Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Dernières parutions du 28 avril 2005

 

Couverture du livre Correspondance entre André Gide et Jacques Schiffrin

Correspondances

André Gide, Jacques Schiffrin, Correspondance (1922-1950) . Édition établie par Alban Cerisier. Entre André Gide et Jacques Schiffrin, se sont 30 ans d’admiration, de collaboration et d’amitié indéfectible. Schiffrin, natif de Russie, arrive à Paris en 1922 et dès 1923 crée sa propre maison, les Éditions de la Pléiade promises à une belle réussite. Gide qui s’intéresse de près au processus de publication, trouve en Schiffrin un partenaire digne de ses exigences éditoriales. Plusieurs de ses ?uvres paraissent dans la Bibliothèque de la Pléiade et le moment venu, Gide saura convaincre Gaston Gallimard d’adopter la collection de son ami. Les 250 lettres inédites retracent cette aventure littéraire mais aussi la période trouble de l’histoire qui va bouleverser la vie de Schiffrin. En 1936, il fait partie du voyage des écrivains en URSS, il participe ainsi aux côtés de Gide au débat intellectuel sur le communisme et la montée inquiétante du fascisme et du nazisme. En 1941 il doit finalement s’exiler à New-York. Durant ces années particulièrement douloureuses, le soutien de Gide sera total. Éd. Gallimard. 354 p, 29,50 euros.

Napoléon Bonaparte, Correspondance générale, Tome 2 : La campagne d’Egypte et l’avènement 1798-1799 Préface d’Henry Laurens. Publiée par la Fondation Napoléon. Présentation du baron Gourgaud. Introduction générale de Jacques-Oliver Boudon. Volume placé sous la direction de Thierry Lentz assisté d’Emilie Barthet et de François Houdecek, Éd. Fayard. 20 avril 2005 Chronologie détaillée, 3 index. Carte, fac-similés . 1272 p. 48 euros Avec le soutien de la Fondation La Poste. Entretien avec Thierry Lentz. (Site Internet Fondation La Poste / FloriLettres, édition du 12 nov. 2004 pour le tome 1). Napoléon Bonaparte : portrait. (Site Internet Fondation La Poste / FloriLettres, édition du 12 nov. 2004 pour le tome 1)

Michael Pakenham, Paul Verlaine Correspondance générale, tome 1 (1857-1885) . Éd. Fayard. En librairie le 12 mai 2005 Avec le soutien de la Fondation La Poste.

Marina Ivanovna Tsvetaeva, Nicolaï Gronski, Cet été là : correspondance . Traduction du russe Chantal Houlon-Crespol. Nicolas Gronski accidentellement disparu en 1934, n’a que 17 ans en 1927 lorsqu’il rencontre Marina Tsvetaeva, son aînée de 17 ans. Tous deux vivent à Meudon et évoluent dans les mêmes cercles d’amis. Inspirée par de fortes affinités littéraires, une amitié naît entre les deux poètes russes et quand à l’été 1928, Marina part pour la Charente avec ses enfants , ils entament une correspondance de trois mois. Très vite l’amitié vire à la passion, de cette passion violente qui va faire battre leur ?uvre poétique et leur vie d’une intensité exceptionnelle. Éd.des Syrtes, 336 p, 24 euros.

Hugo von Hofmannstahl, Les Mots ne sont pas de ce monde : Lettres à un officier de marine . Traduction de l’allemand Pierre Deshusses. Lorsqu’en 1892, Hugo von Hofmannstahl 18 ans, fait la connaissance d’Edgar Karg 20 ans, leur amitié est immédiate. Pourtant rien ne les prédispose à être séduits l’un par l’autre. Hofmannstahl qui a déjà forcé l’admiration du milieu littéraire, côtoie les plus grandes plumes autrichiennes tandis que Karg se destine à une carrière d’officier de marine et part peu de temps après pour les Indes. Leur amitié va alors s’éprouver dans le dialogue épistolaire. Si Edgar s’enrichit au contact d’Hugo et se laisse volontiers guider en matière de lecture, leurs lettres valent surtout pour leur émouvante ambition commune de bien conduire leurs vies d’hommes, d’être à la hauteur de leurs idéaux de jeunesse. Éd. Rivages,166 p, 8 euros.

Anton Tchékov, Voyage à Sakhaline (1890-1891). Lettres d’hier Lettres d’aujourd’hui. Traduction du russe Anna Christopharoff. Au terme d’un éreintant périple de dix semaines à travers la Sibérie, Anton Tchékov débarque le 11 juillet 1890 sur l’île de Sakhaline et débute son enquête sur le bagne qu’elle abrite. Pour faire toute la vérité sur les conditions de détention et susciter ainsi une prise de conscience, il se fait enfermer avec les forçats. Les lettres entre humour et désespérance qu’il adresse alors à sa femme, à sa mère et à ses amis accompagnent l’écrivain dans son voyage et dans sa détermination à défendre ses idées sociales et politiques. Ces lettres annoncent l’ouvrage consacré à Sakhaline qui paraîtra en 1895. Éd. Le Capucin, 174 p, 25 euros.

