Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions d’août 2004

Dernières parutions d’août 2004

édition d’août 2004

Couverture du livre La fascination du pire de Florian Zeller.

Romans

Florian Zeller, La fascination du pire Un jeune écrivain est convié par l’ambassade de France en Egypte à un salon du livre pour faire une conférence. Passionné par la correspondance de Flaubert, il imagine découvrir l’Egypte telle qu’elle était décrite dans les lettres rédigées en 1847. Mais l’Orient d’aujourd’hui est-il toujours celui d’hier ? Florian Zeller, 23 ans, est le plus jeune écrivain de la rentrée littéraire parisienne. Plein envol. En 2003 déjà avec Neiges artificielles (Flammarion), il livrait un regard d’angelot crucifié sur sa génération. Éd. Flammarion, 200 pages, 16 euros, parution en août.

Eric Pistouley, Lettres de Ré Par jeu, par plaisir, avec désinvolture, l’auteur a dévalisé pendant des années les lettres contenues dans des messageries électroniques sans que le destinataire n’en sache rien. Un jour, alors qu’il tombe sur une lettre d’amour - la première d’une série de quatre lettres - , il s’imagine créer une histoire autour de cette correspondance. "Ces lettres sont des lettres volées ; J’ai fait cela pendant des années, dévaliser les boîtes électroniques. Sans rien emporter, sans que le destinataire n’en sache rien. Par jeu, par envie de voir à travers les murailles. Rien ne m’arrêtait. J’ai appris des langues, des tas de langues rien que pour traduire les petits secrets de parfaits inconnus, mais au bout, je croyais entendre le murmure de toute la terre. Et puis, j’ai surpris une lettre d’amour. Ce ne fut pas la seule fois si l’on compte toutes celles qui ont pu s’écrire depuis que l’homme écrit ? Mais voilà, celle-ci, je suis tombé dans le vieux piège, j’ai attendu la suite. Il n’y en a eu que quatre. Un jour, l’adresse néo-zélandaise a disparu . Je suis devenu l’unique dépositaire de ces lettres. Leur secret triste et banal a commencé à me peser. Comment s’en débarrasser ? (...). Éd. Le Temps qu’il fait, 80 pages, 10 euros, à paraître en septembre.

Correspondances

Claude-François Boyer, Des nouvelles de Malte : correspondance de M. l’abbé Boyer, 1738-1777 Cet ouvrage contient aussi les lettres du commandeur de Viguier (1738). Célèbre pour ses escroqueries et sa vie dissipée, l’abbé Boyer (1733-1790), prêtre conventuel de l’ordre de Malte, se fit rapporteur de ragots auprès d’un dignitaire de l’ordre, le bailli de Breteuil. La vie de l’ordre est vue ici par le petit bout de la lorgnette : connaissant tous les secrets, il ne manqua jamais d’en révéler un seul. Éd. Alain Blondy -Bruxelles : PIE-Peter Lang ; Paris :Direction des archives de France ; Ministère des affaires étrangères, 280 pages, 27,50 euros.

René Génin, Itinéraire d’un méhariste Cet ouvrage réunit les lettres écrites par René Génin, méhariste en Mauritanie, puis colonel de l’armée française en Syrie, à ses parents et amis. Les premières datent des années 1930. Elles racontent la vie dans un poste militaire d’Afrique juste avant la guerre, puis la vision de l’intérieur du début du conflit mondial à travers les campagnes d’Orient. (R. Génin est né en 1900. Son père était officier de carrière. Très jeune, il se destinera à la carrière des armes et préparera l’école de Saint-Cyr, pendant que se termine la Grande Guerre). Il entrera major à Saint-Cyr, et servira l’armée, de campagne en campagne.) Éd. Sépia, 304 pages, 26 euros.

Divers

Max Gallo, L’Empire. 3, Le désamour L’Empire français, celui que les écoliers pouvaient, jusqu’au début des années 50 contempler sur la carte murale, colorié en rose, s’étendant à travers la planète, de Saint-Pierre-et-Miquelon à Wallis-et-Futuna, en passant par Alger, Dakar, Tananarive, Pondichéry et Saïgon, fait aujourd’hui figure de continent englouti, et son histoire avec. C’est cette grande et complexe histoire que Max Gallo retrace dans cette saga qui conduit de la conquête (tome 1 : L’Envoûtement), à la mainmise et à la pacification (tome 2 : La Possession), puis aux lézardes de la décolonisation (tome 3 : Le Désamour). Ce tome est composé de lettres, d’articles et de récits de Charles Faurel qui périt missionnaire, en 1900 dans le Sud saharien, après avoir été un brillant officier. Éd. Fayard, 20 euros. A paraître en septembre.

Edmond Fleg, Pourquoi je suis juif ? Acte de foi émouvant, ?uvre marquante, brève mais dense, ce texte écrit en 1928, présente la transformation spirituelle d’un jeune agnostique qui, par une lettre adressée à son petit-fils pas encore né, exprime l’urgence d’un attachement spirituel à la tradition ancestrale du peuple d’Israël, et répond à diverses questions sur les textes fondateurs de la spiritualité juive. (Issu d’une famille alsacienne venue s’installer à Genève après la guerre franco-allemande de 1870, Edmond Fleg est imprégné, dans son enfance de culture française quelque peu teintée de judaïsme. Il complète ses études à Paris où il s’établit définitivement avant le début de la première guerre mondiale. Il approfondira la pensée juive d’abord pour lui-même, l’enseignant ensuite et la précisant dans ses livres sous une forme à la fois traditionnelle et personnelle.) 2e éd. - Paris : Belles Lettres, 2004, 13 euros, 104 pages.