Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > A la Une,édition du 21 février Honni soit qui malle y pense !

A la Une,édition du 21 février Honni soit qui malle y pense !

édition du 21 février 2001

courriermalle2

Le français a toujours eu des rapports conflictuels avec les néologismes et les emprunts linguistiques. En témoigne à l’évidence la difficulté actuelle à trouver un consensus pour traduire l’anglais "e-mail". Trois termes - au moins - sont en concurrence, en plus de la locution "courrier électronique", claire et bien formée mais peu concise : l’original anglais, e-mail ; le canadien courriel ; et le français mél. Si l’on fait une recherche sur les pages en français avec le moteur de recherche Google, e-mail est bon premier avec 778000 pages, courrier électronique arrive ensuite (337000), puis courriel (298000), enfin, bon dernier, mél (70300). Ce terme a pourtant la réputation, souvent mise en avant, d’être recommandé par l’Office de la langue française. C’est en fait une erreur. Si l’on consulte la fiche COGE242, datant de 1997 de la Commission de terminologie et de néologie, on y trouve les phrases suivantes : "Le symbole : Mél., pour "messagerie électronique", peut figurer devant l’adresse électronique sur un document (papier à lettres ou carte de visite, par exemple), tout comme Tél. devant le numéro de téléphone. "Mél." ne doit pas être employé comme substantif." Exit donc mél., abréviation sans l’être d’adresse électronique... Courriel ? Ce terme largement utilisé au Canada a du mal à prendre en France, tout comme d’autres canadianismes (la professeure...). D’autres francisations ont été proposées, comme email, imail, mail, sans jamais vraiment convaincre. On remarquera au passage que mail (courrier en anglais) provient lui-même du français "malle". La malle-poste, voiture acheminant le courrier à l’intérieur d’une malle, est devenue en anglais a mail-coach. Au passage, le nom du contenant (la malle) en est venu à désigner le contenu (le courrier), métonymie qui n’a pas pris en français... Sans quoi, peut-être, la traduction d’e-mail serait plus simple. Correspond@nces n° 9 est bien arrivé dans votre malle ? Sylvain Jouty