Peter Eyre, Chère Maître : d’après la correspondance de George Sand et Gustave Flaubert . Bien que de caractère et de sensibilité très différents, George Sand la généreuse et Gustave Flaubert le solitaire torturé ont été liés par une profonde amitié, comme en témoigne leur correspondance de 1866 à la mort de Sand en 1876. Même si leurs visions du monde souvent s’opposent, leur intelligence se reconnait et décrypte avec la plus grande acuité la société de leur temps. Éd. Des Femmes, 62 p, 10 euros.

Louise Michel, Lettres à Victor Hugo . Choix, préface et annotation Xavière Gauthier. De l’abondante correspondance de Louise Michel, cette édition ne retient que les lettres de l’héroïne de la Commune de Paris à son "maître" Victor Hugo. Ces missives restituent le parcours exalté et passionnant de Louise Michel. Elles donnent à entendre toutes les voix d’une même femme : celle de la jeune provinciale qui se rêve poète, celle de l’institutrice montmartroise, celle de la révolutionnaire emprisonnée et enfin celle de la déportée au bagne de Nouméa. Éd. Mercure de France, Le petit Mercure, 3,30 euros.

Biographies / Autobiographies

Martin Gottfried, Arthur Miller . Traduction de l’américain Pierre Guglielmina. Plus de 15 ans après la version personnelle d’Arthur Miller, Martin Gottfried livre un portrait des plus fidèles d’un des plus grands dramaturges américains. A la lumière de témoignages de proches, de la correspondance, de manuscrits annotés, le biographe remet en perspective l’influence de l’ ?uvre et de l’engagement de l’écrivain. Longtemps critiqué, trop souvent évoqué pour sa résistance au machartysme et pour son mariage avec Marilyn Monroe, Arthur Miller n’a jamais dérogé à ses convictions syndicales et politiques et a su porter un regard lucide et dérangeant sur la société américaine. Ed. Flammarion, 550 p, 28 euros. Éd. Flammarion, 550 p, 28 euros.

Romans

Anatoli Vichnevski, Lettres interceptées . Boris, Dina, Kot et leur monde, de 1917 à nos jours. Traduction du russe Marina Vichnevskaia. Anatoli Vichnevski qui s’est vu confier les archives de la famille Tatischeff a composé un roman-patchwork à partir d’un choix de lettres, de cartes postales écrites depuis les prisons de Moscou et de Petrograd, de journaux intimes, de fragments de poèmes et de rapports policiers. Courant de 1917 à nos jours, une chronique de l’histoire russe, de l’émigration, de la France occupée se dessine au fil des destins du poète Boris Poplavski, de Nicolas et Dina Tatischeff , de ces hommes et de ces femmes emportés dans la même tourmente. Éd. Gallimard, Collection Témoins, 608 p, 31,50 euros.

Chuck Palahniuk, Journal intime . Misty Wilmot s’était imaginée un destin de grande artiste. La voilà résidente de Waytansea Island, une île défigurée par l’industrie touristique, épouse de Peter Wilmot, architecte dans le coma après une tentative de suicide et employée d’un grand hôtel où elle s’épuise chaque jour davantage pour subvenir aux besoins de sa famille. Oubliés les rêves de jeunesse. Sans compter que de nouvelles épreuves viennent assombrir ce déjà sinistre tableau. Comment expliquer le comportement agressif de Peter vis à vis des touristes et les regards inquiétants des habitants ? Pour apprivoiser son angoisse grandissante, Misty se plonge dans l’écriture d’un journal intime adressé à son mari. Éd. Gallimard "La Noire", 336 p, 20,50 euros.

Lucio Cardoso, Chronique de la maison assassinée . Traduction du brésilien. Postface Mario Carelli. Pièces fatales d’un jeu de massacre, les lettres, les confessions, les extraits de journaux intimes qui constituent la trame narrative de ce roman, font éclater en une sorte de feuilleton brésilien haletant la lente agonie des Meneses, une famille d’aristocrates. Haine, soupçons, inceste, secrets, scandales, rien n’est trop violent dans la langue de Lucio Cardoso pour dépeindre les ravages familiaux. Éd. Métailié, 511 p, 14 euros.

Romans policiers

Pascal Francaix, Malou et l’agneau . Malou n’a rien d’une enfant de ch ?ur, elle a de bien inquiétantes occupations pour une enfant de 12 ans. Elle héberge sous son toit un dangereux psychopathe et prend un malin plaisir à alimenter les lettres anonymes de Madame Hortense en informations diverses sur les habitants de Javel. La ville de Javel est en plein émoi. Éd. Terre de brume, 288 p, 13,50 euros.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite