Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Edito du 26 août 2004

Georges Bataille et Michel Leiris

 

Mon cher Michel Je t’écris tristement car si je pense au passé j’éprouve une sorte d’horreur qu’il soit devenu aussi éloigné, aussi clairement hors de portée. Il y a des moments où la tristesse remonte beaucoup plus qu’à d’autres et où on s’aperçoit beaucoup plus de ce qui est irréparable. Je voudrais aussi te dire combien je me sens proche de toi mais il me semble que tu le sais assez bien et qu’il est inutile d’en parler.
Georges Bataille, février 1940. (Georges Bataille, Michel Leiris, Échanges et correspondances. Éditions Gallimard, p. 139)

Fictions et réflexions théoriques composent l’ ?uvre de Georges Bataille. Nourrie de Nietzsche, Hegel et Sade, cette ?uvre aborde divers domaines tels que la philosophie, la politique, l’économie, l’histoire des religions, la mystique, l’anthropologie, la littérature et l’esthétique. Poète, ethnographe, critique d’art et essayiste, Michel Leiris s’est engagé dans une vaste entreprise autobiographique après avoir parcouru l’Afrique pendant deux ans en tant que "secrétaire-archiviste" de la mission Dakar-Djibouti. Georges Bataille et Michel Leiris se sont écrit entre 1924 et 1961. En mai dernier, les éditions Gallimard ont publié un volume qui rassemble ces lettres. Elles révèlent une sensibilité commune, une admiration mutuelle et une forte amitié que n’ont pas altéré certains différends. Le livre comprend également des articles de l’un sur l’autre, des textes extraits du Journal de Leiris, un article de robert Desnos, Georges Bataille et Marcel Griaule paru dans Documents en 1929, une postface de Bernard Noël "Un regard entendu"... Un ouvrage établi et annoté par Louis Yvert, intitulé Georges Bataille, Michel Leiris, Échanges et correspondances. Louis Yvert a rencontré Michel Leiris en 1958. Il a publié en 1996 un travail bibliographique où l’essentiel de son oeuvre est classé et commenté. Il éclaire ce dossier par un entretien consacré à la correspondance Bataille-Leiris ainsi qu’à l’oeuvre autobiographique et aux écrits sur l’art de Michel Leiris.

Sorti aux éditions Berg International il y a deux ans, Le grand Jour, Prague 1943 de Marianne Golz-Goldlust, par la densité dramatique de sa correspondance demeure d’actualité. Nous nous proposons aujourd’hui d’en parler.

Nathalie Jungerman

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite