Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Dernières parutions du 12 mai 2005

 

Correspondances

Couverture de la Correspondance générale de Paul Verlaine Tome 1

Michael Pakenham, Paul Verlaine Correspondance générale, tome 1 (1857-1885) . Après plus de 20 années à réunir, à annoter lettres et réponses, Michael Pakenham, spécialiste incontesté de Verlaine, livre enfin une correspondance générale de l’auteur des Poèmes Saturniens. Dans ce premier volume on découvre les débuts du poète, son entrée dans le monde littéraire, ses échanges avec de nombreux écrivains, Hugo, Huysmans, Mallarmé, Leconte de Lisle, Sainte-Beuve... et sa participation active au mouvement du Parnasse en réaction au romantisme. Mais surtout est évoqué avec précision le drame que fut la rencontre poétique et amoureuse avec Arthur Rimbaud. Très vite, son existence est bouleversée et commence une longue dérive avec de poignants moments de désespoir. Des amis proches comme Lepelletier et Delahaye sont les confidents les plus intimes. Pour ce dernier, il accompagne ses écrits de dessins croqués avec humour. Éd. Fayard.1122 p. 48 euros. En librairie le 12 mai 2005 Avec le soutien de la Fondation La Poste.

Arthur Rimbaud, Hugo Pratt, Lettres d’Afrique . Choix de correspondances d’Arthur Rimbaud, illustré par des aquarelles de Hugo Pratt. S’il est vrai que le personnage de Corto Maltese a beaucoup contribué à faire connaître Hugo Pratt (1927-1995) auprès du grand public, et à le faire reconnaître comme un des meilleurs auteurs de bandes dessinées, Pratt ne s’est pas limité aux seules aventures de Corto. Il est aussi un écrivain accompli, un scénariste érudit, un grand aquarelliste de surcroît, et les nombreuses aquarelles qui illustrent les éditions couleurs de ses albums ou Les Lettres d’Afrique sont un régal pour les yeux. Nouv. éd., préfacée par Dominique et Nadine Petitfaux, Éd. Vertige Graphic, 64 p. 24 euros.

Biographies / Autobiographies

Nina Lougovskaïa, Journal d’une écolière soviétique . Préface de Stéphane Courtois, traduction de Viviane Mikhalkov. Née en 1918, morte en 1993, Nina Lougovskaïa, fille de cadres importants du mouvement socialiste-révolutionnaire opposés aux bolcheviques, est arrêtée peu après son père, avec sa mère et ses s ?urs. Elle a 19 ans. Condamnée, elle en réchappera en 1949. Après sa mort, on retrouvera dans les archives du KGB, le journal qu’elle tint d’octobre 1932, alors qu’elle avait treize ans, jusqu’au jour de son arrestation - journal annoté par les agents staliniens qui firent de ses propos un témoignage à charge contre toute la famille. Éd. Robert Laffont, 348 p. 21 euros.

Elias Canetti, Les années anglaises . Autobiographie posthume de l’écrivain né en Bulgarie - prix Nobel de littérature en 1981 et témoin majeur du XXe siècle - composée de fragments relevés dans plusieurs recueils et réunie à la demande de sa fille. Canetti se penche sur ses années anglaises et brosse un portrait de la vie britannique pendant et après la seconde guerre mondiale, côtoyant des gens de lettres, des savants, des historiens, des politiciens, tels T.S. Eliot, Iris Murdoch ou Margaret Thatcher, mais se faisant également quelques amis précieux, Anglais ou Viennois, émigrés comme lui. Outre leur intérêt documentaire, ces réflexions et ces portraits reflètent la personnalité profonde et secrète d’un intellectuel engagé et exigeant. Éd. Albin Michel, 360 p. 21,50 euros.

Jean-Christian Petitfils, Louis XVI . On a de Louis XVI une image caricaturale. S’appuyant sur des archives, des correspondances, des mémoires et autres rapports, l’auteur restitue le visage d’un monarque complexe et secret, cultivé, scientifique, passionné par les grandes découvertes, qui, en politique, joua un rôle déterminant dans la victoire sur l’Angleterre et dans l’indépendance américaine. Tableau riche de la France pendant les quinze années du règne précédent la Révolution, qui met en lumière les mécanismes qui ont conduit à la destruction de l’Ancien Régime. Éd. Perrin, 1114 p. 27 euros.

Anne Marie Louise d’Orléans, duchesse de Montpensier, La Grande Mademoiselle : mémoires . Présenté et annoté par Bernard Quilliet. Evoque les souvenirs d’une personnalité originale du XVIIe siècle, la duchesse de Montpensier (1627-1693). Cette princesse excentrique ayant jeté son dévolu sur Louis XIV fut éconduite et prit alors la tête de la Fronde. En exil dans son château de Saint-Fargeau, de 1652 à 1657, puis pardonnée par son cousin, elle revint à la cour. Ces mémoires font part de ses états d’âme, confessent des secrets de cour. Éd. Mercure de France, 24 euros.

Le grand livre des témoins . Sous la direction de Jean-Pierre Vittori avec la collaboration de Irène Michine. Préface de Stéphane Hessel. Une journaliste du journal de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes a rassemblé des textes courts, témoignages de rescapés des camps de concentration, pour que personne n’oublie cette barbarie et pour qu’elle ne revienne jamais. Éd. de l’Atelier, 448 p. 24 euros.

Fadhma Amrouche-Aït-Mansour, Histoire de ma vie . Kabyle, chrétienne, femme et surtout poète, Fadhma Amrouche (1882-1967) a vécu l’exil toute sa vie : dès sa naissance en 1883, dans son propre pays, l’Algérie, puis pendant quarante années en Tunisie, enfin en Bretagne jusqu’à sa mort en 1967. Elle raconte sa vie de femme et le destin des Kabyles. Nouv. éd., préfacée par Vincent Monteil et Kateb Yacine, Éd. La Découverte, 224 p. 7,50 euros.

Lydia Flem, Comment j’ai vidé la maison de mes parents . L’auteur raconte comment, après la mort de ses parents, elle dut affronter l’épreuve que représentait pour elle le fait de vider leur maison. Grâce à l’humour et à la parole, elle fit face aux souvenirs inscrits dans chaque objet et chaque lieu, témoins de moments heureux ou de discorde. Éd. A vue d’oeil, 177 p. 15,50 euros.

Jean-Dominique Rey, Mémoires des autres. 1- Ecrivains et rebelles . L’auteur évoque souvenirs, portraits vivants et entretiens issus de sa vie riche en rencontres. Écrivain et critique d’art, il a croisé et connu de nombreux peintres, écrivains ou poètes, comme André Gide, Paul Valéry, J. Grenier ou J. Simma, devenus pour certains ses amis. Il dresse ainsi une fresque de la vie intellectuelle et littéraire du XXe siècle, avec pour chaque portrait, une photographie. Éd. L’Atelier des brisants, 176 p. 25 euros

Romans étrangers

Giselda Leirner, La fille de Kafka . Après un échange fictif de lettres entre le père et la fille, l’auteur mêle fiction et réalité. Chacun des autres récits montre ce besoin de connaître le passé et de l’assumer, seule possibilité d’échapper à l’enfermement et de s’en sortir par l’écriture. Dix brefs récits qui ne font qu’un conte unique où le héros se transforme en de multiples personnages. Traduit du portugais (Brésil) par Monique Lemoing, Éd. Joëlle Losfeld, 140 p. 10 euros.

Romans

Frédéric Castaing, Rouge cendres . New York, 2001. Une milliardaire lance un libraire parisien sur la piste de tous les manuscrits, documents originaux ou lettres français. Il doit notamment retrouver la collection de Guitry volée en 1944 par quatre adolescents. De corruption en assassinats, de jeux de piste en jeux de massacre, ce thriller culturel s’achève sur la destruction de la Bibliothèque nationale des archives de France. Éd. Ramsay, 250 p. 20 euros.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite