Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions, édition
du 26 juin 2003

Dernières parutions, édition
du 26 juin 2003

édition du 26 juin 2003

Couverture du livre Léo Ferret, une vie d’artiste de Robert Belleret.

Biographies/ Autobiographies

Robert Belleret, Léo Ferret, une vie d’artiste . Robert Belleret, journaliste au Monde, s’est plongé dans une somme de documents variés (textes de l’artiste, articles de presse, correspondance, enregistrements radiophoniques et télévisuels...), a recueilli les témoignages de proches afin de restituer au plus juste la teneur de l’oeuvre et de la personnalité de Ferré. Il n’y a plus rien, C’est extra, Avec le temps... Léo Ferret laisse près de 300 chansons inoubliables... Fort d’une connaissance parfaite du répertoire de l’artiste, l’auteur nous entraîne dans son sillage, au fil de salles de concerts mythiques, au fil d’une vie de rires, de larmes, de misère et de gloire. Nouvelle édition. Ed. Actes Sud, Léméac (Montréal), 704 p, 29 €.

Bernard Marck, Il était une foi Mermoz . Aviateur émérite tout comme Antoine de Saint-Exupéry, Jean Mermoz s’est également illustré ailleurs que dans les airs, ailleurs qu’au-dessus des déserts et des océans. Amant fougueux, fils aimant, ami fidèle, militant du parti social français fondé par le colonel de La Rocque ; dans tout ce qu’il a entrepris il s’est toujours affirmé comme un homme de passion. Avec pour matière une volumineuse correspondance souvent inédite, dont celle échangée avec sa mère Mangaby, des confidences, de nombreux témoignages ; Bernard Marck retrace le parcours exaltant d’un des héros de la grande aventure de l’Aéropostale. Ed. J.Picollec, 280p, 28 €.

Gaston Mauberger, Dans l’intimité de Pierre Loti, 1903-1923 : témoignage inédit de son secrétaire particulier . Réuni et présenté par Alain Quella-Villéger. Préface Bruno Vercier. En 1903 Gaston Mauberger alors avocat, abandonne les plaidoiries pour embrasser la carrière de secrétaire particulier de Pierre Loti durant 20 ans. Le présent ouvrage dévoile ses archives, composées de notes commentant ses rencontres avec l’écrivain voyageur et de leur correspondance. Sources d’informations précieuses, ces documents privés nous éclairent sur le travail et la pensée de Pierre Loti. Ed. Croît vif, 439p, 30 €.

Romans

Vassilis Alexakis, Talgo . Traduction du grec par l’auteur. Eléni, une jeune Athénienne, écrit à l’homme dont elle est séparée. Elle se remémore leur rencontre, leurs retrouvailles entre Paris et Barcelone, leur rupture. Organiser un récit autour de cette blessure, c’est tout à la fois pour la jeune femme rester liée à cet amour mais aussi puiser dans les mots la vitalité de transformer cette perte en une meilleure connaissance d’elle-même.Ed. Stock " Bibliothèque cosmopolite ", 190 p, 8,40 €.

Edgar Allan Poe, Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall . Traduction de l’anglais Charles Baudelaire. Nouvelle extraite de Histoires extraordinaires. Le bourgmestre de Rotterdam, Mynheer Superbus Von Underduk est un jour littéralement renversé par une bien étrange lettre tombée du ciel. Le signataire en est Hans Pfaall réfecteur de soufflets, disparu cinq ans auparavant après avoir tué par bombe ses créanciers. Il narre son extraordinaire voyage vers la Lune en montgolfière et par l’intérêt suscité espère bien gagner le pardon de la ville. Ed. Gallimard Folio, 96 p, 2 €.

Baron de Montesquieu, Lettres persanes . Lorsqu’en 1721 Montesquieu publie de façon anonyme à Amsterdam ces Lettres persanes, il se sert habilement de l’engouement du XVIIIe siècle pour le roman épistolaire et l’exotisme oriental pour distiller une critique féroce politique, morale et philosophique de la fin du règne de Louis XIV. Despotisme, fanatisme religieux, facticité des codes sociaux... les deux personnages Usbek et Rica, deux diplomates perses en voyage d’étude en Europe découvrent avec grand étonnement les m ?urs de l’occident dont ils font le récit dans leurs lettres et reçoivent en retour des nouvelles du sérail. Ce roman qui connut un succès immédiat, allie avec bonheur intrigue romanesque et remarquable conscience sociale. Nouvelle édition. Ed. Gallimard Folio, 4,60 €.

Romans policiers

Douglas Preston et Lincoln Child, Les sortilèges de la Cité perdue . Traduction de l’américain Michèle Garène. Archéologue à l’Institut d’Archéologie de Santa Fe, Nora Kelly reçoit la lettre adressée par son père à sa mère 16 ans plus tôt, peu avant qu’il ne disparaisse au c ?ur de l’Utah, sur la piste d’une cité antique des Indiens Anasazis. Padraic Kelly y assure avoir découvert l’introuvable cité de Quivira, légendaire cité de l’or. Sans la moindre hésitation, Nora Kelly monte une expédition et part sur les traces de son père. Perdue dans un dédale de canyons vertigineux, Quivira s’avère renfermer un mystère bien plus surprenant qu’un trésor seul. Très vite terreur et mort rôdent autour des membres de l’expédition... Toujours fidèle au subtil mélange d’effroi et de science qui fait le succès de ses romans, le binôme Preston / Child signe là un haletant thriller ethnologique digne des meilleures aventures d’Indiana Jones. Robert Laffont "Best Sellers", 398 p, 21 €.

John Katzenbach, L’Analyste . Traduction de l’américain Jean-Charles Provost. Le jour de 53 ans, Frederick Starks, psychanalyste de renom, reçoit une bien énigmatique lettre de menace signée Rumplestiltskin. L’auteur qui connaît ses moindres habitudes lui accorde deux semaines pour découvrir son identité et les motifs de sa haine. Si Starks y parvient, il lui suffit de passer une annonce dans le New York Times ; dans le cas contraire il doit envisager le suicide s’il ne veut pas ruiner l’existence de 52 de ses proches. Rumplestiltskin s’engage tout de même à lui divulguer quelques indices. Une incroyable traque commence alors... Presses de la Cité "Sang d’encre", 502 p, 19,80 €.

Essais

Catherine Poisson, Sartre et Beauvoir : du je au nous . Parallèlement à leur oeuvre respective, Simone de Beauvoir et Jean-paul Sartre se sont essayé à l’auto-représentation par le biais d’une mise en scène de leur relations. Sur la base de nombeux écrits, Catherine Poisson étudie les différentes formes littéraires, fiction, journal, correspondance, dans lesquelles s’incarne leur récit autobiographique. Ed. Rodopi (Amsterdam), 211 p, 40 €.

Gilbert Sinoué, A mon fils à l’aube du troisième millénaire . Sous forme de lettre ouverte, un père dresse pour son petit garçon un lucide constat de l’état de la planète et des hommes. Quel héritage pour les générations à venir ? L’auteur invite son fils à ne pas saccager davantage, à trouver le courage de s’élever contre les aberrations de ce monde, à ne pas se laisser dominer par un sentiment de fatalité, à croire encore à quelques utopies et à la raison comme ferments de progrès. Ed. Gallimard/ Folio, 3 €.

Elisabeth Miso