Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres choisies, Dietrich Remarque

édition du 26 décembre 2002

 

Note manuscrite de Erich Maria Remarque à  Marlène Dietrich

Erich Maria Remarque, 25 novembre 1937, Porto Ronco

C’est la nuit et j’attends que tu appelles de New York. Les chiens dorment autour de moi, et le gramophone passe - des disques que j’ai trouvés,- easy to love, I got you under my skin awake from a dream. Ma tendre ! Ma douce bien-aimée ! une petite branche des mimosas qui poussent autour de ma maison est en fleur depuis quelques jours. Le matin, dorée, elle pend du mur blanc dans le soleil. Douce, comme ton haleine près de mon épaule, dans ton sommeil. Ma plus douce - parfois la nuit, je tends le bras et veux attirer ta tête plus près de moi - Mais chez toi il fait jour, les lumières dans les rues ne se mettent à briller que peu à peu, tu te tiens dans ta chambre, quelqu’un va sortir dîner avec toi, aller au théâtre, et sur le lit sont posées les robes du soir et tu ne sais pas si tu dois mettre la blanche avec le corsage doré de Schiaparelli ou la noir et or de chez Alix. ( ?) petit gars de la patinoire ! Gagneur d’argent ! Est-ce que tu es habillée chaudement en dessous ? Quelqu’un prend-il soin de toi ? Tout à l’heure, nous irons dans la plus grande pâtisserie et tu auras du chocolat chaud avec de la chantilly et une gigantesque assiette de gâteaux aux pommes. Celui avec les bandes croisées sur le dessus. Et une tête de nègre. Le tout avec autant de chantilly que tu voudras.

Mais à quoi cela sert-il de se tromper soi-même avec des souvenirs tendres, je t’aime ma douce, et tu me manques horriblement, je m’efforce de ne pas y penser, à l’obscurité, à cet instant où je venais chez toi et la lumière était déjà éteinte, et tu sortais de l’obscurité et volais dans mes bras et la chambre et la nuit et le monde tombaient en morceaux et tes lèvres étaient la chose la plus douce du monde et tes genoux venaient et tes épaules et ta voix tendre- reviens, reviens- Ma bien- aimée tremblante que j’aime infiniment.


Erich Maria Remarque, Porto Ronco, 24 décembre 1937 Parfois, tu es très loin et alors je me souviens : en fait, nous n’avons jamais été ensemble, juste tous les deux. Ni à Venise, ni à Paris. Il y avait toujours des gens autour de nous, des gens et des choses et des situations. Et parfois cela m’envahit et me coupe le souffle : l’idée que nous serons quelque part, juste toi et moi, et que le soir viendra et puis un nouveau jour et un nouveau soir, et nous sommes toujours seuls et plongeons l’un dans l’autre, toujours plus profondément, et rien ne nous tire violemment en arrière et appelle et dérange et requiert notre attention, rien ne nous coupe des morceaux de notre journée infinie, notre respiration se fait profonde et calme, hier est encore aujourd’hui et demain est déjà hier, et la question devient la réponse et tout le bonheur est dans un simple être-là.( ?)
Erich Maria Remarque, 12 janvier 1939, Porto Ronco

Chérie, aujourd’hui j’étais si fatigué et ma tête était grise et poussiéreuse,- il a plu et neigé depuis des jours et je n’ai pas été dehors et j’ai beaucoup trop fumé, si bien que le c ?ur me faisait mal et que mes mains tremblaient un peu,- alors ce soir tard, quand le ciel s’est éclairci et que les étoiles ont percé, j’ai sorti le puma gris du garage et j’ai vérifié les pneus et j’ai pris le saint Christophe et nous sommes partis, - les chiens, le puma et moi. ( ?) Je suis descendu et j’ai arrêté le moteur, et tout à coup, il y a eu un silence infini. Et puis, j’ai regardé Jupiter et j’ai respiré profondément et je n’ai pensé qu’une chose : amour amour amour, et je l’ai dit aussi, amour, amour, amour, je l’ai répété sans cesse, car quel mot dit plus, quel mot pourrait-on dire ? Aime-moi puma, car j’ai besoin de tellement d’amour, aime-moi, aime-moi. Il y a eu une époque où Goethe terminait ses lettres par : aime-moi. Non pas je t’aime, - puisque, aime-moi est tellement plus fort. Aime-moi, puma maintenant, dans l’ obscurité de l’instant vécu, aime-moi maintenant que je vois le croissant de la lune descendre lentement vers l’horizon ? aime-moi dans ce silence inouï où un jour se dissout, un jour où nous n’avons pas été ensemble, irréparablement, et où notre vie s’est amoindrie.


Erich Maria Remarque, Télégramme. 4 février 1939, Porto Ronco

Gâteau arrivé à l’instant très bon mais rend un peu triste Ah puma je suis fatigué d’écrire des livres sans toi Le temps est trop court.


Marlène Dietrich,Télégramme le 19 septembre 1952

Marlène Dietrich,Télégramme le 19 septembre 1952, New York

s’il te plaît aide-moi à trouver vieux poème allemand ou ballade (1) contenant vers suivants jeune fille dit arrache le coeur de ta mère et donne-le à mon chien et le coeur dit plus tard quand le fils tombe le coeur à la main de mon enfant ne t’es-tu pas fais mal stop infidèle que tu m’aies abandonnée n’est pas une citation d’une chanson mais renvoie à ta disparition de newyork stop si les journaux disent la vérité et qu’infidèle tu as abandonné l’autre (2) je suis contente donne de tes nouvelles même si tu ne trouves pas la ballade baisers puma

Notes : (1). Non identifié pour l’instant (2). Marlène Dietrich fait allusion ici à la séparation de Remarque d’avec Natasha Paley.


Marlène Dietrich,Télégramme, le 8 février 1962, New York, (en-tête : 992 Park Avenue)

Chéri - Je voudrais te demander la traduction d’un texte, dit par moi, dans un film (1) sur Hitler. Le film est bon -autrement, je ne te le demanderais pas. Tu me manques chaque seconde et me manqueras à tout jamais. - Ton Puma

Naturellement, c’est moi qui dirai tes mots, dans le film, je veux dire. Tes mots, je les dis de toute façon dans la vie.

Notes : (1). Il s’agit du documentaire américain The Black Box, par Louis Clyde Stoumen (1962) avec en voix off, la voix de Marlène Dietrich.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite