Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Edito > Edito du 26 septembre 2001

Edito du 26 septembre 2001

Sylvain Jouty

Pour qui s’intéresse à l’épistolaire, le centre du monde de la rentrée littéraire n’est certainement pas à Paris, encore moins dans telle émission télévisée dont l’heure de diffusion indique assez la place concédée à la littérature. Non, le centre du monde, c’est Manosque et ses Nuits de la Correspondance, dont le programme copieux, varié, imaginatif, avec les multiples incitations qu’on y trouve non seulement à venir écouter des auteurs, mais aussi à prendre la plume, voire à inventer quelque chose à l’aide des lettres, paraît un modèle d’animation autour de la littérature. En outre, après le Portugal l’année dernière, les Nuits s’expatrient cette année à Alger avec l’aide du Centre culturel français de la ville, inaugurant par là une nouvelle forme de coopération culturelle (et, naturellement, épistolaire !) qui, on l’espère, aura quelques suites. Certains des hôtes de Manosque, comme Bernard Giraudeau et Éric Holder, feront le déplacement, de même que des écrivains algériens viendront à Manosque. Mais chaque manifestation gardera sa part d’indépendance. L’importance du programme de ces deux manifestations justifie amplement qu’il occupe l’essentiel de ce numéro de Correspond@nces.