Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

édition novembre 2014

 

Lettres à Gangotena Poète, né et mort à Quito, en Équateur, Alfredo Gangotena a vécu tout juste quarante ans, de 1904 à 1944. Il est arrivé en France avec sa famille à l’âge de 16 ans, est reparti en Équateur huit ans plus tard accompagné d’Henri Michaux, son hôte et grand ami qui publiera à son retour ses impressions de voyage notées au jour le jour, sous le titre Ecuador, livre dédié à Gangotena.
Il a choisi le français comme langue d’écriture. Ses premiers textes, écrits peu après son arrivée en France, sont dès 1923 au sommaire des revues littéraires d’avant-garde, Intentions, Philosophies, La Ligne de cœur...
Les Lettres à Gangotena, aujourd’hui publiées par Mireille de Lassus et Georges Sebbag (Nouvelles éditions Jean-Michel Place) témoignent de l’enthousiasme, pour sa poésie, des grands acteurs de la vie culturelle du moment. Jules Supervielle, Max Jacob, Jean Cocteau, Pierre Morhange, Valérie Larbaud, Jacques Viot, Henri Michaux bien sûr... Tous ont été impressionnés par le jeune poète qui composera trois recueils en français, Orogénie (1928), Absence (1933), Nuit (1938) et un quatrième en espagnol, Tempestad secreta (1940). « Son premier livre, il l’appelle Orogénie - écrit Michaux dans Les Cahiers du Sud en 1934 -, le livre de la terre. Terre extérieure - Gangotena habite le superbe et presque épouvantable pays de hauts plateaux nus et de volcans qu’est l’Équateur - Terre intérieure aussi [...] »
Alfredo Gangotena reviendra en France sous le Front populaire, restera quelques mois et rentrera en Amérique du Sud, déçu de ne pas retrouver l’ambiance parisienne des années 1920. Poète entre deux pays, entre deux langues, il tombera injustement dans l’oubli parce qu’il ne sera ni considéré comme un poète français ni admis par les Équatoriens comme un des leurs. Depuis quelques années, sa réhabilitation est entamée. Ses poèmes ont d’ailleurs été rassemblées et réédités en deux volumes par Claude Couffon, en 1991 et 1992 (Orphée, La Différence)...
Conversation avec Mireille de Lassus, historienne de l’art, qui s’est vue confier par les ayants droit de Gangotena le projet de publication du fonds de lettres adressées au poète.

Nathalie Jungerman

.....

Sous le figuier de Port-Cros
Henri Michaux, Jules Supervielle, Pierre Morhange, Max Jacob, Marie Lalou...
Lettres à Gangotena

Édition établie par Mireille de Lassus et Georges Sebbag.
Nouvelles Éditions Jean-Michel Place, octobre 2014, 270 pages. 14 €

Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation La Poste


Sites internet

Les Nouvelles Éditions Jean Michel Place
http://www.jeanmichelplace.com/fr/d...

Henri Michaux
Présentation d’Alfredo Gangotena
Texte paru dans « Les Cahiers du Sud », Marseille, février 1934)
http://www.remydurand.com/pdf/michp...

Institut Cervantès
http://paris.cervantes.es/FichasCul...

Association Gangotena
http://www.remydurand.com/associati...

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite