Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Le timbre-poste par Roland Barthes

Pour Microcosmos (1964, 20 mn) de Jean-Marc Leuwen

 

Roland Barthes-timbre-2015 Centenaire de la naissance de Roland Barthes (1915-1980)
Conception graphique et gravure Sarah Bougault. D’après photos de AKG, images /Marion Kalter et Daniel Psenny/GAMMA.

La Fondation La Poste rend hommage à Roland Barthes qui aurait eu cent ans le 12 novembre 2015 s’il n’était pas mort en 1980. En 1964, il avait écrit un texte sur le timbre en guise de commentaire à un court métrage de Jean-Marc Leuwen intitulé Microcosmos, (1964, 20 mn)

Roland Barthes - Le timbre-poste

Qu’est-ce qu’un timbre ? Pour l’État, ce n’est peut-être qu’un moyen commode de faire payer un droit de poste ; mais pour nous, lorsque nous collons ce petit bout de papier sur l’enveloppe que nous allons mettre à la poste, ce n’est plus un droit que nous acquittons, c’est une image que nous regardons, et quoi de plus prestigieux qu’une image ? Trouvaille de génie : on s’enchante d’une image sans penser qu’on paye un impôt.
Si cette image distrait, instruit et fait rêver, c’est peut-être à sa petitesse qu’elle le doit ; car ce qui est petit doit être plein et peut être varié. Notre civilisation s’est nourrie autrefois, pendant des siècles, d’un art de la miniature ; cet art était à la fois très libre d’imagination et très précis de dessin ; il traitait de deux grands sujets : la vie quotidienne et l’aventure spirituelle. Notre timbre est la miniature d’aujourd’hui ; précis, inépuisable, il nous rappelle lui aussi comment nous vivons, comment nous pensons. Un album de timbres-poste, c’est un peu le livre d’heures des temps modernes. Dans le timbre, on trouve représentée toute l’activité quotidienne des hommes, comme ils la pratiquent d’un bout de la terre à l’autre. Le timbre nous dit à quoi ils travaillent, quels sont leurs métiers, leurs commerces ; il nous dit ce qu’ils construisent : des palais, des ponts, des barrages, des monuments ; il fait enfin l’inventaire de tout ce qu’ils ont envie de connaître : des pays, des visages, des sites, des animaux bizarres et des fleurs étranges. Le timbre est un dictionnaire illustré de tous les objets subtils que les hommes ou la nature construisent et perfectionnent.
Le timbre nous représente tous les créateurs qui ont fait notre art, notre pensée, notre technique, nos sciences : les créateurs d’images, de musique et de mots, de Clouet à Mozart, de Carpeaux à Apollinaire ; les créateurs de pensée, comme Descartes ou Bergson ; les créateurs d’histoire, rois ou révolutionnaires ; les créateurs d’inconnu, héros du sport ou inventeurs de la science.
C’est donc une sorte d’Olympe spirituelle qui est ici rassemblée ; et comme le timbre est une image mobile, offerte à toutes les combinaisons, entre ces Olympiens de tous les temps et de tous les pays, c’est un immense dialogue qui se poursuit : sur une même enveloppe Beethoven peut converser avec Maryse Bastié, Bugeaud avec Michel-Ange, Gargantua avec la Mère Élisabeth.
Le timbre a sa morale. On le charge d’exprimer partout où il va une certaine idée du Bien. Cette idée, c’est que l’homme doit agir, vaincre les obstacles de la nature, les résistances de la matière. Dans cette morale de l’utilité et de la solidarité, aucune place n’est laissée à l’inquiétude : les révolutionnaires n’y sont admis que si le temps les a rendus inoffensifs, et les poètes maudits que s’ils se sont convertis : le timbre ne représente que ce qui a été consacré par la société. Le timbre est sage, sage comme une image.
Et pourtant le timbre est conquérant ; il annexe sans cesse des sujets nouveaux, inattendus comme la colombophilie, la haute couture, la pelote basque ou le sourire de l’Ange de Reims. Dans le timbre, on trouve tous les objets qui pourraient entrer dans une encyclopédie. Le timbre engage ainsi à une possession confiante du monde, dont tous les objets sont repérés, acclimatés par l’image, et regagnent l’ordre rassurant des produits que l’homme a dominés. Inlassablement, le timbre fait tout signifier. Les premiers timbres étaient austères, occupés surtout par des allégories : Cérès, la Paix et le Commerce, la Semeuse. Depuis ce petit rectangle de papier a absorbé peu à peu la représentation du monde entier, de tout ce qu’il contient d’hommes célèbres, de sites, de monuments, de fleurs, de bêtes, de souvenirs et d’exploits. Destiné à courir le monde, le timbre est devenu lui-même un monde : succédant à l’univers des vitraux, des enluminures et des blasons, un nouveau microcosme est né.

............

Lire l’article de Gaëlle Obiégly sur l’ouvrage, Roland Barthes : album, inédits, correspondances et varia. Édition établie par Éric Marty. Le Seuil, Collection Fiction & Cie, 416 pages, parution le 5 mai 2015.

Album Barthes L’Album Roland Barthes offre une sélection de correspondances, un certain nombre d’inédits, la retranscription de notes de séminaires consacrés à Bouvard et Pécuchet de Flaubert ou à « Paul Valéry et la rhétorique », ainsi que quelques dédicaces. Une plongée dans un Barthes plus intime, mais aussi le déploiement d’un tissu de solidarités et d’amitiés épistolaires qui éclaire un demi-siècle d’histoire intellectuelle.

Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation La Poste

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite