Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Edition été 2012

Émile Bernard, Les Lettres d’un artiste

 

Emile Bernard, Les Lettres d’un artiste « Vous savez que j’aime l’art plus que moi-même et que ce que je veux c’est le servir. Je ne défends pas mon œuvre, mais la tradition par laquelle nos descendants pourront encore avoir de vivre dans la magnificence du génie humain. C’est Michel-Ange d’abord. C’est Raphaël ensuite, Vinci, Titien, Giorgione, Corrège, Véronèse etc. (...) » (Émile Bernard, Lettres à Miloš Marten, 1908).

Pilier de l’avant-garde parisienne post-impressionniste à vingt ans, qui initie le symbolisme synthétique et influence Gauguin, ami de Van Gogh, Denis, Anquetin, Redon et Huysmans, Émile Bernard (1868-1941) défendra une esthétique réactionnaire, contre « l’artiste moderne qui tourne le dos aux leçons de la tradition », à partir de 1896. Parti s’installer en Égypte trois ans plus tôt, il y vivra jusqu’en 1904. Lors de ses voyages en Espagne et en Italie, il étudie la technique des maîtres de la Renaissance dont les chefs-d’œuvre sont pour lui une source d’inspiration. À son retour en France, Bernard poursuit « son combat d’arrière-garde  » aux côtés d’un certain nombre d’artistes et d’intellectuels qui partagent ses vues et ses croyances chrétiennes. L’époque est marquée par quantité de discussions et de querelles qui se forment entre partisans et adversaires de toutes les innovations. Il avait admiré Cézanne, il est désormais très critique à l’égard de l’homme et de son œuvre que le peintre italien Severini condamnera lui aussi dans son manifeste, Du Cubisme au classicisme (1921). Grand épistolier, Bernard qui avait une culture littéraire et une production textuelle très importantes, a laissé une abondante correspondance, témoin de toute une vie dédiée à la création et à la connaissance. Un choix de 429 lettres où s’élaborent des idées, des recherches picturales, une réflexion sur l’art et la religion, est aujourd’hui publié aux Presses du réel avec le soutien de la Fondation La Poste, sous le titre Les Lettres d’un artiste (1884-1941). Le volume est présenté par la petite-fille d’Émile Bernard, Lorédana Harscoët-Maire, par Bogomila Welsh-Ovcharov, historienne de l’art et par Neil McWilliam qui a établi l’édition et l’appareil critique.
Spécialiste de l’histoire culturelle de la France entre la Révolution de 1789 et la Première Guerre mondiale, Neil McWilliam s’intéresse tout particulièrement aux rapports entre la critique d’art, l’esthétique et les idéologies politiques.

Nathalie Jungerman

Télécharger FLoriLettres n°136 en pdf

.......

Émile Bernard
Les Lettres d’un artiste (1884-1941)
Édition établie par Neil McWilliam
Textes recueillis par Lorédana Harscöet-Maire, Neil McWilliam, Bogomila Welsh-Ovcharov
Éditions Les Presses du réel, 980 pages, 30 €, juin 2012

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite