Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions, édition
du 25 septembre 2003

Dernières parutions, édition
du 25 septembre 2003

édition du 25 septembre 2003

Couverture de la revue La Correspondance. TDC.

Revues

La Correspondance .
TDC, Textes et documents pour la classe. Bimensuel thématique (n°859) du 1er septembre 2003.
Directeur de la publication, Claude Mollard.
Rédactrice en chef, Lydia Bretos.
Rédacteur en chef adjoint, Guy Belzane.
Une revue qui s’adresse notamment aux enseignants, composée de deux grandes parties : "Savoirs" et "Séquences pédagogiques". De nombreuses reproductions enrichissent les articles.
Sommaire :
Ce numéro de TDC a été coordonné par Nathalie Jungerman
Savoirs
Le Point : Les lettres, les belles-lettres, par Marc Escola, Maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne
Décryptage : "l’attrait des choses qui se dissimulent", par Stéphanie Guyon, agrégée de lettres
Art et société : De l’art postal au mail art, par Nathalie Jungerman
Société : Les correspondances à l’âge d’internet, par Jean-Rémi Gratadour, chercheur à l’IREPP (Institut de recherches et prospective postales)
L’interview : "La lettre comme forme de résistance à la barbarie" interview de Paul Soriano, Président de l’IREPP, par Nathalie Jungerman
Pédagogie - Ecole
Littérature cycle 3 : Un roman nourri de lettres, par Nicole Wells, professeur de français à l’IUFM de Créteil
Poster-cycle 3 : Un peintre épistolier, par Marit Raae, professeur d’arts plastiques de la ville de Paris
Littérature cycle 2 : Quand la lettre devient fiction, par Nicole Wells, professeur de français à l’IUFM de Créteil
Pédagogie - Collège / Lycée
Français 3 - 6e : Correspondance terme à terme, par Anne Delafont, inspectrice de l’éducation nationale, Régis Pol, Directeur d’école, Sandra Ulatowski, coordinatrice REP, Martine Nowacki, CPAIEN, Martine Michalski, CTICE Français - TICE Collège : Mener une correspondance multimédia, par René Paulin, Docteur ès Lettres, Formateur-associé IUFM de Créteil
Français - Arts plastiques 1re L : L’épistolaire, par Alice Achille, agrégée de Lettres
Lectures 6/11 ans

Pour s’abonner à TDC :
Relations abonnés : 03 44 03 32 37
chèque bancaire ou postale à l’ordre de l’Agent comptable du CNDP. SCEREN-CNDP / Abonnement, B750, 60732 Sainte-Geneviève Cedex Pour un an (20 numéros) : 62 euros.

Correspondances

Jean Cocteau, Lettre aux Américains . Un court séjour à New York suscite chez Cocteau le désir de s’ouvrir aux Américains dans une lettre. Sur la trame de réflexions autour du cinéma, de la décadence, du luxe, de la psychanalyse ou de la littérature, Cocteau livre sa vision de l’ancien et du nouveau monde autant qu’il se dévoile lui-même. Réimpression, Éd. Grasset, 120 p, 6,80 euros.

Louise de Vilmorin - Jean Cocteau, Correspondance croisée . Parmi toutes les manifestations littéraires et muséales de cette année Cocteau, cette correspondance croisée présente le double mérite de restituer un témoignage de tout premier ordre sur l’intimité de Cocteau et de tirer de l’oubli Louise Vilmorin. Ces deux-là ont nourri une amitié indéfectible pendant près de 30 ans. De ce mois d’octobre 1934 où il découvre le premier roman de Louise, Cocteau n’a eu de cesse d’adorer la femme et d’admirer l’écrivain qu’il a toujours encensé et soutenu dans le monde littéraire. Éd. Le Promeneur/ Gallimard, 232 p.(A paraître le 2 octobre).

Biographies/ Autobiographies

Ghislain de Diesbach, L’abbé Mugnier . Arthur Mugnier, modeste abbé de son état, grand admirateur des hommes de lettres, devient de 1891 à la fin des années 30 le confesseur du Tout Paris, le convive et l’ami apprécié d’artistes, d’écrivains et d’aristocrates du faubourg Saint-Germain de Proust. C’est Huysmans qu’il convertit qui l’introduit dans les sphères de l’élite culturelle. Il fréquente Chateaubriand, Goethe, George Sand, Proust (à qui il inspire l’abbé Poiré dans la Recherche), Valéry, Cocteau, Paul Morand. Abbé d’Ancien Régime, épris de modernité et d’idées libérales, il fait souvent preuve d’une trop grande indulgence dans l’administration de ses paroissiens, ce qui lui attire les foudres de sa hiérarchie. Son Journal où il croque nombre de personnalités de son temps lui vaut la reconnaissance du milieu littéraire. Cette première biographie complète le Journal paru en 1985 (Mercure de France) grâce à la communication d’archives privées, de correspondances inédites et à la partie non publiée du Journal. Éd. Perrin, 340 p.

Jean-Paul Bertaud, Choderlos de Laclos. En 1782 paraissent Les Liaison dangereuses, en quelques jours seulement l’ouvrage rencontre un succès considérable. A tel point que l’opinion publique prête à son auteur les mêmes caractéristiques que son héros Valmont : un noble oisif et libertin, fin stratège en matière de séduction. En vérité Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos est un simple officier d’artillerie, un père et un époux modèle. Homme de lettres et des Lumières, révolutionnaire convaincu, il entre en politique et traverse tous les revirements de régime. Il manque de mourir sous la Terreur, alors emprisonné durant 13 mois il surmonte cette épreuve grâce à la correspondance échangée avec sa femme. Sous le Directoire, il devient haut fonctionnaire et sert les ambitions de Bonaparte. Il meurt en mission en Italie en 1803. Un homme modeste certes qui laisse un chef-d’oeuvre. Éd. Fayard, 570 p, 32 euros.

Romans

Saïd. Paysages d’une mère lointaine . Traduit de l’allemand par Nicole Bary.
Écrit par l’un des plus éminents représentants de la littérature allophone en Allemagne, ce récit raconte les retrouvailles impossibles entre une mère et un fils. Le narrateur, élevé dans la famille de son père, a fui le régime du Shah. Il vit en Allemagne depuis longtemps lorsque son demi-frère organise une rencontre à Toronto avec cette mère dont il ne sait presque rien. Quelques semaines de conversations et de silences sans parvenir à établir une connivence. Vient la séparation puis des lettres sans réponses, des lettres qui disent l’amertume d’un impossible dialogue, et qui opèrent finalement dans le sens d’un adieu. Paysage d’une mère lointaine est un très beau texte, une voix singulière et intime, une écriture sobre et émouvante qui convoque la poésie et les rêves. Sorte de journal ou longue lettre, le récit évoque sans pathos le manque et l’irrémédiable. Ed. Métailié. Septembre 2003. 119 pages, 14.00 euros. N.J.

Antonio Tabucchi, Il se fait tard, de plus en plus tard . Traduction de l’italien Lise Chapuis, Bernard Comment. Dix-sept lettres et une réponse, dix-sept narrateurs masculins, dix-sept voix qui s’élèvent et entrent en résonance autour d’une même blessure, celle des souvenirs, de l’amour perdu. Éd. 10-18, 304 p, 7,80 euros.

Stéphane Jougla, L’idée . Jeannot 11 ans, se retrouve en tête à tête avec son père depuis le départ de sa mère. Malgré les lettres aimantes qu’il reçoit d’elle et qui exacerbent la fureur du père quitté, rien ne vient dissiper l’angoisse de Jeannot persuadé que son père veut le tuer. Un premier roman. Éd. Gallimard, 11,50 euros.

Essais

Martin Robitaille, Proust épistolier . L’oeuvre de Proust trouve un de ses ressorts fondateurs dans le rapport au monde qu’entretenait l’écrivain à travers la pratique épistolaire. Sa correspondance avec Jeanne sa mère, avec Robert de Montesquiou et Reynaldo Hahno nous fait entendre le rôle essentiel de l’écriture épistolaire dans l’élaboration de son discours littéraire et les pistes psychanalytiques qui le sous-tendent. Éd. Presses de l’Université de Montréal, 250 p, 20 euros.

Divers

"George Bush croit-il qu’il y a la moindre différence entre la façon dont les gens des quartiers pauvres de ce pays le voient et celle dont le peuple irakien voit Saddam Hussein ? Croit-il vraiment qu’un seul Noir-Américain se sent moins opprimé parce qu’il a envoyé des troupes faire la guerre à l’autre bout du monde ? Il parle de libérer de la tyrannie le peuple irakien quand dans les villes qu’il gouverne les pauvres gens meurent de faim et jettent leurs bébés aux ordures [...] J’ai un scoop pour vous M.Busch : ça ne marche pas. La guerre que vous menez n’est pas la bonne. Celle que vous devriez mener est à votre porte [...] Les sans-abri qui dorment sur les bouches d’aération seraient bien contents de vous dire qui a besoin de liberté." Afrikandreamer
Street Voice paroles de l’ombre. Préface de Curtis Price. Traduction de l’américain Gaëlle Erkens. Au début des années 90, Curtis Price travailleur social fonde un journal de rue à Baltimore (Maryland), ville ouvrière qui concentre des statistiques effrayantes de misère sociale. Dans sa préface il revient sur l’historique d’une telle initiative et dresse un constat sans illusions d’un pays en proie aux inégalités croissantes. Street Voice en donnant la parole aux chômeurs, aux sans-abri, aux junkies, à tous les laissés-pour-compte, se pose comme média de résistance et mode d’expression alternatif à la barbarie du système américain. Drogue, pauvreté, prison, violence, solitude, humiliations ? les textes, les illustrations et les lettres parus dans les colonnes de Street Voice témoignent avec une troublante sincérité de vies ravagées. Éd. Verticales, 167 p, 8,50 euros.

Laurent Marty, La Boîte à Mots . Ateliers d’écriture épistolaire entre enfants et adultes. Quelques lettres et refaire le monde ! Préface de Marie Desplechin. Tisser du lien et du sens, trouver sa place dans ce monde ; il est parfois complexe pour un enfant de s’y reconnaître pour construire et se reconstruire. Inaugurés dans le Nord de la France, les ateliers d’écriture de la Boîte à Mots accueillent des enfants en difficulté identitaire et comportementale. Des enfants écrivent à des adultes et des adultes bénévoles leur répondent, chacun restaurant dans l’art épistolaire le besoin de parole et d’écoute. Laurent Marty, ethnologue, relate cette aventure humaine et la rattache à la nécessité qu’ont les hommes depuis la nuit des temps de se raconter des histoires, de s’inscrire dans un récit collectif. Éd. L’Harmattan, 162 p, 15 euros.