Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Gabrielle Wittkop, la passion de la mort Par Nikola Delescluse.

édition du 27 novembre 2003

 

Couverture du livre La Marchande d’enfants de Gabrielle Wittkop

Nikola Delescluse est le légataire de l’oeuvre littéraire de Gabrielle Wittkop. Il a préfacé La Marchande d’enfants et postfacé La Mort de C. (éd. Verticales).

Gabrielle Wittkop (27 mai 1920, Nantes - 22 décembre 2002, Francfort) laisse une oeuvre qui, si elle n’est pas imposante par son volume - une dizaine de romans ou récits et recueils de nouvelles -, mérite de figurer au rang des chefs-d’oeuvre de la littérature. Indépendamment du statut de "livre culte" que semble occuper Le Nécrophile, publié en 1972 aux éditions Régine Deforges et réédité depuis, dans une version révisée et augmentée de collages de l’auteur, aux éditions Verticales, sans qu’on puisse savoir si cette étiquette n’est pas un moyen efficace de paralyser ce bouleversant récit et de substituer à l’impact sensible une admiration plus distante, d’autres oeuvres moins connues éclairent le parcours singulier d’un auteur chez qui la fréquentation de la mort marque d’une empreinte sidérante toute l’existence.
Mais cette approche de la mort comme phénomène physique et psychique ne se départ jamais, chez Gabrielle Wittkop, d’une sorte d’exultation païenne de la vie, d’une jouissance sensitive et intellectuelle du carpe diem qui fut sans aucun doute possible sa façon d’être au monde. A cet égard, La Mort de C. n’explore pas seulement les rivages morbides où s’égara Christopher D., dédicataire du Nécrophile, mais appréhende également, par un mouvement d’écriture mimant le rythme de l’océan, la résurgence bouillonnante de la vie tapie derrière chaque décès. Cette dualité, on la retrouve à l’oeuvre dans des récits et nouvelles qui, du Sommeil de la raison à La Marchande d’enfants, s’insinuent dans les plus sombres anfractuosités de l’âme pour en faire jaillir les désirs enfouis. L’amour, par les manifestations radicales que Gabrielle Wittkop choisit de mettre en scène - inceste, nécrophilie, pédophilie n’étant que les pointes les plus avancées d’une oeuvre marquée au sceau de l’inavouable -, entrelace les figures d’Eros et Thanatos dans une communion indivisible.
Les trois nouvelles rassemblées sous le titre Les Départs exemplaires aux éditions de Paris développent les destins de personnages qui vont chacun disparaître dans des circonstances plus ou moins tragiques. L’exemplarité de leurs parcours vient encore de cette intrusion de la mort au coeur même du processus vital. Ainsi la jeune Idalia Dubb périt parce que sa ravissante bottine a fait s’écrouler les marches fragiles de la tour du vieux burg où elle était montée : le fétichisme du vêtement, qui parcourt toute l’oeuvre de Gabrielle Wittkop et qui s’apparente le plus souvent à la figure du désir, appelle une réaction immédiate, une manifestation cruelle du destin. Cette image est poussée à son paroxysme dans Le Nécrophile, où l’amour physique de Lucien pour les cadavres est en même temps la cause de leur décomposition accélérée.
Amour et mort s’interpénètrent jusqu’à se dissoudre l’un dans l’autre, au travers d’une écriture, dont on s’est plu à souligner par erreur la préciosité, sans saisir sa vertu essentielle, qui est de faire coexister magnifiquement ces deux mouvements contradictoires.

Nikola Delescluse

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite