Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Edito > Edito du 11 juillet

Edito du 11 juillet

Bien plus radicale, cependant, paraît la dernière : le passage de la matérialité de l ?encre à l ?immatérialité des pixels. Que devient un courrier lorsqu ?il n ?est plus jamais matérialisé, comme c ?est le cas de nombreux messages électroniques ? Sans doute, il demeure possible de les imprimer, mais nous ne le faisons guère. Le bon sens voudrait que la force (ou la faiblesse) des mots demeurent la même, le signification étant, par nature, immatérielle. Pourtant, soutient Dominique Autié, « le papier, c ?est mon corps ». Le courrier électronique, dans ce cas, vite lu, vite détruit, serait un courrier désincarné et sans conséquences, irresponsable presque, auquel en tout cas l ?adage scripta manent ne s ?appliquerait guère : voilà peut-être une autre explication du développement du spam ?