Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Marcel Moreau : Portrait, par Corinne Amar

édition du 5 décembre 2002

 

Photo portrait de Marcel Moreau.

Lundi soir 25 novembre 2002, Brasserie Wepler (atmosphère de cocktail qui précède la remise du prix Wepler-Fondation La Poste). - Vous êtes Marcel Moreau ? - Oui.

C’est déjà l’intérieur qui parle. Un bol de cheveux gris, écharpe et maintien couleur cardinale : l’esprit se tient en altitude.
Dans le vif de la lumière, le brouhaha des voix, des verres, je veux lui dire : "Votre livre, votre écriture, c’est une surprise pour moi, une joie véritable, je suis heureuse de vous rencontrer, je...".
Lui, prudence du chat, sur la défensive, du chien, dans l’expectative - deux façons de concevoir l’éventualité du danger, eût dit Calaferte (un autre Grand du retrait) et, s’il le faut, de l’affronter. Moi, l’émotion retenue, le culte du silence. Je bafouille mes quelques mots d’hommage, mais qu’importe mon sujet, ce que j’éprouve est dit. CORPUS SCRIPTI.
Rien à dire de l’auteur. L’ ?uvre est là, est son révélateur et le représente. Je suis né d’une intensité, avec de l’intensité et pour l’intensité. Il n’existe aucune horloge, ni instrument, ni statistique qui puissent calculer cette violence de vivre(...) CS. p.57.
Je me souviens de mon corps comme d’un chaos debout, ne se couchant que pour le sommeil de sa folie ou pour l’amour d’une femme. J’étais jeune et déjà possédé de mots. Le Verbe secouait le corps, ses abîmes. Comme s’il en retournait la part maudite. Plus tard, c’est lui, ce corps qui écrirait, m’écrirait, s’écrirait. Trop de raison tue, il voulait vivre.
Il n’attend que ça le corps : que l’on fasse de lui le grand livre sensoriel et vertigineux où puisse se lire l’essentiel de notre identité. L’appauvrissement du langage fait beaucoup de morts...dans l’âme. C’est parce que nous ne sommes pas ou plus en mesure de nommer notre mal-être que nous ne nous imaginons plus en mesure d’en guérir. Et pourtant ils existent, ces mots des profondeurs (...)

CORPUS SCRIPTI est un théâtre de pulsations. Pulsations de rage d’un ténébreux, désespéré illuminé, d’un tempérament taurique. Ebauches d’un autoportrait, vertiges ; l’obsession du corps, la passion vitale du mot, du livre -il remue des plaies, il en provoque-, pressions successives, charges aveugles. L’écriture, parée d’un pouvoir proprement magique ; il écrit, poussé par des obligations intérieures. Viennent de très loin en lui, les mots ; bouillonnement de soufre, nébuleuse des instincts, écœurantes divagations, panique toute ensemble stimulante et destructrice qui traverse les os et soulève le sang. Osmose entre courants lunaires et solaires. Contagion des crises, capacité décapante de l’écriture. Se fuir, se renier, mais croire au sens rayonnant de l’œuvre.
Comment es-tu allé de la lecture à l’écriture ? Comme un détenu creuse avec une cuiller, sous sa prison, le tunnel au bout duquel l’évasion reste encore un mirage, plus qu’elle devient une espérance. La lecture t’a fourni la cuiller, et l’utopie de penser que cette cuiller était un pic ou une foreuse. Quand on est à la fois son renfermement, son geôlier, ses murs et ses barreaux et qu’on est un fauve à qui la terrible rumeur répète sans s’en lasser : "Tu n’es rien", il ne faut pas moins que la violence d’une utopie pour que les choses changent(...).

Mystérieux, le destin d’un corps.
CORPUS SCRIPTI. Démasqué, mis à nu, dépouillé de ses prestiges. Eveil généralisé. Promotion fatale qui le projette hors de la littérature d’aujourd’hui, à moins qu’elle ne soit éveillée. L’expression est l’acte du corps tout entier, a sa propre gamme de langage.
C’est ton instinct et ses palpitations qui sont allés au livre... Les livres, c’était plus que du papier, avec un récit dessus. C’était de la caresse annoncée, de l’épidermique volupté en plus. C’était si physique que c’en était parfois génital. En entrant de cette manière dans le monde du langage, tu ne risquais point de t’éloigner trop de ton obsession centrale : le corps de la femme (...) deux modes d’accession au vertige de vivre : Verbe, Vénus.(CS. p.13).
Croire en la femme, croire en l’amour, accrocher l’amour à l’infini.
Car il arrive un moment où la violence de se connaître jusqu’en ses démons fait apparaître, en intronisé, le premier d’entre eux : l’Amour. Ce n’est pas le moins désespérant, le moins douloureux d’entre eux, ni le moins impur. Mais il est sans doute le plus beau, comme le sont les anges déchus, puisque de toutes les forces qui s’exposent à la mort, il est la seule qui nous relie encore, dans l’instant unique de la chair où aimer est un toucher d’absolu, à notre mémoire de l’humanité, et de son inhumanité, laquelle pour le coup, en resplendit. Et pourtant qu’en est-il de l’amour si ce toucher charnel de l’absolu, nous n’en étendons pas aux sentiments de l’émotion, et aussi à l’enveloppante tendresse les effets destructeurs qu’il eut sur notre raison ? (CS.p.73)

Entre vérités irrespirables et supercheries salutaires, il y a ce tumulte intérieur qui demande à tressaillir pour une autre vie. Saturne enseveli, agressant les zones secrètes - communication des fonds obscurs - qui se punit en même temps qu’il se purifie, et sauvegarde sa singularité, ses muscles d’homme et ses traits au milieu du chaos...

Corinne Amar

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite