Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Histoire de lettres > Histoire de lettre, Les premières cartes postales

Histoire de lettre, Les premières cartes postales

édition du 16 janvier 2002

cartepostale- 1

Quoi de plus banal qu’une carte postale ? Et pourtant l’adoption de ce moyen de correspondance si simple et si populaire n’a pas été sans difficultés. Notre orgueil dût-il en prendre un coup, l’invention n’est pas française : la première carte postale est apparue en Autriche en 1869, à l’instigation de l’économiste Emmanuel Hermann, lui-même reprenant une idée due au Prussien Heinrich Stephan quelques années plus tôt. Il s’agissait d’introduire un moyen de correspondance moins cher et plus rapide que la lettre : une correspondance ouverte, contrairement à la lettre cachetée garantissant (plus ou moins) le secret. Ce fut un succès : près de dix millions de cartes furent vite écoulées, et l’Allemagne l’adopta bientôt. L’année suivante, lors du siège de Strasbourg par les Allemands, la Croix-rouge obtint l’autorisation de faire circuler en France des cartes postales afin que les Strasbourgeois puissent communiquer avec l’extérieur. Il en fut de même lors du siège de Paris, où les cartes furent expédiées ? par ballon.

Cependant la poste française n’avait pas encore adopté le procédé. Il posait deux questions d’ailleurs contradictoires : celui du secret de la correspondance, manifestement bafoué par la carte postale ; et celui du manque à gagner éventuel pour la Poste, si jamais il était adopté avec trop d’enthousiasme. Son défenseur le plus acharné est un économiste un peu oublié : Louis Wolowski, fils d’un émigré et révolutionnaire polonais, créateur du Crédit foncier puis du Crédit agricole, partisan (contre le saint-simonien Louis Chevalier) de l’unicité d’émission des banques ? Et fervent défenseur de la carte postale, contre l’avis de bien des députés croyant que son adoption allait faire baisser les recettes de la poste. Il réussit à gagner à sa cause le directeur général des Postes, Germain Rampon-Lechin, également député. La loi fut adoptée le 20 décembre 1872.

Le 15 janvier 1873, deux modèles de cartes postales furent mis à la disposition du public dans les bureaux de poste, le moins cher étant destiné à la correspondance de proximité. Ce fut un succès immédiat : on dit que sept millions de cartes furent écoulées en une semaine ! Ce n’est pourtant que par la suite que viendront les cartes illustrées de gravures, de publicités, de chromolithographies ou de photos, qui assureront définitivement l’immense popularité, jamais démentie depuis, de ce média.

Mais qu’en était-il du secret de la correspondance ? La question se posa dès février 1873, lorsqu’une postière se permit de lire à haute voix à ses collègues le texte d’une carte. D’abord relaxée au motif qu’il ne pouvait y avoir violation d’un secret manifestement inexistant, elle fut par la suite condamnée. On voit que les problèmes juridictionnels soulevés par le courrier électronique n’ont pas grand chose de nouveau. S.J.

multimania.com