Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Livre : Philippe Lejeune Signes de vie Le pacte autobiographique 2

 

Couverture du livre Signe de vie de Philippe Lejeune.

Présentation de l’éditeur

Trente ans après la publication du Pacte autobiographique, Philippe Lejeune estime le moment venu de faire le point sur ses recherches pour marquer les scansions d’un travail passionné, noter les accords ou parfois les désaccords avec ce que furent ses convictions. Loin de se limiter à l’autobiographie et aux chefs-d’oeuvre de la littérature, l’auteur a élargi son champ : il passe en effet à l’analyse des journaux personnels et de toutes les formes repérables par lesquelles un sujet fait signe de sa présence à soi et aux autres. Ce retour sur soi lui permet d’éclairer le lecteur sur les raisons d’être de ses diverses étapes ou échappées ponctuelles sur les activités qui découlent de sa recherche, comme la création de l’Association pour l’autobiographie. Signes de vie est un essai autobiographique : usage de la première personne, retour réflexif, trajet personnel du chercheur.

Avant-propos

Trente ans après, ce "Pacte autobiographique 2" entend jeter un regard sur un travail qui s’est élargi de l’étude des ?uvres canoniques à celle des "écritures ordinaires", de l’autobiographie au journal, de la réflexion théorique à l’engagement pratique, sans jamais perdre de vue les effets du "pacte de vérité" qui donne leur force à ces signes de vie. Ces dernières années, plusieurs occasions m’ont amené à "faire le point". Voici ces interventions, telles quelles. C’est une parole directe, familière, parfois répétitive : mes traces se recoupent. Et forcément provisoire. Un moment de dialogue, qui appelle des réponses, des relais : merci à tous ceux qui l’ont provoqué. Mon chemin s’inscrit dans un mouvement collectif : tant de choses ont changé en trente ans ! La bibliographie finale en témoignera. L’écriture autobiographique est mieux acceptée. Elle n’en reste pas moins délicate. "De je mis avec moi tu fais la récidive", disait plaisamment Stendhal. J’ai peur d’être, ici, un récidiviste un peu encombrant. Ce chemin est une suite de dérives. On m’en parle parfois en fronçant les sourcils. Je suis toujours l’auteur du Pacte autobiographique, qui croit, avec Rousseau, à l’engagement de vérité. Mais aussi l’auteur des Brouillons de soi, qui sait la mobilité de la vie. J’aime le mot "dérive", qui désigne à la fois les forces irrésistibles qui nous entraînent, et le dispositif ingénieux qui nous sert à les maîtriser. L’autobiographie, peut-être est-ce la douceur de croire dériver vers soi. Philippe Lejeune, octobre 2004

Extrait

Composer un journal

Qu’est-ce qu’un journal ? Depuis douze ans que j’étudie ce genre, je n’ai jamais pensé à le définir. Un journal, je sais bien ce que c’est ! Adolescent, j’en ai tenu un, de 15 à 25 ans, je me suis arrêté un quart de siècle, et avec la cinquantaine, ça m’a repris. C’est tout simple, on a du papier, ou son ordinateur, on met la date, on écrit ce qu’on fait, ce qu’on sent, ce qu’on pense. Ça n’a aucune forme imposée, aucun contenu obligatoire. C’est libre. Le mot "journal" lui-même est simple. Tout au plus chicane-t-on sur l’adjectif "intime" qui lui est souvent accolé - mais c’est juste pour le distinguer du journal de presse. Ce n’est pas, comme "autobiographie", un de ces mots bizarres, autour desquels on se bat à coups de concepts, en coupant des cheveux en quatre. Quand j’ai commencé à travailler sur l’autobiographie, vers 1969, j’ai dû définir, opposer, classer. Ses frontières sont si poreuses ! Il y a tant de degrés intermédiaires entre elle et la biographie, entre elle et la fiction, et si peu d’autobiographies "pures" ! D’ailleurs, ce mot savant, inventé fin XVIIIe siècle, comment le situer par rapport aux traditions plus anciennes, en partie différentes, des confessions et des mémoires ? - Et puis à 31 ans, je n’avais pas écrit la moindre autobiographie, c’était un rêve. Et maintenant que j’en ai le double, 62, il me paraît clair que je n’en écrirai jamais, ce rêve ne me fait plus envie. "Autobiographie", au singulier, me glace. Comment ai-je pu vouloir cette utopie unificatrice ? Il faut que ma vie vibre, qu’elle essaime, qu’elle continue à évoluer, que mon passé "travaille". Donc écrire des textes autobiographiques, au pluriel, peut-être, sûrement même. Mais pour leur ôter toute volonté d’hégémonie, le mieux est de les multiplier, et de les dater. Donc de revenir à une nouvelle forme de ? journal ! J’ai retrouvé mon adolescence : mon troisième âge donne la main au premier. (...)

Philippe Lejeune, membre de l’Institut universitaire de France, a enseigné à l’université Paris-Nord (Villetaneuse). Il est cofondateur de l’Association pour l’autobiographie (APA). Il a publié notamment Le Pacte autobiographique, "Cher cahier...", Le Moi des demoiselles, Les Brouillons de soi, "Cher écran...", Un journal à soi. Site Internet Autopacte

Entretien avec Philippe Lejeune, propos recueillis par Nathalie Jungerman (FloriLettres, n°36, édition du 12 février 2004, à l’occasion de la parution d’Un Journal à soi Éditions Textuel

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite