Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres choisies : Aventuriers du monde

édition du 13 novembre 2003

 

Photo de plusieurs lettres manuscrites su supports de couleur

Extraits de lettres tirés de l’ouvrage Aventuriers du Monde 1866-1914. © L’iconoclaste, 2003

Lettre de Jules Ferry à Pierre Savorgnan de Brazza

26 juin 1883

Mon cher Monsieur de Brazza, J’ai reçu votre dernière lettre datée du Gabon (30 mai) et, bien que vous m’y fassiez savoir que vous allez vous trouver à 2 ou 3 mois de distance de nous, je profite du prochain départ pour vous mettre au courant des démarches fort importantes qui ont été faites tout récemment auprès de nous par le vice-président de la Chambre des Députés, M. Couvreur, envoyé par le roi des Belges. La crainte d’un conflit entre vous et Stanley est le point de départ de cette communication. Pour l’éviter, nous a dit le représentant du Comité d’Etudes du Congo, ne conviendrait-il pas de faire à chacun sa part et de les renfermer l’un et l’autre dans un domaine déterminé ? On propose en conséquence de convenir que M. de Brazza opérera sur la rive droite du Stanley Pool et sur toute la route de l’Ogooué (...)

Lettre manuscrite du commandant Gouraud à sa mère


Lettre du commandant Gouraud à sa mère

26 février 1908.

Sous la tente, enfin ! Au bivouac de Choggar, 26 février 1908 Chère Maman bien aimée, Me voici enfin dans la vie que j’aime, pour laquelle seule je me suis depuis de longues années éloigné de vous. J’ai vu bien des bivouacs pareils, mais c’est la première fois depuis mon départ de Sain-Louis que je dresse ma tente - depuis un jour, près de Boutso, en remontant le Chari. Mais revenons au départ de Saint-Louis. Ma dernière lettre vous a laissée, je crois, sue ma satisfaction de pouvoir faire mon itinéraire complet, tel que je le confirmais, sans pour cela renoncer à marcher avec le général. Donc, le 11, à 4h, j’embarquais sur le vieux Borgnis-Desbordes de 1894. Le lendemain à midi, nous étions à Podor, après une nuit excessivement froide. A Podor, le capitaine Garnier, mon camarade de promotion, qui commande le cercle de Trarza, venu au devant de nous, avec le peloton de spahis du lieutenant Reboul. Trouvé le transit de Podor dans un désordre remarquable. J’ai là un pauvre commis, plus bête que mail, alcoolique, avec une malheureuse femme et un bébé de quatre ans qui boit déjà sa petite absinthe ! Secoué vigoureusement, cet imbécile.


Lettre du commandant Gouraud à sa mère

Chingueti, le 14 novembre 1909

Ma mère chérie,

Voici ma dernière nuit à Chingueti : je pars demain. je garderai bon souvenir de ce ksar, de ce poste de paille, plus aéré, plus lumineux que le fortin d’Atar. et surtout, je garde au fond des yeux ces couchers de soleil splendides, aux teintes divines - on peut le dire - puisque c’est Dieu même qui les fait.(...) Du haut de la grande dune, il était 5 h, nous avons eu une vue admirable, saisissante : les dunes montant les unes sur les autres, colorées de tous les jaunes imaginables, semées de touffes de [xxx] vert pâle ; par dessus le ksar se détachent en brun vigoureux sur la palmeraie et, au fond du tableau, de grandes dunes lointaines, vers l’est, déjà toutes blanches. (...)


Lettre d’Auguste François à Jean-Baptiste BeauWou-Tchéou-Fou, 2 janvier 1899

Mon cher ami,

( ?) Me voici donc parvenu à ce Wou-Tchéou-Fou d’où je vous envoyais l’an dernier ma première impression. Elle ne s’est pas modifiée. Je viens d’opérer une descente du fleuve qui a été fertile en renseignement de tous genres. J’en empoisonnerai encore le ministère, puisque j’ai entrepris de dire la vérité ; je serai désagréable jusqu’au bout. On me saura tout le mauvais gré que l’on voudra mais j’ai conscience de faire ce qui doit être fait. ( ?) J’ai recueilli, je vous le disais, bien des renseignements sur ma route, sur les missionnaires notamment. J’ai vu les mandarins tout surpris d’apprendre que les consuls ne sont pas placés sous les ordres de l’évêque et de ses curés, et que la France n’obéit pas elle-même aux ordres du Pape. C’est ce qui leur est enseigné par les Chouzq et sous-Chouzq du Guanqxi. Les visites que j’ai faittes l’an dernier, en remontant la rivière, dans les missions de Koui-Hien et de Nan-Ning ont été présentées comme un acte de subordination, un Chim-Chim aux calotins. Les mandarins avaient été habitués à adresser leur correspondance à Sa Grandeur le délégué du pape, "munis des pouvoirs du ministre de France". Sa Grandeur voyage avec une bannière qui indique le passage du délégué de France. Quand nous leur obtenons une satisfaction, ils se gardent bien de laisser même soupçonner aux populations qu’ils nous la doivent et quand ils ont obtenu dix fois ce qu’il leur est dû ou même indû, ils nous tombent dessus pour avoir gêné leur réclamations. (...)

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite