Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Entretien avec Dominique A. Propos recueillis par Nathalie Jungerman

 

Photo portrait de Dominique A.

Dominique A., chanteur, musicien, compositeur, âgé de 35 ans, vit aujourd’hui à Bruxelles. Six albums et de nombreuses collaborations, notamment avec Francoiz Breut, Yann Tiersen et Oslø Telescopic...

Comment est née l’idée de ce recueil de textes collectif autour de votre album Tout sera comme avant ?

Dominique A. : Ces dernières années, j’ai croisé pas mal d’auteurs français, notamment lors de rencontres littéraires comme les Nuits de la Correspondance à Manosque. Au fur et à mesure, j’ai constaté qu’il y avait une génération d’écrivains qui nourrissaient un intérêt particulier pour la chanson contemporaine en France, de même nature que le mien pour la littérature. Alors, je ne sais plus ni "comment" ni "d’où" est venue l’idée du recueil, sinon que c’était un moyen de consolider les liens entre les deux mondes, tout en en soulignant les différences d’approche dans l’écriture. Ce qui sépare les choses et les gens n’est pas moins intéressant que ce qui les rapproche.

Comment s’est effectué le choix de ces quinze auteurs et l’attribution des titres des chansons ?

Dominique A. : Je connaissais personnellement une petite dizaine des quinze auteurs, et le goût que j’avais de leurs livres m’a naturellement orienté vers eux. Mais le recueil n’aurait pas existé si l’idée ne les avait pas séduits. Il y avait aussi d’autres auteurs auxquels j’avais pensé comme Frédéric-Yves Jeannet, dont j’adore les livres, mais qui avait trop d’huile sur son feu, ou Pierre Bergounioux ; mais avec ce dernier, je me suis aperçu qu’il serait difficile de convaincre des écrivains qui n’avaient pas une curiosité minimale pour la chanson, sans même parler d’un support privilégié. Après, en ce qui concerne l’attribution des titres, certains choix s’opéraient par rapport à l’idée sans doute très préconçue que j’avais de l’écriture et du type de sujet qui pouvaient inspirer tel ou tel auteur (ex : Olivier Adam avec Elle parle à des gens qui ne sont pas là, dont le titre suggérait une approche très narrative, Pendant que les enfants jouent pour Morgiève, en souvenir de Mon petit garçon, etc...), et certains autres se faisaient au débotté, par rapport à des titres a priori moins inspirants (comme La retraite à Miami, dont a écopé Eric Pessan).

Vous écrivez dans la préface "derrière tout ça une bête question : qu’est-ce qui déclenche "leur écriture", cette musique interne que le silence n’effraie pas, et le culot d’écrire ?"... Vous avez également joué le jeu en écrivant une nouvelle à partir de la chanson Le départ des ombres...

Dominique A. : Oui, le pourquoi du comment de l’écriture littéraire est quelque chose qui me fascine assez, le rapport au mot qui n’est pas dit ou chanté ; sans doute que comme beaucoup de gens par rapport à la chanson, j’ai du mal à concevoir une approche intuitive de l’écriture dans la littérature, comme si tout roman ou nouvelle répondait à une intention précise et arrêtée, ou chaque mot était pesé en vue de telle ou telle intention. Je sais bien sûr que ce n’est pas le cas, mais ça reste assez mystérieux pour moi. Quant à ma participation directe au recueil, elle était motivée avant tout par la défection d’un auteur avant remise des épreuves ; ça faussait un peu le jeu d’un côté, tout en le consolidant de l’autre. Dans la mesure où je ne ressens pas la nécessité d’écrire hors les chansons, ma participation ne résout pas le "mystère".

Vos chansons offrent des atmosphères, racontent des histoires (leurs titres, pour la plupart, sont narratifs), qu’est-ce qui en provoque la narration ? Est-ce à partir d’expériences, de lectures ?

Dominique A. : Pas mal de lectures, de phrases glanées çà et là, ou plutôt "captées". A un moment où je n’attends rien (puisque le but de la lecture n’est pas de chercher des idées), une phrase, un mot se détachent de la page, c’est comme un flash, je sens que je tiens un point de départ, souvent très éloigné de ce que raconte le livre, une piste. Après, il y a évidemment une réceptivité à l’environnement, comme en l’occurrence le fait d’apercevoir des éoliennes dans un paysage, ou de voir apparaître le mot "Bowling" au sortir d’une ville, qui provoquent en moi une sensation d’"inédit", de choses qui ne renvoient à aucune chanson que je connaisse, et par rapport auxquelles des situations ou des personnages peuvent s’élaborer.

Au festival des Correspondances de Manosque 2002, vous avez fait une lecture mêlant musique et littérature avec notamment des textes choisis de Marina Tsvetaïeva, Pierre Bergounioux, Richard Morgiève, Nikos Kokantzis... Quel lien entretenez-vous avec la littérature ?

Dominique A. : La littérature a, au fil du temps, pris le pas sur l’écoute de la musique, et est devenue ma principale source d’inspiration. C’est quelque chose que je regarde de loin, avec appréhension, sans pouvoir me défaire d’une posture d’admiration un peu ridicule. Quelques années à frayer dans le monde littéraire, et ça devrait pouvoir se soigner.

Vous écoutez donc moins de musique ? Quels sont vos disques de prédilection ?

Dominique A. : Effectivement, j’en écoute moins qu’avant, et plus distraitement. Dans les disques qui m’accompagnent depuis des années, il y a Nick Drake, Joy Division, Spain, Bessie Smith, John Coltrane, Brel, les oeuvres pour piano de Ravel et Debussy, Portishead, Bashung dernière période, Talk Talk dernière période et tant d’autres que j’oublie sur le moment.

Parlez-nous du CD qui accompagne le livre et qui s’intitule Tout ne sera plus comme avant...

Dominique A. : Ce CD propose des versions instrumentales de certaines chansons du disque, comme un écho de ce qui reste, une fois tous les mots balayés ; une chanson écartée du disque mais par rapport à laquelle Bruno Gibert avait écrit une nouvelle ; et un cut-up, sur une suggestion d’Yves Pagès de Verticales, à partir de phrases des nouvelles du recueil, sur une version alternative du morceau-titre Tout sera comme avant ; comme un renvoi d’ascenseur, aux auteurs, et vampirisme caractérisé.

Vous venez de donner deux concerts, le 5 mars au festival "Lire à Bron", et le 6 mars au Bataclan. Ce choix d’être seul sur scène ?

Dominique A. : Par défaut (pas de groupe) et par goût (seul en scène, c’est la liberté)...

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite