Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Des jardins au pied de la lettre Par Sylvain Allemand

 

Compte rendu de la soirée de lectures de correspondances par la Compagnie du Grain de Sable (PMVV) que la décade de Cerisy sur « Le renouveau des jardins : clefs pour un monde durable ? » a offert à ses participants sous le titre : Rêves de jardins : utopie(s) et résistance(s)

Colloque CERISY 7 aout 2012

Des jardins au pied de la lettre
OU
Lecture cerisyienne de lettres jardinières

« Monsieur,
Vous me demandez de venir passer une huitaine de jours chez vous, c’est-à-dire auprès de ma fille que j’adore. Vous qui vivez auprès d’elle, vous savez combien je la vois rarement, combien sa présence m’enchante, et je suis touchée que vous m’invitiez à venir la voir. Pourtant, je n’accepterai pas votre aimable invitation, du moins pas maintenant. Voici pourquoi : mon cactus rose va probablement fleurir. C’est une plante très rare (...) et qui, m’a-t-on dit, ne fleurit sous nos climats que tous les quatre ans. Or je suis déjà une très vieille femme, et, si je m’absentais pendant que mon cactus rose va fleurir, je suis certaine de ne pas le voir refleurir une autre fois... ».
L’auteur de ces quelques lignes n’est autre que la mère de Colette et leur destinataire : Henri de Jouvenel ; une correspondance issue du recueil des Lettres à sa fille (Folio, 2006).
De grands écrivains qui prirent ainsi la plume pour donner des nouvelles de leur jardin, il y en eut bien d’autres. C’est ce qu’ont fait entendre Vincent Vernillat et Philippe Müller, de la compagnie PMVV Le grain de sable, au cours d’une déambulation jalonnée de lectures d’extraits, dans le parc et le potager du Château de Cerisy-la-Salle, à l’occasion d’une « décade » - un colloque de dix jours ( !) - organisé sur le thème des jardins, précisément (« Renouveau des jardins : des clés pour un monde durable ? », du 3 au 13 août 2012, dont les actes devraient paraître, en 2013, aux éditions Actes Sud ).
Autre illustration : George Sand qui, en quête d’un nouveau jardinier, adressa durant l’été 1869 plusieurs lettres à son ami André Boutet pour s’enquérir des résultats de ses recherches. Non sans esprit de contradiction. Dans une lettre, elle le presse en effet d’en trouver un aussi vite que possible. Dans une autre, elle demande d’être rassurée quant au sérieux de celui que son ami a enfin identifié, mais trop vite à son goût ! Naturellement, Rousseau a aussi eu les honneurs de cette anthologie épistolaro-jardinière. Et pas seulement pour son inclination aux promenades dans la nature, mais parce qu’en digne esprit encyclopédique de son temps, il manifesta un vif et constant intérêt pour la botanique et ce, par voie épistolaire (au point d’avoir incité les éditions du Mercure de France de publier, voici dix ans, tout un recueil de ses lettres consacrées à cette discipline). Et même si c’est pour en regretter le difficile apprentissage, comme il l’écrit dans cette lettre du 12 février 1767 adressée à Mme Delessert. Une autre, en date du 21 septembre 1771 et également lue par nos deux comédiens, révèle l’amitié qu’il sut nouer avec le célèbre naturaliste suédois, Linné.
À peine plus près de nous : le romancier et journaliste Alphonse Karr (1808-1890) dont nous nous ne saurions trop recommander la lecture de l’irrésistible Voyage autour de mon jardin (Nabu Press, 2010). Un recueil de lettres qui montrent s’il en était besoin que le jardinier, même amateur, n’a finalement rien à envier au grand voyageur. Car, pour peu qu’il sache observer la flore et la faune qui peuplent son jardin, il peut y déceler des sujets d’étonnement sinon d’émerveillement. Jusqu’à y compris cette colonie de pucerons que l’auteur décrit avec force détails, non sans établir de drôles de « correspondances » avec les hommes dans leur rapport mutuel comme à leur environnement...

Sylvain Allemand est journaliste, essayiste et co-directeur du colloque « Le renouveau des jardins : clefs pour un monde durable ? » (août 2012) avec Édith Heurgon et Sophie de Paillette.
Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite