Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions,
édition du 2 mai 2002

Dernières parutions,
édition du 2 mai 2002

édition du 2 mai 2002

rupertbrooke

Romans, fictions

Rupert Brooke, Lettres d’Amérique . Traduction de l’anglais et présentation Jean Pavans. La parution en poche des impressions sur les Etats-Unis du poète Rupert Chawner Brooke, figure légendaire en Angleterre prématurément disparu à 27 ans lors de la première guerre mondiale. La voix d’Henry James, admirateur du poète anglais et lui-même anglais d’adoption accompagne ce témoignage américain teinté d’ironie et d’éblouissement. Ed. Petite bibliothèque Payot, 7,35 euros.

Ariel Dorfman, La nounou et l’iceberg . Traduction de l’américain Marie-France Girod. Gabriel McKenzie envoie à sa petite amie virtuelle, avec laquelle il n’a jamais eu d’ébats amoureux que sur Internet, une lettre d’amour désespérée où il l’informe de son intention de se suicider. Il déroule le long fil des évènements de son existence qui l’ont poussé à ce sinistre projet. Très angoissé dès qu’il s’agit de séduire une jeune femme, il est hanté par un pari de son père, lancé le lendemain du jour de sa conception : faire l’amour à une femme différente, chaque jour, durant 25 ans ?Ed. Grasset, 240 p, 22,50 euros.

Jean-Daniel Verhaegue, Un goût du secret . A la mort de son père, Marie voit surgir des éléments de sa vie qu’elle ignorait. Quel secret renferment ces lettres jamais ouvertes par son père et écrites par une mystérieuse inconnue aux cheveux roux ? Ed. Rocher, 128 p, 11 euros.

Judith Michael, Des mots d’amour . Traduction de l’américain Marie-Hélène Sabard. Un metteur en scène new-yorkais troublé par la découverte des lettres d’une actrice célèbre disparue des écrans et de la scène à la suite d’un terrible accident, décide de la convaincre d’abandonner sa retraite. Ed. J’ai lu, 7,50 euros.

Divers

Lorsque l’enfant paraît : Victor Hugo et l’enfance  : exposition Villequier, Musée Victor Hugo, 26 avril- 18 août 2002. Sous la direction d’Evelyne Poirel. Père puis grand-père, Victor Hugo a nourri son ?uvre de sa passion pour ses enfants et ses petits-enfants. Poèmes, dessins, romans, correspondance, notes, les documents inédits ou rarement présentés au public ici réunis attestent de sa fascination pour l’état d’enfance. (Catalogue de l’exposition du Musée Victor Hugo de Villequier), Ed. Somogy ; Musée Victor Hugo de Villequier, 144 p, 35 euros.

Essais

Lorenzo Pestelli, Onze lettres à Pénélope . Double référence à l’aventure d’Ulysse et à la guerre du Vietnam, ces onze lettres à Pénélope écrites à Kyoto en 1966, poème en prose de l’amour, de l’attente et de la mort illustrent l’exil intime d’un écrivain voyageur en quête d’une vérité nue. Ed. Zoé (Carouge / Suisse), 48 p, 3,50 euros.

Charles Joseph de Ligne, Pensées, portraits et lettres à Casanova et à la marquise de Coigny . Le maréchal prince de Ligne (1735-1814) a promené son impertinence entre son château de Beloeil aux environs de Bruxelles, Versailles et Vienne. Epris d’amour, de littérature et de guerre, cet esprit indépendant et libertin est emblématique d’une vision du monde et d’un mode de vie résolument européen. Un seul devoir l’animait, s’amuser, dépenser et se dépenser ; aussi écrire pour lui participait de cette avidité de plaisirs. Cet ouvrage reprend pour l’essentiel l’édition de ses textes choisis par Mme de Staël en 1809. Les lettres destinées à son ami Casanova et à la marquise de Coigny témoignent de l’originalité de la pensée de cet homme du siècle des Lumières. Ed. Rivages poche, 6,86 euros..

ido

Correspondances

Ilo De Franceschi, Ecrivez-moi Madeleine . Issu d’une famille aristocratique de Trieste, emprisonné à la fin des années 20 pour opposition au fascisme, Ilo de Franceschi s’engage dans la Légion en 1937 à 34 ans. Le hasard d’une erreur de distribution de courrier met Madeleine Allain sur sa route. Mais doit-on parler de hasard ou plutôt de miracle pour restituer toute la teneur des sentiments qui lient Ilo à Madeleine. Ces deux êtres qui ne se rencontreront jamais échangent entre la France et le désert marocain des lettres d’une rare beauté de 1939 à 1940. Malgré des décennies de silence, Madeleine garde en mémoire la grâce de cette amitié amoureuse et lorsqu’elle apprend le décès de ce correspondant si cher en 1986, elle décide de publier ces lettres comme un dernier hommage à la profonde humanité d’Ilo de Franceschi. Nouvelle édition. Ed. de l’Aube (La Tour d’Aigues / Vaucluse), 108 p, 7 euros.

Pétrarque, Lettres familières  : livres I-III= Rerum familiarium : libri I-III, Lettres familières : livres IV-VII= Rerum familiarium : libri IV-VII. Traduction du latin André Longpré. Ces deux premiers volumes initient la première édition mondiale de la correspondance complète du poète. Découvrant en 1345 un manuscrit des Lettres de Cicéron, Pétrarque rassemble à son tour ses lettres adressées à ses amis et à ses chers auteurs anciens qu’il admire tant. Père de la poésie moderne et de la culture humaniste, Pétrarque a durablement influencé la vie littéraire, morale et politique de L’Europe chrétienne. Son ?uvre à la fois emprunte de pensée antique et des bouleversements de la Renaissance, ouvre la voie à un âge nouveau. Ed. Belles lettres, volume 1,500 p, 30 euros ; volume 2, 572 p, 28 euros.

François Augérias, Le diable ermite : lettres à Jean Chalon (1968-1971) . Dans ses lettres adressées à son ami épistolaire, François Augérias, écrivain solitaire, nomade, révolté et prisonnier des hospices confie toute la détresse des dernières années de sa vie. Ed. de la Différence, 144p, 15 euros.

Pétrus de Dacie, Ma très chère . Traduction du latin François Rosso. La correspondance mystique et amoureuse entre une béguine allemande et un dominicain suédois au XIIIe siècle. Ed. Esprit ouvert (Lausanne), 160 p, 18,70 euros.

Biographie / Autobiographie

Serge Molla, Jacques Chessex et la Bible , parcours à l’orée des Ecritures. De l’influence du sacré et du spirituel dans l’oeuvre poétique de Jacques Chessex. L’auteur s’écarte de la simple biographie pour laisser la place à sa correspondance avec l’écrivain suisse et à des commentaires de ses poèmes. Ed. Labon et Fides (Genève), 180 p, 22 euros.

Sylvie Cynamon-Goldenberg, Ça va aller . L’auteur revient sur son enfance dans les années 40. Des lettres rédigées au Vél d’Hiv ou à Drancy par sa famille se mêlent à son douloureux récit de la déportation et de la séparation d’avec sa mère. Ed. La part commune (Cesson-Sévigné / Ille-et-Villaine), 72 p, 12 euros.

Elisabeth Miso, journaliste