteint littéralement d’une fringale d’écriture, qui allait ébranler le monde littéraire en recevant deux Prix Goncourt. Leur dialogue tourne, pendant six ans, autour d’une pièce de Romain Gary, avec au centre Tulipe, personnage haut en couleur, idéaliste désespéré, interprété aujourd’hui par Jean-Paul Farré.
La partition que chacun tient, Jouvet le Pygmalion, Gary le fils prodige (ir)révérencieux, donne lieu à une confrontation jubilatoire entre deux créateurs assoiffés d’absolu. Avec les fragments de Tulipe ou la Protestation que Gabriel Garran a choisi d’insérer, prend corps le rêve d’un spectacle tant désiré, la promesse d’une œuvre parfaite. Ce projet totalement inédit sort aujourd’hui de l’oubli.

Conception et mise en scène Gabriel Garran
avec Jean-Paul Farré, Jean-Pierre Léonardini, Sava Lolov, Pierre Vial (Sociétaire de la Comédie-Française)...

« Ce spectacle résulte d’une double découverte, celle d’une correspondance surprenante, inattendue. Et sorti de l’oubli, un projet théâtral totalement inédit. Transposition d’un lien, parfois ambigu sur l’équivoque permanente de la relation entre auteur et metteur en scène. Relation éblouie et douloureuse, et ce que l’histoire ne sait pas, le rôle qu’aura joué Jouvet dans la tentative du jeune Gary d’accéder au statut d’auteur dramatique reconnu. Soixante ans après ce ping-pong épistolaire entre Louis Jouvet et Romain Gary, cet acte de (re)naissance offre un angle de vue atypique et détonnant sur la matrice de notre époque qu’ont été les années 1945-1951. »
Gabriel Garran

Le spectacle a été créé au Théâtre Vidy-Lausanne (Suisse) en février 2007.
La version scénique de Gabriel Garran de Tulipe ou la Protestation est publiée aux éditions Gallimard, 2007

Production Le Parloir Contemporain, Théâtre Vidy-Lausanne (Suisse), Théâtre de la Commune - Centre dramatique national d’Aubervilliers producteur délégué de la reprise

Les représentations
Mardi et jeudi 19h30, mercredi, vendredi et samedi à 20h30 et dimanche à 16h00.
Relâches samedi 15 et dimanche 16, dimanche 23 mai
La représentation du jeudi 13 mai débutera exceptionnellement à 16h00.
Durée du spectacle 1h40

Avec le soutien de la Fondation La Poste

Théâtre de la Commune
Centre Dramatique National d’Aubervilliers
2 rue Édouard Poisson
93300 Aubervilliers
http://www.theatredelacommune.com/

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite