Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Dernières parutions du 29 septembre 2005

édition du 29 septembre 2005

 

Correspondances

pauletjanebowles Jane Bowles, Paul Bowles, Lettres : 1946-1970. Traduction de l’américain Elisabeth Peelaert. Préface Michel Bulteau. Voici publiée en français la correspondance complète de Jane et de Paul Bowles. Jane écrivain et Paul compositeur de musique de scène, se marient à New York dès leur rencontre en 1937, mais choisissent de ne pas faire vie commune. Jane publiera un roman et un recueil de nouvelles et suivra une voie tourmentée entre alcool et séjours en clinique psychiatrique. Paul délaissera la musique pour la littérature, connaîtra un succès mondial avec Un thé au Sahara et inspirera bon nombre d’écrivains de la Beat generation et de jeunes gens avides d’aventure. Écrites entre 1946 et 1970, lors de leurs voyages à Ceylan, à Tanger et en Amérique Centrale, ces lettres retracent la vie mouvementée de ce couple d’écrivains nomades. Hachette Littératures, 313 p, 22 euros.

Marie-Antoinette, Correspondance (1770-1793) . Édition établie, présentée et annotée par Évelyne Lever. Évelyne Lever chercheur au CNRS, spécialiste de l’Ancien Régime, a réuni l’intégralité des lettres de Marie-Antoinette et des réponses de ses correspondants. Depuis son arrivée en France en 1770 pour s’unir au futur roi, jusqu’à sa mort en 1793, Marie-Antoinette a entretenu des liens épistolaires avec sa mère l’impératrice Marie-Thérèse, son frère Joseph II, Louis XVI ou ses amis. Au fil des missives nous assistons à la profonde métamorphose d’une jeune princesse frivole et inexpérimentée en reine soucieuse de préserver la monarchie française. Éd. Taillandier, 911 p, 35 euros.

J.R.R Tolkien, Lettres . Traduction de l’anglais Vincent Ferré et Delphine Martin. L’auteur de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des Anneaux était un être singulier. Comment un professeur de linguistique de l’Université d’Oxford, sans fantaisie apparente, extrêmement croyant et conservateur a-t-il pu imaginer un monde peuplé de créatures et de mythes aussi étranges ? C’est toute la longue élaboration d’une oeuvre étonnante, sans cesse entravée par des difficultés matérielles et éditoriales, qui se dessine à la lecture de soixante ans de correspondance. Éd. Christian Bourgois, 720 p, 30 euros. À paraître le 7 octobre.

Vingt-cinq ans d’amours adultères : Correspondance sentimentale d’Adèle Schunck et d’Aimé Guyet de Fernex 1824-1849 . Présentée et annotée par Paula Cossart. Vingt-cinq ans d’une passion adultère, de 1824 à 1849, soient plus de 1 500 lettres exhumées d’un dépôt d’archives publiques, dont Paula Cossart présente ici un choix des plus significatives et des plus attrayantes. Vingt-cinq ans d’un amour intensément romantique, caché des yeux du monde, entre Adèle Schunck, mariée, mère d’un garçon et Aimé Guyet de Fernex, veuf et père de trois filles. Vingt-cinq ans à redouter la honte ou le déshonneur, pour ces deux amants issus de la bonne société, proches de la cour de Louis XVIII et de Charles X, à une époque où le divorce n’était pas encore entré dans les moeurs et où adultère rimait avec scandale. Éd. Fayard, 517 p, 26 euros.

Biographies / Autobiographies / Journaux

Jane Dunn, Virginia Woolf et Vanessa Bell : une très intime conspiration . Traduction de l’anglais Geneviève Brzustowski. Soeurs complices et rivales, Virginia Woolf romancière, éditrice, critique, et Vanessa Bell, peintre, décoratrice et illustratrice, ont tissé dès leur enfance une relation très complexe. Les deux femmes se sont mutuellement influencées et ont attiré les esprits les plus brillants de leur temps au sein du groupe de Bloomsbury, dont le rayonnement intellectuel allait provoquer d’importantes mutations dans la Grande-Bretagne contemporaine. Remarquablement documentée (avec notamment des extraits de correspondances et de journaux intimes), cette biographie met en miroir le parcours artistique et littéraire de deux soeurs inséparables. Éd. Autrement, 397 p, 20 euros.

Eliane Viennot, Marguerite de Valois "La reine Margot" . Fille d’Henri II et de Catherine de Catherine de Médicis, soeur de Charles IX et d’Henri III, épouse d’Henri IV, Marguerite de Valois (1553-1615) est promise à un destin exceptionnel. D’une intelligence aiguë, érudite, femme politique, elle devient une mémorialiste célèbre et sera mythifiée en reine Margot dévergondée sous la plume d’Alexandre Dumas. A la lumière de ses écrits et de sa correspondance, des dernières études sur la Saint-Barthélémy et l’accession au trône d’Henri IV, la biographe nous plonge au c ?ur d’une vie passionnante et de l’histoire de France au tournant du XVIe siècle. Éd. Perrin, 11 euros.

Pierre Molinier, Je suis né homme-putain . Écrits et dessins inédits. De Pierre Molinier on connaissait Les orphéons magiques, poèmes illustrés, les tableaux, les dessins et les photographies. Artiste autodidacte, encensé par Breton, Molinier a orchestré sa propre légende sulfureuse autour de ses goûts radicaux en matière d’érotisme. Dans ses écrits intimes, il s’écarte du discours officiel et s’abandonne sans masque à parler d’art, d’érotisme, de censure ou de politique. Poèmes, notes, brouillons de lettres, carnets intimes, croquis et dessins composent cet ensemble de traces inédites de la pensée et de l’oeuvre de ce "maître du vertige". Coéditrice, la galerie Kammel Mennour (60 rue Mazarine, Paris 6ème) propose une exposition Molinier jusqu’au 2 octobre. Éd. Biro Éditeur / Kamel Mennour, 168 p, 38 euros.

Raymond Guérin, Retour de Barbarie . En décembre 1943, Raymond Guérin retrouve le monde des vivants et débarque à Paris après trois ans et demi de stalag, ramenant de sa captivité des milliers de pages dont la première mouture des Poulpes et son journal de prisonnier. Entamé en août 1939 et clos en octobre 1944, Retour de Barbarie évoque l’éprouvante détention en Allemagne, le difficile retour à la vie, mais aussi son séjour dans la capitale où il découvre la France de l’Occupation et est chaleureusement accueilli par le milieu littéraire. On le suit ainsi dans ses visites à Jean Paulhan, Clara Malraux, Camus, Sartre, Queneau ou Henri Cartier-Bresson. Éd. Finitude, 144 p, 14 euros.

Hannah Arendt, Journal de pensée . Édition de Ursula Ludz et Ingeborg Nordmann. Traduction de l’allemand et de l’anglais Sylvie Courtine-Denamy. Lorsque Hannah Arendt débute son Journal de la pensée en 1950, elle est enfin sortie de l’exil en France et aux Etats-Unis. Elle a retrouvé l’Allemagne qu’elle avait dû fuir en 1933, Heidegger et Jaspers, et les Origines du totalitarisme doit paraître l’année suivante. Il n’est pas question pour elle de verser dans l’autobiographie mais de s’attacher encore et toujours aux idées et de commenter son travail de philosophe. Les vingt-neuf cahiers de ce journal attestent donc de la constante obstination d’Hannah Arendt à repenser l’humain. Éd. du Seuil, "L’Ordre Philosophique", 650 et 680 p, 75 euros.

Romans

Tarun Tejpal, Loin de Chandigarh : roman . Traduction de l’anglais Annick Le Gayat. Dans l’Inde du Nord des années 90, le narrateur, journaliste, file le parfait amour avec sa femme entre Chandigarh et Delhi. La découverte dans leur demeure de soixante-quatre carnets intimes rédigés par une certaine Catherine, audacieuse aventurière américaine va perturber leur vie de couple. Fasciné par le récit de Catherine, le narrateur préfère à sa femme la lecture de ces carnets. Éd. Buchet Chastel, 677 p, 25 euros.

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite