Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres et journal inédits : Raymond Cousse

édition du 27 novembre 2003

 

Couverture du livre  de Raymond Cousse

Extraits - Raymond Cousse lettres et journal inédits. © Marie-Claude Cousse et Les Episodes

Lettre inédite

Raymond Cousse à Samuel Beckett 3-01-76 Paris

Cher Samuel Beckett,

Il y a longtemps que je souhaitais vous écrire. Si je ne l’ai pas fait plus tôt, ce n’est pas faute d’y avoir pensé. Il y a en effet peu de jours où je ne pense pas à vous. La Terrine continue cahin-caha sa carrière. Je n’ai pas pour le moment d’autre solution que de la jouer, principalement pour des raisons économiques. Nous en sommes actuellement à 140 représentations environ. Ce n’est pas rien, d’autant que chacune d’entre elles doit être négociée au préalable. Ce qui me prend l’essentiel de mon temps. Je tiens toujours le rôle de Gros-Papa, assez correctement je crois (fausse modestie, je pense y pêtre très bon, Chabert a d’ailleurs dû vous le dire). Nous jouons principalement pour les enfants. A peu près partout, c’est un accueil enthousiaste. Une partie des enseignants traite la pièce par le mépris (puérilité, non culturel, non pédagogique, grosses ficelles, etc.)... C’est bien normal, après tout. Je préfère déplaire aux enseignants qu’aux enfants. Nous tournons surtout dans la banlieue parisienne, un peu aussi en Province. (...). Si vous avez le temps de lire Refus d’obtempérer (en annexe) et de me dire l’effet qu’il vous aura fait, ça me ferait plaisir. (...) Ça vous surprendra peut-être, mais je m’efforce de tenir un journal. Et pas une fois par-ci par là. Non tous les jours, j’ai ainsi écrit plus de 1 700 pages en moins de 6 mois. Question d’éthique personnelle, vous comprenez . (...)

A bientôt, j’espère. Marie-Claude se joint à moi pour vous transmettre nos amitiés.

Raymond Cousse


Journal inédit

1978

22 avril

(...) Terminé Mes amis de Bove. La dérision du titre est à l’image du contenu. L’économie étonnante du langage. Un style visuel, très pictural, procédant par petites touches, presque du pointillisme. Le désespoir poli et discret. Une sensibilité retenue aussi et beaucoup de pudeur. C’est un chef-d’oeuvre. Je n’en reviens pas qu’un tel livre ait pu être écrit en 1921, par un auteur de 23 ans. J’ai lu et relu à petites doses, en marquant des pauses entre chaque phrase.

11 décembre

Tellement gros que je n’ose plus monter sur la balance. Le ventre si proéminent que je ne verrais d’ailleurs pas le compteur. J’en suis probablement à cent cinq kg. Pour un mètre soixante-quatre. Je ne cesse de bouffer. C’est une compensation en fait de ne pas - je n’ose dire plus - boire. Si je marche cent mètres, je transpire comme un porc, sans parler des suées d’angoisse très fréquentes. Cent cinq kg c’est précisément le poids d’abattage de mon cochon dans Stratégie.

1987

Madrid, 4 décembre

(...) Dîné plusieurs fois avec des philosophes de la revue Esprit et également Paul Ricoeur, pour lequel j’ai beaucoup d’estime parce que ce n’est pas un faiseur, mais un artisan de la philosophie plein d’humilité. Nous avons sympathisé spontanément. Il s’est intéressé sans cesse à mon travail et déplorait de devoir repartir sans avoir vu le spectacle. Comme je lui parlais d’Hyvernaud, il m’a appris qu’ils étaient tous deux prisonniers dans le même camp en Poméranie.

© Marie-Claude Cousse et Les Episodes

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite