Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

 

Extraits choisis - Allemagne les années noires

 

Otto Dix

Il me fallait cette expérience : comment quelqu’un situé juste à côté de moi pouvait tomber tout à coup et disparaître. Il me fallait l’expérimenter dans les moindres détails. Je le désirais. Je ne suis pas un pacifiste ou le suis-je ? Juste quelqu’un qui se pose des questions. Je voulais tout voir de mes yeux. Je suis un réaliste qui doit voir par lui-même pour avoir confirmation que cela se passe comme cela. Je dois expérimenter tous les abysses de la vie : c’est pour cela que je me suis engagé comme volontaire.

Otto Dix enregistré en 1963, cité dans Otto Dix, 1891-1969. Catalogue exposition Tate Gallery, Londres 1992, p. 28

Les trous d’obus dans les villages expriment une rage élémentaire. Tout ce qui est à proximité semble subir la dynamique de ces trous symétriques et formidables. Ce sont les orbites de la terre ; autour d’eux tournoient des lignes follement douloureuses, fantastiques. Ce ne sont plus des maisons, nul ne peut prétendre. Ce sont des créatures vivantes d’un genre particulier avec leurs propres lois et modes de vie. Ce sont des trous, sans rien d’autre que des pierres ou des squelettes. Il y a là une beauté singulière et rare qui nous parle.

Otto Dix enregistré en 1963, cité dans Otto Dix, 1891-1969. Catalogue exposition Tate Gallery, Londres 1992, p. 87

J’ai étudié la guerre de très près. [...] Si un artiste veut travailler, c’est pour montrer aux autres comment c’était. J’ai surtout représenté les atrocités découlant de la guerre. [...] J’ai choisi de faire un véritable reportage sur celle-ci afin de montrer la terre dévastée, les souffrances, les blessures.

Otto Dix enregistré en 1963, cité dans Otto Dix, 1891-1969. Catalogue exposition Tate Gallery, Londres 1992, p. 9


Max Beckmann

Septembre 1914

Aujourd’hui j’étais dans la poussière grise et blanche du front et j’ai vu des choses merveilleuses, transfigurées et incandescentes. Du noir brûlant, un gris violet doré sur un jaune d’argile détruit et un ciel blême et poussiéreux, et des hommes à moitié et complètement nus avec des armes et des bandages. Tout en décomposition. Des ombres chancelantes. Des membres d’un rose somptueux et couleur de cendre se mêlant au blanc sale des pansements et à la sinistre et pesante impression de souffrance.

11 octobre 1914

Dehors le tumulte formidable et grandiose de la bataille. Je suis sorti à travers des foules de blessés et de soldats éclopés qui revenaient du champ de bataille, et j’entendais cette musique étrange, grandiose à faire frémir. Quand une salve vient retentir par ici, c’est comme si on ouvrait violemment les portes de l’éternité. Tout suggère l’espace, le lointain , l’infinité. J’aimerais, je pourrais peindre ce fracas. Ah ! Cet abîme immense et eau à donner le frisson.

Lettres à Minna Tubes citées dans Gravures, musée de l’Abbaye Sainte-Croix, 1994


George Grosz

Je notais dans des carnets et sur du papier à lettres tout ce qui me rebutait, les visages monstrueux de mes camarades, d’odieux estropiés, des officiers arrogants, des infirmières lubriques, etc. Je n’avais pas d’intention précise en réalisant ces dessins, ils étaient sans objet, sinon de fixer à jamais le ridicule et le grotesque du monde des petites fourmis industrieuses et dévastatrices qui m’entourait.

George Grosz, Ein Kleines Ja und ein großes Nein, Hambourg, 1955 p. 113


Ces extraits sont cités dans le catalogue de l’exposition Allemagne, les années noires.
© Gallimard, 2007

Abonnez vous à notre Lettre d’information,
FloriLettres

Chaque mois, recevez gratuitement la revue culturelle de la Fondation La Poste consacrée à l’actualité littéraire et au patrimoine de la correspondance.
Pour s’inscrire, cliquez ici
Le lien "s’abonner" est obsolète. > s'abonner

A la une

Le Prix « Envoyé par La Poste » 2016 remis à Thierry Froger

30 août 2016 - Thierry Froger remporte le Prix « Envoyé par La Poste » pour son livre Sauve qui peut (la révolution),lire la suite

Les actions

Les actions de la Fondation La Poste 2015

La Fondation La Poste qui se veut à la fois culturelle et sociale a pour objet de soutenir l’expression écrite - dans la mesure où s’y incarnent les valeurs communes au Groupe La Poste - et en particulier la confiance, la solidarité, la proximité et l’innovation. Ainsi, elle encourage plus précisément avec un souci de la qualité et avec éclectisme : l’écriture épistolaire, l’écriture vivante et novatrice, l’accès à l’écriture sous ses diverses formes… lire la suite