Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Lettres et extraits choisis -
Proust vous écrira

édition du 25 février 2005

 

Couverture du livre Proust vous écrira de Marie-Odile Beauvais.

Des extraits du dernier ouvrage de Marie-Odile Beauvais, Proust vous écrira, (Éditions Melville) qui mêle correspondance de Proust et commentaires de l’auteur

p. 35

C’est au retour de ce voyage que je commençai à lire ces lettres, tremblant à la pensée que ces milliers de pages avaient une fin et que l’homme qui savait me consoler cesserait un jour de m’écrire. Après avoir fermé le dernier volume, je gardai sur mon bureau son portrait post-mortem. Un profil sur le papier rayé de la chambre, un cerne immense, le drap blanc, la barbe et les cheveux noirs. Robert lui a fermé les yeux, Céleste pleure. Man Ray s’approche et s’efface, il est tout près, il ne tremble pas. Et bien que je ne crusse pas au seul pouvoir de l’image qui me semblait si peu de chose auprès du mouvement et de la vie, en regardant cette photographie et d’autres portraits saisissants qui accompagnaient un livre sublime, long poème en prose où Nathalie Rheims, une ensorceleuse au visage de Lorelei, avait "fait la magique étude de la mort que nul n’élude" dans cette lumière invisible à mes yeux qu’elle seule avait su capter, je ne pouvais m’empêcher de laisser monter mes larmes.

p. 96 Pour ceux qui ont découvert dans la Recherche le plus grand de tous les conservatoires d’impressions, avec son splendide catalogue raisonné où ne manque pas une pièce maîtresse, qu’ils sachent que la Correspondance en est la réserve, l’atelier, la cave, le grenier, les cuisines, les cagibis, les couloirs. Et toutes les places perdues . Ou qu’ils se représentent une immense caverne d’Ali Baba. On voudrait tout emporter, on est trop chargé. Il faudrait choisir et c’est impossible. Il y a bien une lettre type qui s’adapte à tout le monde. La structure et les mécanismes en sont constants. Les variantes tiennent aux circonstances, à peine à ses correspondants. Vous, moi, il nous connaît, nous ne sommes pas si différents. Il suffit d’effectuer quelques réglages. (...)

pp. 99, 102 4) Un ami vous a annoncé son mariage. Comment lui demander avec tact quel somptueux cadeau vous pourriez lui offrir :

"Mon cher Georges comme il est de notre misérable vie de descendre aussitôt au pratique je voudrais que vous m’écriviez ce qu’il vous ferait plaisir que je vous donnasse et je voudrais que vous me disiez quelque chose qui pût être un peu associé à votre vie et si vous me permettez de la dire quelque chose qui par son importance me classe un peu dans vos proches." À Georges Lauris, août 1910

4 bis) Dès que cet ami a fait son choix, n’attendez pas pour mettre votre fidèle limier sur la piste d’un présent sans lui cacher, compte tenu des exigences du récipiendaire, les difficultés de découvrir un tel objet : "Lauris m’a annoncé son mariage avec Me de la Salle il y a quelque temps dans une lettre qui eût pu être signée M. de Nemours ou Dominique de Fromentin. [...] si par hasard vous voyez chez Hector quelque chose de ravissant comme garniture de cheminée et comme pendule pour le cabinet de travail de Lauris ne l’achetez pas mais dites-le moi car c’est ce que je dois lui donner. Mais il veut une pendule dont la voix lui dise de n’écrire que des choses qui pourront me plaire. Cela complique l’achat." À Reynaldo Hahn, le 12 septembre 1910 (Hector était antiquaire).

4 ter) Or Lauris, cet ami au style empesé, plus sensible à votre goût qu’à votre présence, oublie de vous inviter à ses noces. Cela vous fait d’autant plus de peine que votre mauvaise santé vous aurait probablement empêché d’y assister. Dans ce cas, ne faites pas semblant de n’avoir rien vu (d’autant que l’année dernière vous aviez interrompu la rédaction de votre oeuvre pour corriger son roman Ginette Chatenay, qui a forcément bénéficié de vos observations) :
"Vous avez été bien gentil de m’écrire pour votre mariage, vous l’auriez été davantage de m’y inviter ! Est-ce par cet excès de pénétration qui passe le but, mais j’étais convaincu d’avance de ceci [...] le seul obstacle à mon pessimisme habituel est que si je pense de moi fort peu de bien, comme vous savez, en revanche je me crois "sortable", connaissant pas mal des personnes que vous connaissez, et par conséquent étant de ces gens qui comme disait merveilleusement Madame Aubernon, "sont commodes à inviter, parce qu’ils n’ont pas besoin d’explication." "Et précisez que vous avez bien entendu "ce silence-alibi, ce silence-gribouille, qu’on garde avant une circonstance où on ne vous invite pas." Et parce que vous êtes infiniment sensible et que le jugement de ceux qui vous entourent vous importe, fût-ce celui d’un domestique, ajoutez en P.-S. : "Naturellement si vous veniez, pas un mot devant Nicolas etc., ni par téléphone, de mon reproche pour le mariage. Cela blesserait beaucoup mon amour propre."

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite