Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres choisies - Winston et Clementine Churchill

 

Winston et Clementine Churchill
Conversations intimes
Éditions Tallandier, 2013

De Winston

30 [31] mai 1909
Camp Goring

Ma tendre chérie
...
J’imagine que vous avez lu les journaux sur la journée de manœuvres. Ma pauvre figure a été rôtie comme une châtaigne et elle brûle affreusement. Nous nous sommes bien amusés toute la journée. Il y avait des tas de soldats et de pseudo-soldats qui galopaient dans tous les sens, & les 8 régiments de la Yeomanry ont présenté un beau spectacle. Mais à mon avis la journée de manœuvres n’a pas été très bien conduite...
Ces militaires sont souvent totalement incapables de voir les vérités très simples qui sous-tendent les relations de toutes les forces armées, & comment on peut utiliser sur elles les leviers du po voir. Vous savez, j’aimerais vivement avoir une certaine pratique du maniement de grandes forces. J’ai une grande confiance dans mon jugement quand je perçois clairement les choses, mais il me semble que rien ne me fait davantage sentir où est la vérité que les combinaisons tactiques. C’est vaniteux et stupide de dire cela - mais vous, vous n’en rirez pas. Je suis sûr que c’est enraciné en moi - mais jamais, je le crains, dans la situation de mon existence, cela n’aura l’occasion de s’épanouir - sous la forme de lumineuses fleurs rouges.
Alors, ça y est, Jack & Goonie ont leur P.K. ! Jack se pavane comme un petit dindon satisfait, en se donnant des airs comme pour dire « j’ai fait cela tout seul ». Cela semble s’être passé tout en douceur, avec un plein succès. Goonie avait dîné en ville avant de rentrer à la maison à pied et de dormir profondément jusqu’à deux heures du matin. C’est alors qu’elle a ressenti les signes prémonitoires qui précèdent l’action du destin. Et à 4 ou 5 heures, tout était magnifiquement terminé - & une nouvelle âme, s’échappant de sa quiétude ou de son inquiétude dans les profondeurs des océans du monde des esprits, s’est hissée timidement sur le frêle radeau de la conscience et des sens, pour y flotter - quelques instants. Elle n’a presque pas eu mal & Phillips [le médecin] a fait preuve d’un très grand savoir-faire. Mon petit Oiseau - cet heureux événement très encourageant vous sera d’une grande aide. Je l’appréhende un peu - parce que je n’aime pas vous voir obligée de souffrir & de traverser cette épreuve. Mais nous sommes prisonniers des circonstances, & la joie sortira de la douleur & des forces nouvelles s’élèveront de la faiblesse passagère. Bourke Cockran - un grand ami à moi - vient juste d’arriver en Angleterre, en provenance des États-Unis. C’est un type remarquable - peut-être le plus bel orateur d’Amérique, avec une tête géante à la C.J. [Charles James] Fox - & un esprit qui a guidé mes pensées en maintes directions importantes. Je l’ai invité à déjeuner vendredi à la C. des C. & irai à Londres ce jour-là pour obtenir mon amendement budgétaire en faveur du projet de loi sur les chambres de métier. (...)
Là maintenant, il pleut à verse - mais je vais emmener tout mon escadron au galop de l’autre côté des Downs - Demain il y a journée de manoeuvres contre le Berkshire. Si bien que c’est forcément jeudi que Pussy doit venir déjeuner, si elle pense que cela en vaut la peine... Au revoir ma Clemmie bien-aimée je voudrais tant baiser vos lèvres chéries & me pelotonner confortablement dans vos bras, mais je suis content que vous ayez trouvé un agréable refuge contre la peinture & les soucis pour ces quelques jours [à Blenheim Palace].
Au revoir ma chérie. Écrivez - et envoyez par le porteur - un petit mot de nouvelles et d’amour à votre cher Mari qui vous aime
W

......

De Clementine

M.Y. Rosaura
7 mars 1935 Océan Pacifique

Mon chéri - Cela fait exactement une semaine que j’ai posté la dernière lettre que je vous ai écrite à Nouméa, sur l’une des îles de Nouvelle-Calédonie... Depuis Nouméa, nous avons traversé un océan désert en faisant escale dans diverses îles - Nous n’avons plus de prise sur les choses, les eaux autour de certaines de ces îles n’ont pas été cartographiées, elles sont entourées de cruels récifs de corail & souvent on n’arrive pas à atteindre le fond... Le capitaine Laidlaw [du Rosaura] est une tour inébranlable ; je loue et glorifie le Seigneur tous les jours pour l’en remercier. Les distances sont énormes, souvent 2 jours de me entre les îles...
Au revoir chéri, le courrier part

......

De Winston

[dactylographié] [Chartwell] 13 avril 1935

BULLETIN DE CHARTWELL N° 12

Il y a très peu de chose à dire depuis le dernier bulletin. Randolph va nettement mieux et il n’a qu’une très légère fièvre, moins de 37,2 °, pendant quelques heures tous les soirs.... Il a le moral au plus haut et de jeunes et jolies femmes viennent le voir. Il s’est laissé pousser une barbe qui lui donne un air parfaitement repoussant à mes yeux. Il déclare qu’il ressemble à Jésus-Christ. Pour moi au contraire il est sûr qu’il ressemble à mon pauvre père dans les dernières phases de sa maladie... J’ai trouvé un terrain d’entente satisfaisant avec London Films et j’estime qu’ils ont très bien agi. En deux mots, ils me versent 2 000 par an pendant encore une année au titre des courts métrages, et un dédommagement de 5 000 pour l’abandon du film sur le Jubilé...
J’ai terminé les articles sur le Jubilé pour l’Evening Standard et je fais un article par semaine pour le Daily Mail. Vous serez très contente de voir l’état de nos comptes à votre retour, car cette année toutes les factures ont été réglées chaque mois, et il ne reste plus que deux ou trois vieux machins....
La chèvre brune baptisée Sarah est morte par un triste concours de circonstances. Hill avait saupoudré l’herbe de nitrate d’ammoniaque. Elle l’a mangé et elle en est morte. La chèvre à cornes blanches nommée Mary a survécu, grâce à une dose d’huile de ricin administrée à temps. Elle attend des petits. Comme ces récits domestiques de la paisible Angleterre doivent vous apparaître insignifiants comparés à vos dragons et sphénodons. Mais je crois que c’est très important d’avoir des animaux, des fleurs et des plantes dans sa vie tant qu’elle dure...
Ici on ne parle que de remaniement après l’adoption du projet de Loi sur l’Inde. Quant à savoir si ce processus va conduire à ce que je reçoive une invitation je ne puis me prononcer, et à dire vrai je m’en moque.... À soixante ans je modifie ma technique oratoire, en grande partie avec Randolph comme professeur, et j’inonde maintenant la Chambre des communes d’un flot de paroles improvisées. Ils semblent ravis. Mais quel mystère que l’art de parler en public ! Il consiste seulement selon ma (longue) expérience à sélectionner trois ou quatre arguments et à les exprimer sur le mode de la conversation le plus naturel possible. L’effet littéraire que je recherche depuis quarante ans n’a apparemment aucun intérêt !...
Dans l’ensemble depuis votre départ la seule chose importante à noter c’est que l’Allemagne est désormais la plus grande puissance armée d’Europe. Mais je crois que les alliés se liguent contre elle et cela me donne l’espoir qu’elle soit maintenue à sa place sans tenter de plonger dans un conflit terrifiant. Rothermere me téléphone tous les jours. Son anxiété fait pitié. Il estime que les Allemands sont tout-puissants et que les Français sont corrompus et incompétents, et les Anglais perdus et condamnés. Il se propose de faire face à cette situation en rampant devant l’Allemagne. « Chère Allemagne, détruisez-nous, mais en dernier ! » Je m’efforce de lui inculquer une attitude plus vigoureuse....

Avec une fois de plus tout l’amour de
W

P.-S. Deux bébés cygnes noirs viennent d’arriver.

......

De Clementine

Hôtel Zürserhof
Mardi 7 janvier 1936 Zürs

Mon chéri
...
L’idée de vous rejoindre au Maroc me plaît énormément. D’une part, mon Pig me manque beaucoup, mais d’autre part, je voudrais rester ici jusqu’au 21, et je suppose qu’à cette date vous songerez vous-même à rentrer ?... La situation politique en Angleterre est déprimante ; cela me contrarierait vraiment que vous participiez au gouvernement Baldwin, sauf s’il vous donnait énormément de pouvoir et que vous soyez en mesure d’inspirer le gouvernement et de lui donner un nouveau souffle. Mais comme vous le dites vous-même, nous y sommes jusqu’au cou et on n’y peut plus rien maintenant. Tout ce que vous pourriez faire, c’est organiser nos forces armées. Les hésitants eux-mêmes qui font confiance à Baldwin se voient impliqués dans son jeu (& pas par choix politique, mais par confusion).
Au revoir, mon chéri.

Votre Clemmie
qui vous aime

......

De Winston

[dactylographié] Château de l’Horizon
8 janvier 1939
[addendum à la lettre précédente]
Secret

Clemmie chérie
J’ai passé une journée bien remplie et intéressante à Paris [sur le chemin de la Côte d’Azur]. J’ai déjeuné avec Reynaud à Versailles où il se remettait de ses efforts et de ses triomphes en matière de finances françaises. La France entière est unie contre Mussolini. Reynaud m’a dit que s’il touchait à Djibouti « la France se lancerait avec joie dans une nouvelle guerre ». Il y a chez eux un profond désir de s’en prendre à Mussolini pour l’humiliation qui leur a été imposée par Hitler [à Munich]....
L’après-midi j’ai eu une longue conversation avec l’Ambassadeur [Sir Eric Phipps] et Charles Mendl, et ensuite je suis allé voir Blum, qui m’a donné le plus d’informations. Tous confirment que l’Allemagne n’avait presque pas de troupes sur la frontière française pendant la crise. Et Blum m’a indiqué (secret) qu’il avait appris par Daladier en personne qu’aussi bien le général Gamelin que le général Georges étaient convaincus qu’ils auraient pu percer les défenses allemandes, faibles et inachevées, et presque dégarnies, au plus tard au bout du quinzième jour, et que si les Tchèques avaient pu tenir ne serait-ce que pendant cette courte quinzaine, les armées allemandes auraient été contraintes de revenir pour contenir l’invasion. De l’autre côté il y a leur grande prépondérance dans les airs, et le point de vue de chacun dépend du poids qu’il y attribue. Je ne doute pas un seul instant qu’une attitude de fermeté de la part de l’Angleterre et de la France aurait empêché la guerre, et je suis persuadé que l’histoire va être encline à juger que si l’on en était arrivé au pire, nous aurions été dans une situation bien meilleure que celle où nous nous retrouverons peut-être dans un avenir proche.
Blum habite dans un appartement situé au-dessous de celui de Delbos, que l’on a fait venir en déshabillé pour se joindre à notre conversation. Tous deux sont très inquiets. Ils craignent que Mussolini ne soit déterminé à obtenir sa part du butin, Hitler ayant tout reçu jusqu’ici et lui rien, et ils sont convaincus qu’Hitler se sent lié à lui et le soutiendra... Blum semble croire que ces deux crapules vont très bientôt repasser à l’action. À Londres, on a très peur qu’Hitler s’en prenne à nous, et nous présente ses exigences au lieu de se tourner vers l’est... Pendant ce temps Chamberlain, en reprenant à son compte tout ce qu’a déclaré Roosevelt, a fait un grand bout de chemin vers ma position. Vous aurez peut-être remarqué qu’il a utilisé la formule exacte que je n’ai cessé de répéter ces deux dernières années, à savoir « Liberté et paix », et qu’il a mis, comme je l’ai toujours fait, « Liberté » en premier. Tous les échos issus des coulisses soulignent sa grande déception vis-à-vis d’Hitler, et son désespoir en ce qui concerne l’apaisement. Pendant ce temps, toutefois, les irritants ratés de la DP [Défense passive] se perpétuent. Les tranchées des parcs publics sont remplies d’eau. Ils n’arrivent ni à les combler ni à les vider pour les rendre utiles. Bien plus, il a fallu qu’ils embauchent des gardiens spéciaux pour empêcher les enfants de se noyer dans ces auges boueuses. Les bénévoles de la DPsont mécontents et leurs effectifs fondent à cause du manque d’organisation. Bien qu’il ait été nommé ministre aussi récemment, Sir John Anderson fait du patin à glace à St Moritz, et cela donne lieu à des commentaires incessants dans la presse. Il y a une absence totale de vigueur, et Chamberlain n’a pas la plus petite idée des négligences dont il est responsable. En fait, je ne crois pas qu’il y aurait grand intérêt à aller me mettre le poids de ces négligences sur le dos, en tout cas sans les pouvoirs qu’ils ne songeraient pas à m’accorder. Duncan [Sandys] a lancé son Parti [Les cent mille] avec l’aide de Randolph, et tout le monde ou presque est revenu sur sa parole au dernier moment... Duncan en a été tout dépité, et Diana m’a téléphoné pour me dire qu’il n’avait pas fermé l’oeil de la nuit. Mais je leur ai conseillé de marquer le pas et de laisser leur initiative mourir de sa belle mort maintenant qu’ils s’étaient jetés à l’eau, et surtout de ne pas battre publiquement en retraite... J’apprends que le bébé continue à bien se porter. Au lieu de faire 1 kg 980, comme à la naissance, il pèse désormais 2 kg 120. Il gagne donc des forces plus rapidement que le mouvement politique lancé en même temps....

Avec mon tendre amour
Chérie
Votre dévoué
W

......

De Winston

[dactylographié]
Alger
29 mai 1943

Ma Chérie à moi,
Nous sommes arrivés ici hier, sous bonne escorte, en provenance de Gibraltar, dans mon nouveau York, belle mécanique merveilleusement confortable il faut bien le dire. Le gros défaut c’est que le Frigidaire ne marche que quand l’avion est en vol. Donc, si on fait escale quelque part pour la nuit toutes les provisions se gâtent. On s’occupe du problème.
J’écris depuis la charmante villa de l’Amiral Cunningham située sur les hauteurs qui surplombent le port d’Alger. Les fleurs et les arbres en fleurs sont splendides. Le soleil est éclatant et chaud, mais sans excès, et une délicieuse brise fraîche souffle de la mer. Hier le port était rempli de bateaux qui emmenaient 10 000 prisonniers allemands en Angleterre ou en Amérique (je ne sais pas et m’en moque un peu !).
De Gaulle doit arriver demain et tout le monde ici s’attend à ce qu’il fasse tout son possible pour créer la zizanie et mettre en avant ses ambitions personnelles. Il va se heurter à une rude coalition de forces s’il ne joue pas franc-jeu. Le Général Georges est sur place. Je l’ai encouragé à s’enfuir de France et nous l’avons amené à Alger par des filières secrètes il y a deux jours. Cela m’a fait grand plaisir de le rencontrer avec Giraud aujourd’hui au déjeuner et en leur compagnie j’ai retrouvé certaines de mes illusions perdues sur la France et son Armée.
(...)

Toujours vtre mari qui vous aime à jamais
W

......

De Winston [Yalta]

4 février 1945 12 h 30
JASON N° 109

MESSAGE SUIVANT DU COLONEL KENT POUR MRS KENT PERSONNEL ET CONFIDENTIEL.

BIEN ARRIVE [3 FEVRIER] APRES BON VOYAGE ET LONG TRAJET EN VOITURE. SOLEIL ECLATANT ET PAS DE NEIGE. O.J. [« ONCLE JO » = STALINE] VIENT ME VOIR A 3 HEURES. TOUT VA BIEN. BAISERS DE SARAH.

...

Pour l’annotation, se référer à l’ouvrage.
© Éditions Tallandier

Winston et Clementine Churchill.
Conversations intimes 1908-1964.
Présenté par François Kersaudy.
Introduit et annoté par Lady Mary Soames-Churchill.
Traduit de l’anglais par Dominique Boulonnais et Antoine Capet.
Éditions Tallandier, novembre 2013 843 pages, 29.90 €
Publié avec le soutien de la Fondation La Poste

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite