Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Dernières parutions du 25 novembre 2004

édition du 25 novembre 2004

 

Couverture du livre Colette intime de Gérard Bonal et Michel Rémy-Bieth

Biographies / Autobiographies

Gérard Bonal et Michel Rémy-Bieth, Colette intime . Depuis une cinquantaine d’années, le peintre Michel Rémy-Bieth a réuni une collection de plus de deux mille manuscrits, lettres, dessins, documents, largement inédits, sur Colette. Il faut se figurer une sorte de grosse malle où Colette, avant de mourir, aurait entassé tous ses trésors, tous ses souvenirs... Pour le cinquantenaire de sa mort, voici donc Colette intime qui présente près de cinq cent documents exceptionnels ; des cartes postales, de nombreuses photographies, des reproductions de lettres de Francis Jammes, Cocteau, Poulenc, Proust, Montherlant, ou encore Mauriac, une dédicace de Sagan, pour Bonjour tristesse, mais aussi le manuscrit de L’étoile Vesper, ou le brouillon de La Naissance du jour ? Ce volume souligne les découvertes faites au fil des ans dans l’étude du personnage et de son oeuvre, révélant une femme hors du commun et bien différente de l’image qu’elle donnait d’elle-même. Éd. Phébus, "Beaux livres", 448 p., 75 euros. Entretien avec Michel Rémy-Bieth (Florilettres n°6, Colette, correspondance inédite, juin 2002)

André Rossel-Kirschen, Céline et le grand mensonge. Céline (Courbevoie 1894 - Meudon 1961) a construit et a réussi à imposer sa propre légende. Or, bien des faits se révèlent inexacts. En relisant l’oeuvre et la correspondance de Céline, s’appuyant sur les travaux de ses biographes, l’auteur, historien, met au jour une réalité très différente de la version paranoïaque que Céline a donnée de sa vie, s’efforçant de démonter la légende, et montrant que Céline était avant tout animé par l’appât du gain. Éd. Mille et une nuits, 144 p., 12 euros.

Nicole Vray, Théodore Monod : une vie spirituelle . De nombreux textes inédits, des extraits de correspondance et des témoignages du professeur Monod comme de ceux qui l’ont côtoyé (L.Massignon, A. Hampaté Ba, A. Schweitzer...), augmentent cette biographie du vieux monsieur à la canne blanche, continuateur de l’oeuvre de son père, le pasteur Wilfred Monod. Éd. Actes Sud, 300 p., 21,90 euros.

Friedrich Schiller, Autoportrait . L’ouvrage rassemble plus de deux cents extraits de textes d’une figure capitale de la littérature allemande, Friedrich Schiller (1759-1805). Rédigées entre 1782 et 1805, ce sont essentiellement des lettres à ses amis, notamment à Körner et Goethe. Témoin ardent de son temps et d’un monde en plein bouleversement, membre éclairé du siècle des Lumières, soucieux d’art, de philosophie et d’esthétique, de nature et d’amitié, Schiller s’exprime sur son propre théâtre, sur celui de ses aînés (Euripide, Shakespeare, Racine), sur les oeuvres de ses contemporains (Goethe, Herder, Klopstock, Kant, Fichte). Le grand écrivain Hugo von Hofmannsthal (1874-1929) qui regroupe et présente ces extraits, voyait en lui un "aventurier de l’esprit" et le dramaturge qui sut le mieux traduire les préoccupations profondes de la nation allemande. Éd. Klincksieck, "L’esprit et les formes", 134 p., 17 euros.

Boris Martin, Marie Leurquin, C’est de Chine que je t’écris... : Jules Leurquin, consul de France dans l’Empire du Milieu au temps des troubles (1909-1945) . Jules Leurquin rejoint en 1909 son poste d’élève-interprète à Chengdu, dans le sud-ouest de la Chine. Dans ses lettres à sa mère, dans sa correspondance adressée à sa hiérarchie, il raconte sa vie dans ce pays mythique et qui vacille, en proie à la modernité, à la présence occidentale, aux révolutions, aux deux guerres mondiales. Il mourra en 1945, dans des circonstances troubles. Ni roman, ni biographie, mêlant événements historiques et faits quotidiens, ce livre est le récit d’une vie que retrace sa propre fille, Marie, ayant eu à sa disposition toute la correspondance personnelle que celui-ci avait entretenue avec sa mère Maria, ainsi que de nombreux documents iconographiques, dont des photographies prises par Jules Leurquin lui-même, enrichis des archives diplomatiques du Quai d’Orsay. Éd. Seuil, 298 p., 45 euros.

Gérard de Senneville, Théophile Gautier . L’auteur retrace, à partir de la correspondance et de témoignages de contemporains de Théophile Gautier, la vie de l’écrivain qui s’est illustré dans de multiples domaines ; la poésie, le fantastique, le roman historique, le livre de ballet, la critique littéraire, le journalisme, etc. Éd. Fayard, 400 p., 28 euros.

Clélia Ventura, Lino Ventura, Une leçon de vie. Écrivain, scénariste et réalisatrice, Clélia Ventura, une des filles de Lino Ventura réalise le portrait du comédien et de l’homme, disparu en 1987, alors qu’elle avait 26 ans. Elle part à la rencontre de celui qu’elle admirait, qui était aussi un des comédiens les plus populaires et respectés de son public, et nous fait partager des moments précieux de travail, de vie, d’amitié. À l’aide de nombreux documents, de photos, de manuscrits, de témoignages, elle raconte celui qui, des Tontons flingueurs à L’Armée des ombres, en passant par Les Misérables et autres chefs-d’oeuvre, est entré, pour l’éternité, au panthéon des grands acteurs du XXe siècle. Éd. Marque pages, 164 p., 29,90 euros.

Jean-Jacques Antier, Charles de Foucauld . Après une jeunesse dissipée, le sous-lieutenant Charles de Foucaud, touché par la grâce dans le désert saharien, puis au cours d’une expérience dans une église, se convertit. Renonçant à son immense fortune, il s’engagera dans une longue quête spirituelle , à partir d’un dépouillement absolu, à l’imitation du Christ. Repartant à la source des écrits et de la correspondance de Charles de Foucauld, se référant aux archives de la Postulation (l’Eglise ayant ouvert son procès de béatification) et à de nombreux témoignages, l’auteur apporte un éclairage sur la personnalité de l’ermite de Tamanrasset. Éd.Perrin, 382 p., 22,20 euros.

Correspondance

Je t’embrasse pour la vie : lettres à des morts : 1914-1918. Recueil de 26 lettres envoyées par des civils à des combattants pendant la Première Guerre mondiale et retournées avec la mention "porté disparu", ou "tué" ou "fusillé". À partir de ces lettres qui n’ont donc jamais atteint leurs destinataires, un spectacle crée par J.-L. Martinelli a té monté au théâtre de l’Athénée en 1987. Éd. Cent pages, 64 p., 6 euros.

NB : Dans La NRF n°571, d’octobre 2004 (cf. Florilettres n°49), outre le dossier sur Jacques Rigaut, une sélection de la correspondance entre Jean Paulhan et Pierre Drieu La Rochelle, (1925 - 1945) est éditée et présentée par Pascal Fouché : "La correspondance entre Pierre Drieu La Rochelle et Jean Paulhan est caractérisée par une attirance intellectuelle réciproque entre deux hommes qui ne partagent pas les mêmes idées mais se rapprochent sur des valeurs communes."(...) Éd. Gallimard pp. 318 - 351.

Scénario

Julie Bertuccelli, Bernard Renucci, Depuis qu’Otar est parti : scénario . En Géorgie, après la chute du communisme, Eka, sa fille Marina et sa petite-fille Ada, vivent dans un appartement délabré. Eka se raccroche aux lettres envoyées par son fils Otar, parti vivre à Paris. Un jour, Ada et Marina apprennent la mort d’Otar et décident de cacher la vérité à Eka. Prix du meilleur scénario au festival du nouveau cinéma de Montréal. Ed. Hors commerce, 155 p, 12 euros.

revues La Faute à Rousseau n° 37, octobre 2004 (revue trisanuelle de l’APA, Association pour l’Autobiographie), 80 pages. Thème du dossier : le corps Éditorial : Le Garde-mémoire,par Denis Dabbadie et Philippe Lejeune Page blanche : Gisèle Tellier, Une collection d’écrits autobiographiques L’événement : Est-il je ?, de Philippe Gasparini, par Gilles Alvarez Activités de l’association : Jeudi à Ambérieu, par Christine Coutard De groupe en groupe Calendrier Le groupe Midi-Pyrénées (MPAPA) se présente Journées de l’Autobiographie 2004 Plongée en APA d’une apprentie sociologue, par Claire Le Borgne Un atelier en plein air, par Maggy Poulet Le " biographique " mis en scène, par Marie-Françoise Lemonnier-Delpy Matinée du Journal : Marie Bashkirtseff, par Marie-Éléonore Chartier Le site Internet de l’APA, par Bernard Massip Les Apaïstes publient Textes inédits déposés, avril-juillet 2004 18 Échos du Je Dossier : Le corps LE CORPS EXAMINÉ - Philippe Lejeune - Morceaux Isabelle Normand - Intérieur Philippe Lejeune - Courbe de poids Philippe Lejeune - L’habit fait le moi LE CORPS SOIGNÉ - Pascal Dreyer - Le corps de Pontormo Véronique Leroux-Hugon - Louis XIII au jour le jour Pascal Dreyer - Les corps de Louis XIV LE CORPS AMOUREUX - Marilyn Himmesoëte - Adolescents du XIXe siècle Philippe Lejeune - Jules Michelet : le meilleur de la vie Gilles Alvarez - Jehan Rictus : plaisirs et petites misères de la chair Françoise Simonet-Tenant - Mireille Sorgue, épistolière du corps amoureux LE CORPS SOUFFRANT - Véronique Petetin - Bras cassé, d’Henri Michaux Arnaud Genon - Hervé Guibert : du corps jouissant au corps souffrant Hervé Chesnais - Josef Winkler : violence des corps Elisabeth Cépède - Corps et âme LE CORPS REGARDÉ - Gilles Alvarez - Si la photo est bonne ? Alberto Frigo - Un an de système autobiographique Catherine Viollet - L’autoportrait au féminin LE CORPS RACONTÉ - Marie Rosse - Une femme vue de l’extérieur Isabelle Mercat-Maheu - 39 ans de la vie (du corps) d’une femme Karin Bernfeld - Le corps écrit Odile Arnold - Le corps et moi Véronique Leroux-Hugon - Corpus de l’APA Chroniques : Chine - Une autobiographie dans la Chine classique, par Lise Schmidt Chine - Un journal qui change la vie, par Élodie Kerfourn Japon - Vous reprendrez bien encore un peu de Japon ?, par Véronique Montémont Écriture au féminin - Athénaïs Michelet, par Françoise Simonet-Tenant Correspondance - Égérie, correspondance Amiel-Louise Wyder, par Luc Weibel Agendas - Les Agendas Bijou de Paul Desjardins, par Dorica Lucaci Blogs - Diarisme en ligne, l’explosion, par Bernard Massip Enseignement - Passez le bac ! Enseignement - Appel aux enseignants Mémoire - Régine Robin, ou l’art de ne pas, par Claude Burgelin Ethique - Autobiographie et éthique, par Chantal Chaveyriat-Dumoulin Wanted ! - Laurent Auvray Lieux - Martin du Gard au Tertre, par François Tézenas du Montcel Wanted ! - Claire Le Borgne Nous avons vu et lu : CINÉMA - Diary 1973/1982, de David Perlov, par Elisabeth Cépède RÉCITS - Mémoires d’un glouton optique, de Gaston Haustrate, par Elisabeth Cépède Suite byzantine, de Rosie Pinhas-Delpuech, par Françoise Lott Mes Algéries en France, de Leïla Sebbar, par Françoise Lott L’Invité mystère, de Grégoire Bouillier, par Philippe Lejeune ESSAIS - Écrire sur soi entre femmes, de M.-M. Million-Lajoinie, par Fr. Simonet-Tenant LETTRES - Lettres d’Algérie, André Segura, (éd. établie et annotée par Nathalie Jungerman et Jean Segura. Introduction de Daniel Lefeuvre), par Véronique Leroux-Hugon JOURNAUX - Mooie-zinnenboek, d’Anne Frank, par Solange Leibovici Soixante-dix s’efface, V, d’Ernst Jünger, par Philippe Lejeune Brèves de A à Z et Nouveaux adhérents Publications de l’APA

Les commandes s’effectuent par courrier auprès du siège de l’APA La Grenette, 10 rue Amédée Bonnet 01500, Ambérieu-en-Bugey. Les frais d’envoi sont compris. Le règlement s’effectue par chèque à l’ordre de l’APA grenette@wanadoo.fr www.sitapa.free.fr

Cahiers Georges Hyvernaud, n°4 année 2004 : "Correspondances". Publiés par la Société des Lecteurs de Georges Hyvernaud Le numéro 4 des Cahiers Georges Hyvernaud vient de paraître. Il est constitué pour l’essentiel par deux dossiers de correspondance d’Hyvernaud, dont la majeure partie est inédite. Sommaire : Guy Durliat. Gokekaere, Hyvernaud, De Beer. Des années 30 aux années 80 Andrée Hyvernaud, Guy Durliat, Bruno Curatolo. Raymond Guérin et Georges Hyvernaud. Lettres 1947-1953 Bibliographie 3 (pédagogique) Agenda À paraître : manuscrit de captivité Voie de garage

Présentation par Guy Durliat : On sait ce qui lia Hyvernaud et Gokelaere : les confidences de l’élève-poète que son maître fit publier dans La Nouvelle Saison avant-guerre ; son exécution lue dans un vieux journal en Poméranie ? Histoire tragique qui imposera à l’écrivain un chapitre de La Peau et les os, que des lettres inédites viennent ici revisiter. On connaît moins la relation - née au temps de La Nouvelle Saison, elle survivra à la guerre - entre Georges Hyvernaud et Jean De Beer, fondateur de la revue (puis écrivain, dramaturge, homme de radio...). Des lettres non publiées, dont certaines récemment retrouvées, nous rapportent, outre les goûts littéraires de l’époque et d’Hyvernaud, ce qui put, par delà le souvenir commun de Gokelaere, rapprocher ces deux hommes dissemblables. "Si différents" dit Andrée Hyvernaud de Raymond Guérin et son mari. Que serait-il advenu sans Les Temps modernes ? En Guérin, et l’ancien de stalag et l’écrivain sont saisis par les feuilles de La Peau et les os, que Sartre donne en 1946, au point de s’inquiéter aussitôt de la publication du livre. Peu nombreuse et d’autant plus précieuse, la correspondance entre son "découvreur" et Hyvernaud - dont on croyait les lettres perdues - nous restitue l’après-guerre littéraire des deux hommes (leurs commentaires de leur oeuvre en gestation !), l’aventure éditoriale du Scorpion et les tentatives d’Hyvernaud pour "déscorpionner" son second livre, l’échec du Wagon à vaches pour l’un, des Poulpes pour l’autre... En même temps qu’elle révèle une estime réciproque, sinon une amitié, intacte jusqu’à la mort de Guérin, qu’Hyvernaud apprend d’un journal. Ces Cahiers sont livrés :
-  avec l’adhésion à la Société (cotisation annuelle minimale : 23 ?, étudiants : 7,5 ?)
-  ou hors adhésion (15 ?) Chèques à libeller à l’ordre "Société des Lecteurs de G. Hyvernaud" et à adresser à : SLGH/ G. Durliat 39 av. Général-Leclerc 91370 Verrières-le-Buisson. hyvernaud@netcourrier.com www.slhyvernaud.org

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite