Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007
Accueil > Correspondance > Nouvelles publications > Dernières parutions de septembre 2004

Dernières parutions de septembre 2004

édition de septembre 2004

Couverture du livre OEuvres d’Antonin Artaud.

Antonin Artaud, OEuvres . Édition établie, présentée et annotée par Évelyne Grossman. La réussite de cette nouvelle publication des écrits d’Artaud, tient à ce qu’elle restitue en un seul volume toute la complexité et la diversité de son oeuvre jusqu’alors éclatée en 26 volumes d’Oeuvres complètes et autres éditions. Loin d’être exhaustif, le choix de textes donne un aperçu de l’ensemble, depuis les écrits de jeunesse, la correspondance jusqu’aux ultimes textes de 1948. Le parti pris chronologique renforce la puissance et la multiplicité créatrice d’Artaud qui ne sacrifie aucun de ses pôles d’intérêt. Cinéma, théâtre, littérature, ?uvre graphique, sa soif d’expression et d’éprouver la vie est infinie. Son oeuvre entière, sa vie entière est une lutte entre le bouillonnement de cette énergie inépuisable et la violence des souffrances psychiques et physiques. Ed. Gallimard, Quarto, 1792 p, 35 euros.

Correspondances

Émile Zola, Lettres à Jeanne Rozerot 1892-1902 . Édition de Brigitte Émile-Zola et d’Alain Pagès. Respectant les voeux du fils d’Émile Zola, les 207 lettres inédites de l’auteur des Rougon-Macquart à Jeanne Rozerot auront attendu le début de ce siècle pour quitter le domaine privé. Jeanne Rozerot a 21 ans en 1888 quand elle entre au service des Zola dans leur demeure de Médan. Zola alors âgé de 48 ans embarque pour une double vie et ce jusqu’à sa mort en 1902. Ces lettres, outre qu’elles révèlent un Zola intime et aimant partagé entre sa femme Alexandrine et Jeanne la mère de ses deux enfants adorés ; apportent un éclairage très personnel et émouvant sur l’Affaire Dreyfus depuis l’exil anglais de l’écrivain. Ed. Gallimard, 400 p, 22,90 euros.

Paul Valéry, André Lebey, Au miroir de l’histoire . Choix de lettres 1895-1938. Édition établie, annotée et présentée par Micheline Hontebeyrie. Préface de Nicole Celeyrette-Pietri. Confidences intimes, préférences artistiques, convictions politiques, affinités ou différences, l’amitié et la correspondance de Paul Valéry et André Lebey, poète, essayiste, et député socialiste, se nourrissent du regard aigu de chacun sur son temps. Leurs lettres, restituent ainsi la teneur de la réflexion de Valéry sur l’Histoire et l’Europe, l’engagement actif de Lebey ; elles s’attardent sur les personnalités marquantes des Arts, de la littérature, ou de la politique, avec une mention toute particulière pour leur ami Pierre Louÿs. Ed. Gallimard, les Cahiers de la NRF.

Autobiographies / Biographies

Evelyne Bloch-Dano, Madame Proust . A la lumière d’archives et notamment de nombreuses lettres échangées entre Marcel Proust et sa mère, la biographe nous invite à partager la vie quotidienne des Proust. Au centre de cette famille, irradie la figure de la mère. Héritière d’une bourgeoisie juive cultivée, elle parle plusieurs langues et montre un goût très prononcé pour la littérature. Mère aimante, possessive, elle s’inquiétera jusqu’ à sa mort pour ce fils maladif et homosexuel. Partagée entre élan fusionnel et désir d’émancipation, elle n’aura de cesse d’encourager la carrière littéraire de Marcel. S’attacher au destin de Jeanne Proust, c’est démêler les fils d’une passion entre une mère et un fils et mettre à jour l’ampleur de son influence sur l’oeuvre de l’auteur d’ A la recherche. Ed. Grasset, 384 p, 20,90 euros.

Gérard Badou, Renée-Pélagie, marquise de Sade . Dans une vie d’écrivain et d’homme aussi sulfureuse que celle de Sade, on imagine mal qu’il y ait pu y avoir un quelconque rôle pour une épouse légitime. Pourtant en s’unissant à Renée-Pélagie de Montreuil, issue de la bourgeoisie fortunée, le marquis réinsuffle un peu de ce prestige perdu à sa noblesse déchue et trouve une alliée de tous les instants. Comme en témoignent leurs conversations épistolaires durant les longs séjours d’emprisonnement de Donatien, Renée-Pélagie mue par un amour profond, ferme les yeux sur les frasques et les trahisons de ce libertin forcené, subit les pires humiliations et brave bien des dangers pour sauver son mari de la prison. Gérard Badou, à travers les portraits de deux êtres que tout oppose, livre une peinture sociale des dernières années de l’Ancien Régime. Ed.Payot, 192 p, 16,50 euros.

Romans

Paula Fox, Le dieu des cauchemars . Préface Rosellen Brown, traduction de l’américain Marie-Hélène Dumas. En 1941, Helen Bynum n’a pas revu son père depuis la petite enfance quand elle reçoit une lettre de la femme de ce dernier lui annonçant sa mort. Très éprouvée par cette nouvelle, sa mère l’envoie à La Nouvelle-Orléans, chez sa tante, une actrice à l’existence dissolue. Commence alors pour la jeune femme, projetée dans un monde et des émotions inconnus d’elle, l’apprentissage de la vie. Ed. J.Losfeld, 215 p, 18,90 euros.

Nicolle Rosen, Martha F. Londres 1946 . A 85 ans, Martha Freud ne se résout pas à se départir de l’infinie discrétion qui la caractérise. Elle se dérobe ainsi au projet de Mémoires que lui soumet une journaliste américaine. Une correspondance amicale se noue pourtant entre les deux femmes. L’épouse restée dans l’ombre de l’illustre psychanalyste s’abandonne bientôt aux confidences. Sous la plume de Nicolle Rosen, l’épouse effacée se mue en un témoin précis et sans complaisance de son propre parcours, d’une époque en pleins bouleversements, de la vie de Freud et de l’aventure de la psychanalyse. Ed.Lattès, 220 p, 17 euros.

Essais

Jean-Jacques Moscovitz, Lettre d’un psy à Steven Spielberg . Jean-Jacques Moscovitz psychanalyste, qui s’intéresse notamment aux rapports entre mythes et cinéma, a décrypté dans l’ ?uvre de Steven Spielberg quelques mythes fondateurs de notre culture. Dans une longue lettre au réalisateur, il met en évidence les thèmes récurrents qui trahissent la personnalité profonde de Spielberg et ce qui se joue entre l’intime et le collectif, entre l’intime et le politique, dans le passage de l’enfance à l’âge adulte. Ed.Bayard, 150 p, 19,90 euros.

Elisabeth Miso