Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Pierre Assouline : Rosebud, Eclats de biographies
Par Olivier Plat

édition du 31 octobre 2006

 

Pierre Assouline, Rosebud Pierre Assouline, Rosebud, "Eclats de biographies"
Editions Gallimard, 2006

Rosebud, ce mot énigmatique que murmure le citoyen Kane aux ultimes secondes de sa vie, et qui se révèlera être le nom que portait la luge de l’enfant qu’il fut, vestige d’un passé à jamais révolu. Ce film d’Orson Welles, Pierre Assouline l’a vu et revu des dizaines de fois ; Thompson le reporter qui fouille dans le passé de Kane, c’est lui. Le Rosebud, Pierre Assouline l’utilise comme une métaphore ; il s’agit d’un détail révélateur des failles et des secrets de chacun d’entre nous. Pénétrer dans le labyrinthe souterrain d’un individu au risque de s’y perdre, tel est l’enjeu, mais ajoute aussitôt Pierre Assouline, "avec la légèreté que donne la distance".
Etre à la fois dedans et dehors, dans l’empathie et dans la critique, tout est là. La force de conviction qui se dégage de ces "éclats de biographie" tient à cette faculté qu’a l’auteur de s’identifier à l’autre en nous restituant les voix de ses "chers fantômes". Ainsi dans La "Duchess" de Kipling, nous fait-il partager l’histoire d’un homme et de son fils, John, accablé par le fardeau du nom qu’il porte, et qui fut le destinataire du poème If... "bréviaire des fils et des pères un peu partout dans le monde." "Personnage de père dévasté dans un panorama de cris étouffés", tel pourrait être le titre du tableau nous dit l’auteur, mais à l’égal de Kipling ne serait-il pas lui aussi le peintre dans le motif ? Ou encore lorsqu’il évoque cette photo de Martine Franck où l’on voit Cartier-Bresson au musée du Prado se fondre presque avec le tableau de Goya, son désir ne serait-il pas d’entrer dans le tableau ? Dans le chapitre consacré à Paul Celan, grand poète de langue allemande, réapparaît le thème du lien entre père et fils. Le seul poème [1] que celui-ci écrira en français sera pour son fils unique Eric, comme si d’une génération à une autre, se transmettait un message porteur d’espoir et de sens, au-delà de la mort et des tragédies. Tout se passe en amont et en aval de ces moments de rupture. Pour Assouline, le vrai Cartier-Bresson c’est le photographe sans appareil, celui des années de stalag, et comment comprendre la poésie de Celan autrement que depuis "ce 20 janvier 1942 où se tint la conférence de Wannsee qui décida des modalités de la solution finale". Celan se jettera dans la Seine un jour d’avril 1970, il n’assistera jamais à la première d’En attendant Godot, avec son fils Eric, au théâtre Récamier, à Paris. Mais l’épopée de ces destins emportés par l’Histoire, Assouline nous la fait mieux comprendre en l’inscrivant "au plus profond de ces petites choses souvent expulsées vers ses marges". Ainsi du préfet d’Eure-et-Loir Jean Moulin avant qu’il ne devienne Jean Moulin, "l’icône d’un saint laïque, tel qu’en lui-même l’éternité le fige".

Rosebud est un livre habité par une passion et une curiosité peu communes. On peut le lire comme une méditation sur la biographie, les passerelles entre celle-ci et l’Histoire, le roman et toutes les formes d’art, de la peinture en passant par le cinéma et la photographie. De cette obsession du détail, naît une vision d’ensemble. Nous mettons à notre tour nos pas dans ces itinéraires de vie, et nous suivons aveuglément le guide. Excellent peintre sans pinceau, Pierre Assouline nous donne de lui-même un portrait en creux, "dont le titre, à l’égal du cartouche sous le tableau, serait suivi de la mention "détail"."

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite

Olivier Plat, contributeur de FloriLettres, s’entretient pour les éditions Gallimard avec Pierre Assouline, dans le cadre d’une bande-annonce consacrée à Rosebud, "Eclats de biographies", le dernier ouvrage de Pierre Assouline