Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Edito > Edito du 26 février 2004

Edito du 26 février 2004

Lettres des Jésuites du Levant

Monogramme de Soliman

Toughra (monogramme de Soliman)

"Je me suis engagé à vous faire part de ce que je trouverais de plus curieux et de plus remarquable dans les différentes contrées que je serais obligé de parcourir. Pour satisfaire à mes engagements, voici le système que je me propose de suivre. Dans les voyages, je me contente d’examiner attentivement la position des lieux, la situation des villes, la différence des climats. Mais quand je suis une fois fixé dans quelque endroit, les usages du pays, les coutumes des peuples, surtout en ce qui concerne la religion, font mon étude particulière" (...). Lettre d’un missionnaire d’Alep, (Anonyme et sans date), Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites du Levant, Éditions Desjonquères, page 130

Les jésuites en mission se devaient de transmettre à leur supérieur, un compte rendu précis de leurs voyages, des territoires et des villes qu’ils découvraient, de leurs observations quant aux moeurs, coutumes, et croyances des peuples qu’ils rencontraient. Lettrés et savants, les jésuites s’intéressaient aux sciences et aux arts, à la fois explorateurs, géographes, historiens, mathématiciens ou linguistes. Férus de philosophie comme de poésie, ils cherchaient aussi bien à connaître les pays et les civilisations qu’à partager les acquis de l’Occident. Ils encourageaient la piété des laïcs, entreprenaient des conversions. Dans les pays du Levant qu’ils sillonnaient, les missionnaires français du XVIIIe siècle, s’employaient surtout à tenter de ramener les diverses communautés chrétiennes à la stricte orthodoxie romaine. Les Lettres édifiantes et curieuses des Jésuites du Levant, choisies et présentées par Isabelle et Jean-Louis Vissière, publiées cette semaine par les éditions Desjonquères, offrent un remarquable témoignage de cette richesse et de cette érudition propres aux jésuites, ainsi que de la diversité des religions de cette partie de l’ancien empire Ottoman qui correspond aujourd’hui à la Turquie, la Syrie, le Liban et Israël. Elles recueillent d’autre part la vie quotidienne de ces communautés multiples.

Nathalie Jungerman