Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Billet d’humeur > Livre : Jonathan Safran Foer, Tout est illuminé. Par Nathalie Jungerman

Livre : Jonathan Safran Foer, Tout est illuminé. Par Nathalie Jungerman

édition du 24 avril 2003

Couverture du livre Tout est illuminé de Jonathan Safran Foer.

Bâti sur le récit historique, le récit épique et la correspondance, le premier roman de Safran Foer, jeune new-yorkais de 26 ans, offre à la fois une écriture lyrique d’un classicisme britannique et une écriture truffé de barbarismes. Roman protéiforme où se superposent plusieurs histoires, Tout est illuminé parcourt le temps et l’espace, mêle le tragique, le merveilleux, la farce, le sacré, la méditation sur l’exil et la quête identitaire. Alex Perchov, un jeune ukrainien qui parle un anglais approximatif se fait embaucher par une agence de voyages russe permettant aux juifs américains de retrouver les lieux où leurs familles vivaient avant l’Holocauste.
Promu traducteur et guide, il rencontre pendant l’été 1997, l’alter ego de Jonathan Safran Foer, à la recherche de ses origines et d’un mystérieux village ukrainien. Au cours de leur périple, ils découvriront que ce Shtetl appelé Trachimbrod, dont il ne reste qu’une pierre tombale, a été détruit par les nazis en 1941. Le récit propose différents niveaux de narration et propulse par intermittences le lecteur dans une autre époque, une autre histoire qui raconte la vie des ancêtres juifs de l’écrivain à Trachimbrod entre la fin du XVIIIe siècle et la Seconde Guerre mondiale. Entre légende et conte de fée, ces épisodes où intervient la "douce Brod", une nymphe qui va devenir l’ange gardien du village, semblent s’inscrire dans la tradition littéraire Yiddish et évoquent les fictions de Sholem Aleichem (né en Ukraine 1859-1916), où humour, dérision et sagesse sont savamment maîtrisés.
Nathalie Jungerman