Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Agenda du 8 décembre 2005

 

Exposition

expo, les postiers singuliers Les Postiers Singuliers, Raphaël Lonné et Pascal Verbena du 1er octobre 2005 au 11 février 2006 - Musée de la Poste Salles 14 et 15

Le Musée de La Poste expose deux postiers singuliers : le dessinateur Raphaël Lonné (1910-1989) et le sculpteur Pascal Verbena (né en 1941).
L’exposition réunit ces deux artistes et présente un choix d’une soixantaine d’oeuvres de Raphaël Lonné, et une vingtaine d’oeuvres récentes de Pascal Verbena.
Raphaël Lonné alors facteur à Biscarosse, découvre les théories d’Allan Kardec, fondateur de La revue spirite. C’est au cours d’une séance spirite qu’il se met à griffonner des dessins très originaux, sorte de "poésie graphique", qui retiennent bien vite l’attention et l’admiration du célèbre docteur Ferdière puis de Jean Dubuffet. Ce dernier va acquérir plusieurs centaines d’oeuvres qui iront nourrir la Collection d’Art Brut de Lausanne...
Pascal Verbena, postier de 1964 à 1992, est passionné depuis l’enfance par le bois. Il récupère sur les plages des bois flottés et, dans le centre de tri où il travaille, des pupitres de bois sur lesquels le temps a laissé des empreintes, des cicatrices.
Il sculpte d’abord la série des "habitacles", puis ce qu’il appelle les "pondeuses", où les portes s’ouvrent sur des tiroirs ou des niches contenant des objets, des animaux, des poupées...
Un catalogue édité par la Galerie Chave en partenariat avec la Société Littéraire de La Poste et de France Telecom et le Musée de La Poste accompagne l’exposition. Les textes du catalogue sont écrits par deux autres postiers singuliers : Jacques Lèbre , poète et Henri Raynal, écrivain.
Vous pouvez retrouver des informations sur Pascal Verbena sur son site internet :
http://www.pascalverbena.com/

Le Grand OEuvre - 1995 12,5 x 12,2 cm
bois flottés - ardoise - stylo bille Collection particulière
© Pascal Verbena

Sans titre - mai 1973
21x27 cm
aquarelle
Galerie Chave
© Raphaël Lonné

Les Explorateurs, de Christophe Colomb à Paul-Emile Victor
Du 22 novembre 2005 au 11 mars 2006, Musée de La Poste
Galerie du Messager
Cinq siècles d’explorations

Jacques Cartier
Timbre-poste émis à l’occasion du 450e anniversaire de son premier voyage au Canada 1984
© Musée de La Poste - Paris

À l’heure de la "mondialisation", de l’internet, du téléphone portable et de l’image numérique, le bout du monde est à notre porte. Un clic, la pression d’un bouton, un numéro composé sur un clavier nous transportent instantanément aux antipodes de la France. Mais il aura fallu plus de cinq siècles pour que les paysages tropicaux, les univers glacés, les déserts, les monuments des civilisations disparues, les us et coutumes de nos lointains voisins ne nous soient plus inconnus. Cinq siècles de découvertes qui ne se sont pas toujours déroulés dans les meilleures conditions. Car le prix de l’exploration fut immense. Combien de marins, exposés à la faim et au scorbut, n’ont-ils pas péri dans leur tour du monde ? Combien d’explorateurs confrontés à l’hostilité des populations autochtones n’ont-ils pas été tués ?
Il faut dire que la route des découvertes n’est pas toujours pavée des meilleures intentions. L’appât du gain, la recherche de la gloire personnelle, la perspective d’un commerce fructueux sont les principales motivations des conquistadors du début du XVIe siècle. L’exposition retrace une histoire d’hommes au caractère trempé, une histoire des techniques car sans la mise au point de nouveaux instruments de navigation et le perfectionnement des techniques de construction des navires, la traversée des océans n’aurait pas été possible, et donne également corps à l’expression "choc des civilisations".
Musée de la Poste
34 Bd de Vaugirard
75015 Paris

Théâtre

Lettres à un jeune poète
Avec Niels Arestrup
jusqu’au 31 décembre 2005
Théâtre La Bruyère, Paris

En 1903, un poète de vingt ans - Franz Xaver Kappus - décide d’envoyer au plus grand écrivain allemand avec Goethe et Hölderlin - Rainer Maria Rilke - une lettre où il doutait de sa vocation. Il ne pouvait espérer plus belle écoute et plus juste accueil à ses incertitudes. En effet, c’est avec une extrême délicatesse que Rilke répondra régulièrement durant cinq ans à ce jeune homme, qu’il ne rencontrera jamais. Trois ans après la mort du Maître, en 1929, ce "Cher Monsieur Kappus" édite dix courriers que lui avait envoyés l’auteur des Elégies de Duino et les accompagne d’une courte et respectueuse préface. Il décide d’intituler simplement ce recueil : Lettres à un jeune poète. Niels Arestrup nous livre l’intimité de cette parole pleine d’intelligence, de bonté, d’humour, de colère. Une pensée d’une générosité rare que nous donne à saisir l’acteur. Isabelle Le Nouvel, Florient Azoulay (Collaboration artistique), Marie-Christine Soma (Lumières), Pierre Gaillardot (Assistant lumières), Olivier Innocenti (Son), Christophe Oger (Assistant son)
Du Mardi au Samedi à 21 Heures
Mâtinée Samedi à 17 Heures 30
Tarifs d’entrée :
Plein tarif : 36 euros, Tarif réduit : 15 euros.
THEATRE LA BRUYERE
5, rue de la Bruyère
75009 PARIS
Tél. 01 48 74 76 99

Séminaire

"Lettre et journal"
Séminaire de l’AIRE, 2005-2006

Le séminaire de l’AIRE 2005-2006, dirigé par Brigitte Diaz et Françoise Simonet-Tenant, comportera trois séances qui auront lieu à l’Université Paris 7-Denis Diderot : La deuxième séance :

Samedi 14 janvier 2006
14H-17H
- Brigitte Galtier : " "lettre à soi-même" (J. Green) ou "entretiens journaliers" (G. Sand) ? "
- Catherine Rannoux : "Malaquais : le jeu de chassé-croisé entre les journaux et la correspondance avec André Gide"
- Catherine Viollet : "Les journaux féminins de l’aristocratie russe [fin XVIIIe-début XIXe siècle] à la frontière de la correspondance"

Protocole d’écriture datée et fragmentaire, expression spontanée de l’instant présent, la lettre et le journal personnel ne sont pas sans présenter maintes ressemblances formelles. Les itinéraires de leurs mutations historiques se rencontrent au XVIIIe siècle : c’est à cette même époque que la lettre et le journal se convertissent d’une certaine manière à l’intime.
"Le séminaire devrait permettre de réexaminer la question de l’adresse, déjà bien étudiée dans le genre épistolaire, à la lumière de l’analyse des formes qu’elle revêt dans le journal. Par ailleurs la proximité des formes du journal et de la lettre a abouti non seulement à des confusions éditoriales, en particulier au XIXe siècle, mais également à la production de formes hybrides, encore mal identifiées et peu étudiées, qu’il serait intéressant d’analyser (lettre-journal, journal adressé etc.)"

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite