Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions du 30 avril 2004

Dernières parutions du 30 avril 2004

édition du 30 avril 2004

Couverture du livre Lettres de Diên Biên Phu.

Correspondances

Lettres de Diên Biên Phu . Sous la direction de Guy Leonetti. Préface de Pierre Schoendoerffer. Guy Leonetti a rassemblé les lettres inédites, les carnets de notes et les récits des soldats témoins de la terrible défaite qui devait sonner le glas de la présence française en Asie du Sud-Est. Qu’étaient-ils venus défendre dans ce combat perdu d’avance, livrés aux ordres d’un état-major en pleine confusion, abandonnés à 12 000 kilomètres de leur pays ? A l’heure où l’on commémore le 50ème anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu , ce document exceptionnel invite au travail de mémoire. Sylvie Pélissier-Rocard est à l’origine de cet ouvrage qui est publié avec le concours de La Fondation La Poste, Ed. Fayard, 505 p, 30 euros. Lettre du 24 mars 1954 du médecin-lieutenant Verdaguer à son épouse
Ceux qui peuvent vraiment parler de l’enfer de Diên Biên Phu sont les unités qui ont combattu de 20 heures à 7 heures du matin sous un déluge de feu et d’acier, contre des vagues de Viêts bourrés de choum marchant sur leurs morts et attaquant aux lance-flammes. J’ai vu passer chez moi les gars d’un de ces bataillons après qu’au jour les parachutistes aient réussi à les dégager et à les recueillir : leurs figures ravagées, leurs vêtements déchirés et sanglants, leurs yeux hagards en faisaient des autres hommes, des revenants hallucinés.

Simone de Beauvoir - Jacques-Laurent Bost, Correspondance croisée 1937-1940 . Edition établie et annotée par Sylvie Le Bon de Beauvoir. En 1937, Simone de Beauvoir a 29 ans, partage la vie de Sartre depuis huit ans et enseigne la philosophie. Jacques-Laurent Bost a 21 ans, il a quitté le Havre pour étudier la philosophie à Paris. L’amitié cède rapidement la place à l’amour, liant toute sa vie le Castor à cet ami fidèle. Après Lettres à Sartre et Lettres à Nelson Algren, ce nouveau pan de la correspondance de Beauvoir, présente l’intérêt inédit de restituer la conversation croisée entre ses deux protagonistes. Outre ce qu’elle nous révèle de l’intimité, de l’intelligence et du talent littéraire de Beauvoir, cette correspondance est un témoignage d’une rare qualité sur les prémices de la seconde guerre mondiale à travers le regard du soldat Bost. Ed. Galllimard, 992 p, 35 euros.

Couverture du livre Lettres galantes à Madame de Godeville

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Lettres galantes à Madame de Godeville . Présentaton et annotation Maurice Lever. Sans la découverte naguère de ces 106 lettres à la Pierpont-Morgan Library de New York, la littérature érotique aurait pu être amputée à tout jamais d’un des plus beaux exemples d’échange épistolaire libertin. Délicatesse, audace, abandon, passion brûlante, Beaumarchais qui n’en est pourtant pas à sa première conquête se consume de désir pour cette femme galante rencontrée à Londres lors d’une de ses missions secrètes. Ed. Fayard, 216 p, 18 euros.

Jean-Pierre Guéno, Roselyne de Ayala, Régine Deforges, Les plus beaux manuscrits de George Sand . Correspondances avec Flaubert, Sainte-Beuve, Hugo, Musset, romans, pièces de théâtre, articles ; la plume prolixe de George Sand s’est essayée à bien des genres littéraires et s’est enflammée pour bien des domaines. En cette année de célébration du bicentenaire de sa naissance, les manuscrits reproduits ici nous rappellent avec quelle intelligence et quel engagement cette femme rebelle a su dépeindre la société de son temps. Ed. Perrin, 168 p, 30 euros.

Couverture du livre Paroles du jour J, lettres et carnets du débarquement.

Jean-Pierre Guéno, Jérôme Pecnard, Paroles du jour J, lettres et carnets du débarquement . Avec pour même principe l’appel à témoins à l’origine de Paroles de poilus. Lettres et carnets du front, 1916-1918, Jean-Pierre Guéno directeur des Editions de Radio France a recueilli les lettres et les journaux intimes des soldats et des civils pris dans le débarquement de Normandie. Normands, Alliés, Allemands, de simples hommes pour la plupart à peine sortis de l’adolescence, écrivent souvent à la hâte leur amour, leur terreur, leur fierté et l’horreur de la bataille. Ed. les Arènes, 160 p, 29,90 euros.

Rémy Cazals, Lettres de réfugiées : le réseau de Boriblanque : des étrangères dans la France de Vichy . Préface Michelle Perrot. Dans l’entre-deux guerres, Jules et Marie-Louise Puech forment un couple exceptionnel. Intellectuels protestants, professeurs, progressistes convaincus, ils militent en faveur de la paix et du féminisme. Pendant la guerre, retranchée en zone libre dans son Tarn natal, Marie-Louise, grâce à son réseau de contacts international va sauver des réfugiées françaises et étrangères de la menace allemande. Membre actif de l’Association des Femmes Diplômées des Universités, elle réunit les fonds nécessaires à la survie, à la fuite et aux études de ses protégées. Au travers de centaines de lettres conservées par les Puech, l’auteur laisse entendre les voix de ces femmes jetées dans la tourmente de la guerre mais aussi dans un formidable élan de solidarité dans la France de Vichy. Ed. Tallandier, 471 p, 24 euros.

Romans

Daniel de Bruycker, Lettres de Treste . Le jeune Dizoût vit avec les siens dans la ville de Treste occupée harmonieusement à la fois par les Zelbes et les Trestovars. Jusqu’au jour où pour des raisons sombres toute la famille doit se terrer dans la cave de l’immeuble. Dizoût écrit alors sans espoir de réponse des lettres à mademoiselle Douzemai, une correspondante parisienne, dont il a trouvé l’annonce dans une revue. Guidé par sa mémoire, son interprétation et ses rêves, il fait exister par le seul pouvoir de la fiction cette ville aimée, réelle ou imaginaire, comme un hymne à la tolérance et à la liberté. Ed. Actes Sud, 267 p, 18,90 euros.

Vladimir Tasic, Cadeau d’adieu . Traduction du serbo-croate Gabriel Iaculli, Gojko Lukic. En plein hiver, un serbe installé au Canada reçoit une lettre et un paquet renfermant les cendres de son frère cadet mystérieusement disparu quelques années plus tôt. Resurgit alors le souvenir de ce frère tant adoré ? Ed. les Allusifs (Montréal), 136 p, 13 euros.

Romans policiers

John Harvey, Couleur franche . Traduction de l’anglais Mathilde Marin. A peine sorti de prison, Sloane, faussaire de talent de grands peintres, reçoit une lettre de Jane Graham qu’il a passionnément aimée par le passé. Sur le point de mourir, elle lui avoue qu’il est le père de sa fille Connie et lui fait promettre de se faire connaître d’elle. Mais approcher Connie c’est aller au devant des ennuis : chanteuse de jazz à New York, elle a rompu tout lien avec sa mère et a pour compagnon un inquiétant psychopathe... Ed. Rivages, 9 euros.

Essais

Jean-Claude Renard, Céline, les livres de la mère . Au fil des romans, de la correspondance et des entretiens, cet essai met en lumière l’influence majeure de la figure maternelle dans la vie et l’oeuvre de Céline. Loin de la vision chaotique et misanthrope du monde, une autre image et une autre lecture de l’écrivain s’imposent. Ed. Buchet Chastel, 250 p, 20 euros.

Elisabeth Miso