Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Dubuffet, biographie
Par Olivier Plat

 

Dubuffet, biographie
Voici une première et peu banale biographie de Dubuffet, très écrite, très savante, mais jamais ennuyeuse et qui se lit comme un roman. Marianne Jakobi et Julien Dieudonné ont su mettre en évidence la démesure du personnage, sa prodigieuse puissance créatrice, son parcours chaotique et hors normes, sans jamais tomber dans l’hagiographie. Grâce à un patient travail de recherche basé sur de multiples témoignages et archives, les auteurs récusent ce qu’ils appellent le « mythe Dubuffet », « cette entreprise lucide de mystification », à laquelle selon eux, le peintre a sciemment participé, notamment par ses écrits autobiographiques, confortant le mythe d’un art spontané, se tenant à l’écart du marché et du milieu de l’art. Ils soulignent aussi les contradictions, les paradoxes, les omissions du peintre. Ainsi le portrait à charge que Dubuffet donne de son père dans la Biographie au pas de course et l’insistance qu’il met à vouloir s’en démarquer sont-ils nuancés, les biographes pointant du doigt les parentés troublantes du père et du fils : même manie collectionneuse, même goût pour la polémique et la satire, mêmes sautes d’humeur colériques, même propension à l’autoritarisme. De même tout indique que les textes en jargon qui souillent le bel écrire et l’ambivalence du peintre à l’égard de la littérature et des livres, ne sont pas étrangers à la passion bibliophile du père.
Dubuffet n’aura de cesse de fuir cet atavisme familial et de s’inventer lui-même dans l’utopie d’une création qui échappe au conditionnement de la culture et de l’éducation. La crise de vocation de l’année 1924, Marianne Jakobi et Julien Dieudonné l’attribuent plus à la peine où le peintre est de trouver encore sa manière propre, qu’à la geste héroïque de l’homme du commun en sécession avec les représentations officielles du métier d’artiste, comme le laissent entendre les explications avancées dans la Biographie au pas de course. Tout aussi intéressante est l’analyse que font les auteurs de la tentative (réussie) de captation d’héritage aux dépens de Breton et des surréalistes de l’art des fous par Dubuffet. Il n’aura de cesse dès lors de s’approprier cette notion tout en l’invalidant. Ce sera la naissance du nom programmatique d’art brut, que Dubuffet aura le plus grand mal à définir, mais qui atteste de la « volonté de noyer l’« art des fous », d’obédience surréaliste, dans le grand bain de l’art brut et de n’en faire qu’un des possibles de la création marginale ». Mais le plus frappant à la lecture de cette monumentale biographie, c’est le fait que hormis les créateurs d’art brut, Dubuffet aura très peu fréquenté ses pairs. Il aura été, en revanche, « l’interlocuteur privilégié des figures littéraires majeures de son temps ». En témoigne son amitié et son admiration indéfectible pour Céline qui plus que d’autres, aura incarné cette figure fascinante à ses yeux, du réfractaire absolu. Sans doute les « pièces littéraires » de Dubuffet sont-elles à revisiter, tant il est possible, comme le concluent Marianne Jakobi et Julien Dieudonné, « que son rêve secret, son rêve interdit ait été, davantage encore que celui de la peinture, celui de la littérature. »

Marianne Jakobi et Julien Dieudonné, Dubuffet.
Éditions Perrin, 602 p, 27 €.

Entretien avec Marianne Jakobi (10 février 2005)
sur le site de la Fondation la Poste

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite