Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Edito > Edito du 12 septembre 2002

Edito du 12 septembre 2002

M Z Danielwski

danielewski2

D’abord diffusé sur Internet, publié au Etats-Unis depuis deux ans, La Maison des feuilles (House of Leaves, Pantheon Books) est le premier roman de Mark Z. Danielewski, né à New York en 1966. Grâce au traducteur Claro et aux éditions Denoël, cet ouvrage vient de paraître en France. Livre hors norme, d’une complexité jubilatoire, La Maison des feuilles est une "maison-livre" d’une extraordinaire érudition qui par sa facture, défie le genre romanesque.
L’auteur se lance dans une recherche formelle qui donne l’impression de glissement, d’une dérive sémantique et spatiale, marquée par la mise en page, la fragmentation, la juxtaposition de textes, la superposition d’écritures, le surgissement d’une typographie différente, parfois l’absence de ponctuation... Danielewski perd le lecteur dans le labyrinthe des ressemblances, des reflets, des dissemblances, des récits parallèles, des répétitions-variations...
Face à cet univers textuel, à cette activité de dé-figuration et re-figuration, le lecteur est invité à reconstruire le texte dans le mouvement présent de la lecture. Tantôt fluide, tantôt ralenti par des obstacles, le texte s’amuit, se vide ou au contraire s’accélère par une prolifération de langage. Bien que ces mouvements de lecture hétérogènes et irréductibles puisqu’ils induisent plusieurs possibilités favorisent un éclatement narratif, la principale trame fictionnelle reste cohérente et bouleversante. La forme au service du contenu suggère le mouvement, la vitesse, les traces de l’aléatoire, les lieux, le silence, la folie, le cauchemar... Métaphore de la lecture, de l’expérience poétique, La Maison des feuilles réunit divers genres littéraires, multiples histoires, idées, langues, références littéraires, musicales et cinématographiques. Un univers fictionnel aux dimensions excessives... Nathalie Jungerman