Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres choisies - Lettres croisées (Oran Villiers-le-bel 1961-1962)

 

photo d’un timbre oblitéré illustrant l’Algérie. Lettres croisées (Oran Villiers-le-bel 1961-1962) qui est une correspondance fictive entre deux adolescents, a pour contexte historique la guerre d’Algérie.

Les auteurs de ce livre sont les élèves de la 3°1 et de la 3°7 du collège Léon Blum de Villiers-le- bel. (2003-2004). Edition de L’Harmattan, juin 2003, 107 p. 13 €

Lettre de Djamel Selmi à Nicolas Joubert

Vendredi 19 octobre 1961,

Nicolas, As-tu lu les journaux, as-tu écouté la radio ? Est-ce que tu sais qu’il y a eu des morts, des blessés, des innocents arrêtés pendant notre grande manifestation à Paris contre le couvre feu ? Moi, je n’y étais pas parce que Yéma me l’avait interdit, elle avait peur pour moi mais Farid, lui, était déjà à Paris, alors il y est allé.
Comment te raconter tout cela ? Le mieux, c’est que j’essaie de te rapporter, aussi fidèlement que possible, ce que Farid nous a raconté à son retour.
"Les Champs-Élysées étaient remplis de manifestants mais nous étions bloqués de tous les côtés par des barrières et de très nombreux cars de police. Il pleuvait à flots et on était comme encerclés. On sentait qu’il allait se passer quelque chose, que la police allait charger. Pourtant on était pacifiques et sans armes.
Un vieux m’a dit de sauter la barrière avec les autres pendant qu’il était encore temps, lui, il était trop vieux pour ça. J’ai pris la fuite par une petite rue latérale mais il y avait des policiers partout. Je me suis réfugié dans un café et j’ai commandé une bière pour détourner les soupçons. J’ai eu de la chance. Deux policiers sont rentrés jeter un ?il, ils m’ont demandé ma nationalité. J’ai répondu "Sono Italiano" et ils n’ont pas insisté. J’ai attendu un bon moment et j’ai réussi à rejoindre à pied la chambre d’un copain qui suit les mêmes cours d’anatomie que moi".
Imagine le souci qu’on s’est fait, surtout maman ! Farid n’a pas pu nous prévenir. Il est resté la nuit chez son ami et n’est rentré qu’hier soir à la maison, après sa journée de cours. Papa a appris qu’on avait conduit des bus entiers d’Algériens au fort de Vincennes, comme si tous mes compatriotes étaient des assassins !
Quand je pense qu’au début du mois, le Général de Gaulle a fait une allocution à la radio et qu’il a parlé d’Algérie nouvelle, de coopération de la France, tu parles, que des paroles en l’air !
J’aurais tellement préféré te raconter la sortie du tout dernier modèle Renault au Salon de l’auto du Grand Palais ; la 4L. J’ai vu les photos au garage. Elle coûte moins de 6000 nouveaux francs. Plus tard, j’en achèterai une avec un toit ouvrant et j’emmènerai toute la famille à la mer ! Djamel (...)


Lettre de Nicolas Joubert à Djamel Selmi

le 25 février 1962,

Mon cher ami,

Tu aurais pu ne plus recevoir de lettre de ma part car il y a eu un monstrueux attentat, sûrement commandité par l’OAS.

Un bâtiment proche de la cathédrale a explosé ce matin même, plastiqué par deux terroristes qui ont été arrêtés par la gendarmerie. Toute la façade s’est écroulée, l’avenue est bloquée par les débris de pierre, de verre et malheureusement un homme se trouvait là au moment de l’explosion.
A côté de la cathédrale, des enfants perdus criaient pendant que les gendarmes recherchaient les parents. Quand je pense que j’ai failli y rester ! Mais je ne peux pas me plaindre.
Mon père, il y a quelques jours de cela, m’a enfin donné le journal intime de mon grand-père, estimant qu’il était temps de me le confier. Quelle émotion d’avoir un tel ouvrage en mains, ce sentiment est inexplicable.
Mon grand-père s’appelait Louis (mon second prénom), lui en a vécu des horreurs durant son service, il en a vu des morts et des morts, il s’est même pris un éclat d’obus dans la jambe. Il a disparu en 1916 au cours d’une attaque. Il ne nous reste plus que son journal et ses dessins ; (...)

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite