Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Edito > Edito du 4 septembre 2003

Edito du 4 septembre 2003

Dai Sijié

La Chine est à l’honneur en France, de octobre 2003 à juillet 2004. Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou propose depuis cet été, une exposition, Alors, la Chine, qui invite à découvrir des artistes chinois contemporains dont les oeuvres appartiennent aux domaines des arts visuels, de l’architecture, du cinéma, de la vidéo et de la littérature.

Ce contexte culturel est aussi l’occasion de dédier ce numéro à Dai Sijie dont le deuxième roman, Le Complexe de Di paraît aux éditions Gallimard le 4 septembre. Romancier et réalisateur, Dai Sijie est d’origine chinoise, et vit en France depuis une vingtaine d’années.

Affiche du film Balzac et la Petite Tailleuse chinoise de Dai Sijié.

Il compte à son actif quatre longs métrages dont Chine, ma douleur et Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, titre de son premier roman qui a connu un véritable triomphe. Balzac et la Petite Tailleuse chinoise racontait l’histoire de deux jeunes amis, amoureux de la littérature interdite, Balzac, Stendhal, Dostoïevski, Flaubert, Romain Rolland... tous deux fils de médecins et de scientifiques, envoyés en rééducation dans les montagnes, en pleine Révolution chinoise ; Le Complexe de Di met en scène un personnage fantasque, qui, féru de psychanalyse et de culture française, repart pour la Chine en 2000 après un long séjour en France, à la recherche de son amour perdu. Les péripéties du personnage principal à travers une Chine métamorphosée génèrent du rire et de la fiction. A la lisière du roman comique ou picaresque, le récit articulé autour de différentes formes narratives dont la lettre, enveloppe de dérision une réflexion sur l’origine et la langue.

Nathalie Jungerman