Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Marguerite Yourcenar : Portrait par Corinne Amar

 

Photo portrait de Marguerite Yourcenar. Marguerite Yourcenar naît à Bruxelles, d’un père lillois et d’une mère belge. Orpheline de mère dix jours après sa naissance, elle est élevée par sa grand-mère et par son père qui très tôt les installe à Paris et l’initie aux visites des musées, aux matinées classiques des théâtres, aux lectures, au latin, au grec.
Entre quinze et vingt ans, elle a fait la lecture de bon nombre d’auteurs classiques et des maîtres de la littérature européenne du 19ème siècle. Par jeu, avec l’aide de son père qui porte le nom de Cleenewerck de Crayencour, elle se fabrique l’anagramme dont elle finira par se servir exclusivement, et qui deviendra son nom légal aux Etats-Unis, à partir de 1947.
En 1929, elle publie son premier roman, Alexis ou le traité du vain combat ; récit d’un jeune homme avouant à sa femme son homosexualité et, qui mettant ainsi un terme au mensonge, reprend sa liberté. Entre 1929 et 1931, elle voyage, partage son temps entre Paris, la Belgique, la Hollande, l’Italie et les pays d’Europe centrale.
Cinq ans plus tard, elle publie Feux ; un poème en prose qui est le fruit d’une passion impossible pour un homme qu’elle aime et qui lui, préfère les hommes. En 1936, elle se rend à Londres pour rencontrer Virginia Wolf dont elle traduit The waves. Cette même année, elle rencontre à Paris, Grâce Frick, une enseignante américaine qui l’invite à passer l’hiver aux Etats-Unis et qui deviendra par la suite une compagne de vie pour de longues années. Elle voyage ; Capri, Vienne, Floride, Canada, elle écrit ; Les Nouvelles Orientales (1938) : l’histoire d’un vieux peintre , Wang Fo, condamné à mort par un empereur qui ne supporte pas qu’il puisse créer un univers plus beau que le monde réel. Wang Fo réussira à s’évader sur la mer de jade que son pinceau vient de créer ; Coup de grâce (1939) : elle y exprime toute la violence qui couve en elle à cette époque. En 1939, elle part pour les Etats-Unis, vivre chez Grâce Frick. Elle enseigne à New York la littérature française et devient citoyenne américaine. Les Mémoires d’Hadrien datent de 1950 : elle fait revivre à la première personne Hadrien un empereur romain du deuxième siècle, qui a favorisé les arts et amélioré la vie des esclaves. Le livre est couronné par le prix Fémina-Vacaresco et par l’Académie française en 1952. En 1968, elle publie L’Oeuvre au Noir et obtient le prix Fémina.
En 1974, le premier volume de son oeuvre autobiographique, Souvenirs Pieux, apparaît. Deux ans plus tard elle finit de rédiger Archives du Nord, le second, et envoie une lettre à Gaston Gallimard pour l’en avertir.
En mars 1980, elle est élue à l’Académie française, où elle remplace Roger Caillois. Elle est la première femme à siéger. Un an plus tôt, Grâce Frick meurt. Elle voyage en Egypte, au Maroc. Elle entreprend un long périple à travers le Japon, la Thaïlande, la Grèce, le Kenya, en compagnie d’un jeune musicien Jerry Wilson, son nouveau compagnon.
Elle continue d’écrire. Elle multiplie les prix. En 1983, elle a un grave accident de voiture au Kenya. Deux ans plus tard, elle subit une intervention chirurgicale. Elle meurt le 17 septembre 1987 aux Etats-Unis.
En 1988, paraît la publication posthume du troisième volume de son oeuvre autobiographique, Le labyrinthe du monde ; Quoi ? L’Eternité.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite