Fondation d'entreprise LA POSTE

Recherche

> Edition du 7 février 2007

Edito

Édition septembre 2016

Paul Valéry, par Hervé Dumez

Incertain Paul Valéry raconte, sous la forme d’une autobiographie, la vie de l’écrivain, né à Sète en 1871 et mort à Paris, quelques semaines avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Hervé Dumez a construit son récit à partir des Cahiers (faits de carnets, d’agendas, de cahiers d’écolier, de registres et de feuilles volantes) que Valéry a tenus pendant cinquante ans. Chaque matin, il composait des poèmes, dessinait, analysait le fonctionnement de l’esprit en écrivant sur des sujets aussi divers que le langage, les sciences, l’architecture, la littérature, la philosophie, l’histoire, la politique... Grand admirateur des œuvres de Mallarmé, de Poe ou de Léonard de Vinci, tous maîtres des contraintes formelles et techniques de leur art, Valéry n’a cessé de s’intéresser aux mécanismes mentaux de la création… lire la suite

Edition mai 2016

Giorgio Morandi, par Bruno Smolarz

Désormais, les prochains numéros de notre revue littéraire paraîtront exclusivement dans la rubrique « FloriLettres » du nouveau site Internet de la Fondation La Poste dont la mise en ligne est imminente. Vous y trouverez la dernière édition en PDF, les anciens numéros ainsi que tous les articles déjà publiés. « Il ne s’agit pas d’un roman, plutôt d’un témoignage, réel et onirique à la fois. » dit Bruno Smolarz à propos de son livre qui vient de paraître dans la collection « La rencontre » des éditions Arléa. Il est intitulé Giorgio Morandi, Les jours et les heures. Les œuvres du peintre et graveur italien né et mort à Bologne (1890-1964) n’ont cessé de fasciner l’auteur depuis le premier instant où il les a vues. Elles appartiennent au mystère, comme la poésie. Elles se concentrent sur un choix restreint de sujets : paysages, fleurs, natures mortes. Des Natures mortes, surtout, avec des objets communs dans un rapport géométrique et une réciprocité de couleurs dont la variation dépend de la mise en place, de l’équilibre et de la lumière. Bruno Smolarz s’est « glissé » dans l’atelier du peintre bolonais pour comprendre sa démarche constante et progressive, sa recherche inépuisée. Il en ressort un texte remarquable qui éveille le désir de s’immerger (à nouveau) dans les tableaux de Morandi… lire la suite

Edition mars 2016

Émile Zola, Lettres à Alexandrine. Prix Sévigné.

Depuis dix ans, la Fondation La Poste apporte son soutien au prix Sévigné dont le jury, présidé par Anne de Lacretelle, a récompensé le 3 février 2016 l’édition des lettres d’Émile Zola à son épouse Alexandrine. Ce corpus paru chez Gallimard en septembre 2014 est le dernier grand inédit de l’auteur des Rougon-Macquart. Avec les Lettres à Jeanne Rozerot (la maitresse de Zola et la mère de ses enfants), il fait partie d’un ensemble qui constitue la « correspondance intime » du romancier. Les deux volumes publiés à dix ans d’intervalle ont été établis, présentés et annotés par son arrière petite-fille, Brigitte Émile-Zola qui est docteur en médecine, auteur de Mes Étés à Brienne (Éditions du Frisson, 2008) et par Alain Pagès, spécialiste de la vie et l’œuvre de l’écrivain et du mouvement naturaliste de la seconde moitié du XIXe siècle. Professeur de littérature française à l’Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, Alain Pagès dirige également l’équipe Zola au sein de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM). La correspondance avec Alexandrine commence en juillet 1876 et s’achève en décembre 1901… lire la suite

Editon janvier 2016

Paul Celan et René Char, Correspondance

« Cher Monsieur, Je retrouve, en vous adressant ces lignes, tout l’espoir angoissé qui préside à mes rares rencontres avec la Poésie. », écrit en juillet 1954 Paul Celan à René Char. Ainsi commence un échange de lettres entre les deux poètes qui va durer jusqu’en 1968. Celan, né dans une famille juive germanophone de Czernowitz, en Bucovine (l’actuelle Ukraine), a été envoyé en 1943 dans les camps de travail roumains. Ses parents n’ont pas échappé à l’extermination nazie. Il est encore peu connu en France au moment où il entame cette correspondance alors que le poème Todesfuge (Fugue de mort) écrit trois mois après la libération du camp d’Auschwitz l’a rendu célèbre en Allemagne. Char, né à L’Isle-sur-Sorgue, grand résistant et auteur notamment des Feuillets d’Hypnos est au sommet de sa gloire. Attiré par l’écriture du poète français qui laisse percevoir « sa respiration de combattant », Celan qui est aussi un remarquable traducteur, a l’intention de « faire entrer les poèmes de Char dans les pays de langue allemande »… lire la suite

Edito novembre 2015

Marcel Pagnol. Correspondances inédites - Le cinéma

« Si vous croyez connaître Pagnol parce que vous connaissez ses œuvres, vous allez découvrir un être rare, subtil, mais surtout ignoré jusqu’alors du grand public. » nous prévient le producteur et réalisateur Serge Bromberg, dans sa préface aux Correspondances de Marcel Pagnol (1895-1974). Parue chez Robert Laffont en octobre dernier, sous le titre J’ai écrit le rôle de ta vie, l’édition de ces échanges de lettres avec diverses personnalités du cinéma, françaises et américaines, a été établie par Nicolas Pagnol, le petit-fils de l’écrivain et cinéaste élu à l’Académie française en 1946. Depuis quelques années, Nicolas Pagnol s’emploie à perpétuer l’œuvre de cet illustre grand-père disparu un an après sa naissance. Il a commencé par publier en 2008, Marcel Pagnol - Carnets de cinéma, un recueil de textes autobiographiques inédits, et en 2011, L’album d’une vie qui ouvre les archives privées de la famille. De nombreuses manifestations organisées sous le titre générique « Aubagne capitale Marcel Pagnol 2015 » célèbrent depuis le 28 février et jusqu’à la fin de l’année, le 120ème anniversaire de la naissance de Pagnol à Aubagne (...) Une pensée à toutes les victimes du 13 novembre, les familles, les amis. L’équipe de FloriLettres et l’équipe de la Fondation d’entreprise La Poste expriment leur solidarité envers ceux qui ont été personnellement touchés par cette tragédie qui dépasse l’entendement… lire la suite

Edition septembre 2015

Atiq Rahimi. Portrait intime

« Me voici trente ans après, las, toujours devant cette page blanche. Comment y tracer sa vie ? Je n’en suis pas capable. Cela fait des mois que je me suis terré dans cet atelier pour écrire ce livre sur l’exil. » Atiq Rahimi, La Ballade du calame, L’Iconoclaste, p.15. Devant la difficulté à écrire un livre sur l’exil, à « tracer sa vie » sur la page blanche, Atiq Rahimi, né à Kaboul en 1962, cinéaste et romancier (Prix Goncourt 2008 pour Syngué Sabour. Pierre de patience), a fini par trouver la voie de l’écrit « intime » grâce à l’encre de chine et au calame. Les lettres persanes déposées sur le papier, calligraphiées avec le roseau taillé et chargé d’encre noire l’ont guidé vers ses souvenirs d’enfance, vers sa vie en Afghanistan avant son arrivée comme réfugié en France où il a demandé l’exil culturel et non pas politique. Son livre a pris forme, mêlant les évocations de sa terre d’enfance, de sa famille, de son parcours personnel, à une méditation sur l’exil, l’écriture, la lettre et le corps… lire la suite

Edition mai 2015

Vincent La Soudière

S’il n’a publié qu’un seul livre de son vivant, Chroniques antérieures (Fata Morgana, 1978) et quelques textes parus dans des revues, Vincent La Soudière (1939-1993) n’en est pas moins écrivain, un écrivain qui n’a pu trouver la « force ordonnatrice » pour construire une œuvre. Il est l’auteur d’une importante correspondance qu’il a adressée pendant près de trente ans à son ami et confident Didier, rencontré au monastère de l’île de Lérins, en 1964. On doit la publication de ce corpus de lettres - trois volumes parus aux éditions du Cerf en 2010, 2012 et mai 2015 - à Sylvia Massias, docteur ès Lettres qui depuis plus de dix ans, effectue un travail considérable pour éditer et présenter les écrits de celui qui fut aussi l’ami d’Henri Michaux et de Cioran… lire la suite

Edition mars 2015

Le Corbusier et William Ritter. Correspondance.

Homme de lettres, de musique et d’art, critique influent du début du XXème siècle, William Ritter est né à Neuchâtel en 1867. Après d’excellentes études, il quitte son pays natal, la Suisse, pour découvrir les capitales européennes artistiques, Paris, Vienne, Londres, Florence... Il visite les pays balkaniques, les pays slaves du nord, séjourne en Autriche... Il se passionne pour l’histoire et la culture des différentes nationalités. Il est aussi bien ethnographe que romancier, publie des essais sur les peintres et les musiciens. Romain Rolland, européen convaincu, lui écrit en mai 1906 : « J’ai le plus vif désir de connaître une telle intelligence que la vôtre : elle me semble un miroir de l’Europe artistique »*. C’est en 1910, alors que William Ritter est reconnu comme l’un des meilleurs connaisseurs de l’art des contrées d’Europe centrale et orientale, que Charles-Édouard Jeanneret et lui se rencontrent. Celui qui dix ans plus tard prendra le pseudonyme de Le Corbusier est alors un jeune étudiant en architecture originaire de la Chaux-de-Fonds (Jura suisse) sur le point d’entreprendre un grand voyage en Orient… lire la suite

Edition janvier 2015

Diderot en correspondance

En 2013, année du tricentenaire de la naissance de Denis Diderot (1713-1784), l’Université Toulouse II Le Mirail accueillait le premier colloque international consacré à la Correspondance de l’écrivain, organisé par l’équipe ELH-PLH (Équipe Littérature et Herméneutique - Patrimoine, Littérature, Histoire) en collaboration avec l’AIRE (Association Interdisciplinaire de Recherches sur l’Épistolaire). Depuis décembre dernier, les Actes de ce colloque sont publiés dans le quarantième numéro de la revue de l’AIRE, Épistolaire, qui comporte deux dossiers intitulés « Diderot en correspondance » et « L’Épistolarité politique ». Les différents articles réunis dans la première partie de cet ouvrage abordent l’ensemble de la correspondance de Diderot à partir de ses thèmes, de ses modes d’écriture, de sa littérarité. Ils étudient les fonctions sensorielles que revêt la lettre - appréhension au temps, à l’espace, au corps, à autrui -, les enjeux d’un échange, les questions d’esthétique et de poétique… lire la suite

édition novembre 2014

Lettres à Gangotena

Poète, né et mort à Quito, en Équateur, Alfredo Gangotena a vécu tout juste quarante ans, de 1904 à 1944. Il est arrivé en France avec sa famille à l’âge de 16 ans, est reparti en Équateur huit ans plus tard accompagné d’Henri Michaux, son hôte et grand ami qui publiera à son retour ses impressions de voyage notées au jour le jour, sous le titre Ecuador, livre dédié à Gangotena. Il a choisi le français comme langue d’écriture. Ses premiers textes, écrits peu après son arrivée en France, sont dès 1923 au sommaire des revues littéraires d’avant-garde, Intentions, Philosophies, La Ligne de cœur... Les Lettres à Gangotena, aujourd’hui publiées par Mireille de Lassus et Georges Sebbag (Nouvelles éditions Jean-Michel Place) témoignent de l’enthousiasme, pour sa poésie, des grands acteurs de la vie culturelle du moment… lire la suite

Edition septembre 2014

Georges Méliès Correspondance 1904-1937

Dessinateur, illusionniste, directeur du Théâtre Robert-Houdin, président de la Chambre syndicale de la prestidigitation et créateur du spectacle cinématographique, Georges Méliès est né à Paris en 1861. Il assiste, émerveillé, à la première représentation publique du Cinématographe des frères Lumière en 1895, avant de devenir à partir de l’année suivante et jusqu’en 1912, le « maître absolu » du monde de « la féérie, de la magie et du trucage cinématographiques. » Méliès a tourné plus de 500 films dont le fameux Voyage dans la Lune, fiction burlesque d’une longueur exceptionnelle de 16 minutes, colorisée à la main et réalisée en 1902 d’après les romans d’anticipation de Jules Verne (De la Terre à la Lune) et de H.G. Wells (The First Men in the Moon). Il a incarné presque tous les corps de métiers du 7e art - développant de nombreuses innovations techniques - et a construit le premier studio de cinéma au monde dans sa propriété de Montreuil… lire la suite

Edition été 2014

Samuel Beckett, Lettres 1929-1940

Sur les quelque vingt mille lettres retrouvées de Samuel Beckett (1906-1989), rédigées en trois langues - l’anglais, le français, l’allemand -, deux mille cinq cents environ ont été choisies par les éditeurs George Craig, Martha Dow Fehsenfeld, Dan Gunn et Lois More Overbeck pour figurer dans un ensemble de quatre volumes publiés par Cambrige University Press et par Gallimard. Le premier tome de l’édition française qui comprend les lettres écrites entre 1929 et 1940 a paru récemment. Beckett est alors un auteur débutant et jeune universitaire, érudit, qui après avoir été lecteur à l’École Normale Supérieure à Paris, enseigne à Trinity College à Dublin ; puis il démissionne, las de l’institution. Il voyage à travers l’Allemagne entre 1936 et 1937, commente dans ses lettres à son ami et principal correspondant, Thomas McGreevy - futur directeur de la National Gallery d’Irlande - les œuvres d’art qu’il est venu contempler. Après son périple, il choisit de s’installer à Paris et déclare en avril 1939 : « S’il y a une guerre, comme je crains que cela soit probable, je me placerai à la disposition de ce pays »… lire la suite

Edition avril 2014

Romain Rolland et Stefan Zweig. Correspondance

« Cher et noble ami, cela me fait tant de bien de vous parler, particulièrement en ce moment où vos perceptions des choses, issues d’un autre sang et d’une autre langue, ne sont pas tout à fait au diapason des miennes, et que je ressens justement dans ce désaccord tout le bienfait d’une véritable compréhension. » Stefan Zweig à Romain Rolland, le 13 avril 1915. Ils ont entretenu une correspondance pendant trente ans, de 1910 à 1940, une amitié fervente, malgré les guerres et les désaccords politiques. Européens convaincus, pacifistes, Romain Rolland (1866-1944), auteur de la suite romanesque Jean-Christophe, du manifeste Au-dessus de la mêlée, prix Nobel de littérature en 1915, passionné de musique, de culture allemande, et Stefan Zweig (1881-1942), autrichien, s’intéressant aux littératures francophones et anglophones, traducteur, biographe, auteur de nouvelles, du Joueur d’échecs, et de La Confusion des sentiments, d’un livre testament, Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen ont œuvré au rapprochement des peuples et des cultures… lire la suite

Edition janvier 2014

Marc Bernard & Jean Paulhan. Correspondance

Pendant quarante ans, Jean Paulhan et Marc Bernard se sont écrit régulièrement, de 1928 - date à laquelle le rédacteur en chef de La NRF reçoit d’un jeune homme de vingt-huit ans, autodidacte, le manuscrit d’un roman intitulé Zig-Zag -, à 1968, année de la mort de Jean Paulhan. Leurs lettres sont publiées depuis le mois de décembre 2013 par Claire Paulhan dont la maison d’édition consacrée aux littératures autobiographiques édite des textes établis à partir des documents autographes originaux, étayés d’un appareil critique remarquable, avec un constant souci d’élégance matérielle. Le volume de la Correspondance Marc Bernard & Jean Paulhan a vu le jour grâce à l’écrivain et professeur Christian Liger, disparu avant d’en avoir pu terminer l’édition, qui fut proche des deux hommes, né à Nîmes comme eux… lire la suite

Edition novembre 2013

Marcel Cohen, Prix Wepler Fondation La Poste 2013

Lundi 11 novembre, le jury du prix Wepler Fondation La Poste a couronné le livre de Marcel Cohen Sur la scène intérieure. Faits (mars 2013). Cet ouvrage est l’un des derniers publiés dans la collection « L’un et L’autre » (Gallimard) que dirigeait l’éditeur J.- B. Pontalis aujourd’hui disparu. La Mention spéciale du jury a été attribuée à Philippe Rahmy pour Béton armé paru aux Éditions de la Table Ronde. Rencontre avec Marcel Cohen quelques jours avant la soirée de remise du prix… lire la suite

édition septembre 2013

Richard Wagner - Franz Liszt. Correspondance 1841-1882

Deux ans après le bicentenaire de la naissance de Franz Liszt (cf. FloriLettres n°121, janvier 2011), on célèbre celui de Richard Wagner, chef-d’orchestre, à la fois poète et compositeur, parfait connaisseur de l’opéra français et italien, né à Leipzig en 1813 et mort à Venise en 1883. Gallimard qui a publié il y a soixante-dix ans la correspondance que les deux musiciens ont entretenue pendant plus de quarante ans présente aujourd’hui, avec le soutien de la Fondation La Poste, une nouvelle édition, revue et augmentée par Danielle Buschinger et Georges Liébert. Ce volume enrichi d’un appareil critique très précis et de nombreux documents, pour une bonne part inédits, témoigne de l’amitié suivie qui unissait les deux hommes dont la personnalité était aux antipodes. On peut appréhender au fil des lettres l’existence mouvementée de Wagner… lire la suite

Edition mai 2013

Blaise Cendrars - Robert Guiette 1920-1959

« Lire et comprendre ces lettres ne relève pas de l’indiscrétion, mais du désir de découvrir en profondeur la vocation et l’accomplissement d’un écrivain créateur de son monde » écrit Miriam Cendrars, la fille du poète, en avant-propos des deux volumes publiés ce printemps aux éditions Zoé de Genève (avec le soutien de la Fondation La Poste) : Blaise Cendrars - Robert Guiette 1920-1959 et Blaise Cendrars - Henry Miller 1934-1959, qui inaugurent la Collection « Cendrars en toutes lettres » dont l’entreprise prévoit l’impression à venir d’une dizaine de volumes de correspondances, rééditions ou publications d’inédits. En même temps que la parution de ces deux recueils de lettres, les Œuvres autobiographiques complètes de l’auteur de Bourlinguer entrent dans La Pléiade, deux tomes sous la direction de Claude Leroy avec la collaboration de Michèle Touret pour le premier et de Jean-Carlo Flückiger et Christine Le Quellec Cottier pour le second. Michèle Touret, professeur émérite de l’université Rennes 2, auteur de Blaise Cendrars, le désir du roman a établi l’édition des lettres du poète novateur, romancier et journaliste, adressées à un jeune médiéviste belge, Robert Guiette, passionné de littérature et attentif aux mouvements contemporains… lire la suite

Edition mars 2013

Walter Benjamin - Lettres françaises

« Dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s’achever. Je vous prie de transmettre mes pensées à mon ami Adorno et de lui expliquer la situation où je me suis vu placé. Il ne me reste pas assez de temps pour écrire toutes ces lettres que j’eusse voulu écrire. » Le 25 septembre 1940, Walter Benjamin dicte cette « lettre française », la dernière, à Henny Gurland qui l’accompagne dans sa fuite en Espagne. Il a reçu un mois plus tôt à Marseille un visa d’émigration pour les États-Unis, mais n’obtient pas de visa de sortie et met fin à ses jours le 26 septembre à Portbou, de crainte d’être expulsé par l’État espagnol et livré à la Gestapo. Philosophe, critique, et traducteur de Baudelaire et Proust, Walter Benjamin est né en 1892 à Berlin de parents juifs assimilés à la culture allemande. En 1926, il fait un premier séjour en France où il s’exilera sept ans plus tard, contraint de quitter l’Allemagne et sa politique de persécution. Entre 1927 et 1932, il deviendra « le premier critique allemand de la littérature française ».… lire la suite

Edition janvier 2013

André Malraux, Lettres choisies

« Cher ami - (...) Rien ne me paraît épistolaire, je crois, sauf les idées, les choses d’ordre pratique et les éléments farfelus de la vie. Mais le farfelu est en baisse depuis assez longtemps ». (Lettre manuscrite à Roger Martin du Gard, avril 1943) Conservée à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, à la Bibliothèque nationale de France, à St Brieuc ou à Vichy, dans les archives Gallimard, au Musée des lettres et manuscrits ou encore dans des collections particulières, la correspondance d’André Malraux était restée inédite car l’écrivain (1901-1976) avait demandé qu’elle ne soit pas publiée dans les trente ans qui suivraient sa mort. Aujourd’hui, un recueil chez Gallimard livre aux lecteurs un choix de 229 lettres écrites entre 1920 et 1976, « couvrant à peu près toutes les périodes de la vie de l’écrivain et adressées à des destinataires très différents les uns des autres. »… lire la suite

Edition novembre 2012

Leslie Kaplan - Prix Wepler Fondation La Poste 2012

Conçu par Marie-Rose Guarniéri en 1998 - l’année où elle créait à Montmartre la librairie des Abbesses - le Prix Wepler-Fondation La Poste porte le nom de ses deux mécènes. Il vient de fêter ses quinze ans. Les anciens lauréats, certains journalistes, éditeurs et organisateurs se sont vus offrir lors de la soirée du 12 novembre un couteau « collector » que Michel Bessière, patron de la brasserie Wepler et originaire de l’Aveyron, a fait produire à Laguiole pour célébrer l’anniversaire du Prix. Un numéro spécial de FloriLettres, réalisé à cette occasion, a été distribué aux invités (en ligne sur le site de la Fondation la Poste). Il présentait les quinze auteurs qui ont remporté le Prix Wepler, depuis la première édition jusqu’à cette dernière où il a été attribué à LESLIE KAPLAN pour Millefeuille (P.O.L). La Mention spéciale, créée en 1999, a récompensé JAKUTA ALIKAVAZOVIC pour La Blonde et le bunker… lire la suite

Edition septembre 2012

Dostoïevski (1821-1881) par Virgil Tanase

« S’il l’avait écrite lui-même, à sa façon, sa biographie pourrait passer aux yeux de ceux qui l’ignorent pour un de ses romans. Tant le héros paradoxal et aux agissements surprenants, se trouve pris dans la tourmente d’histoires si invraisemblables qu’elles semblent inventées. Elles ne le sont pas. » Ainsi commence le récit de la vie de Dostoïevski que Virgil Tanase a publié récemment dans la collection « Folio biographies » (Gallimard), après Tchékhov (2008) et Camus (2010). Virgil Tanase est né en Roumanie. Il est écrivain, dramaturge et traducteur (français, roumain, espagnol, russe, italien). Depuis 1977, il vit en France où il a réalisé une trentaine de mises en scène, publié une quinzaine de romans et adapté pour le théâtre de nombreux textes, dont Crime et châtiment de Dostoïevski (Théâtre des Capucins de Luxembourg, 2010) ainsi que la correspondance de l’écrivain (festival de Grignan, 2011). Le portrait passionnant que Virgil Tanase fait de l’auteur des Frères Karamazov - « le chef-d’œuvre après lequel [il] pouvait se reposer » (postface de Pierre Pascal aux Frères Karamazov, folio classique) - se lit comme un roman… lire la suite

Edition mai 2012

Edmond Jabès 1912-1991 Hommage

Des brouillons de lettres d’Edmond Jabès, des manuscrits constitués de morceaux de papiers isolés qui témoignent des circonstances de la genèse de ses livres, des dessins aussi, des lettres de Giorgio Agamben, de René Char, de Maurice Blanchot, d’Emmanuel Levinas, de Michel Leiris, de Jacques Derrida... adressées à Edmond Jabès, des portraits d’Edmond Jabès, et des œuvres d’artistes - Claude Garache, Antoni Tapiès, Jean Capdeville, Olivier Debré... inspirés par l’écriture de Jabès - sont présentés jusqu’au 17 juin 2012 à la Bibliothèque nationale de France (Galerie des donateurs) à l’occasion du centenaire de la naissance du poète, né au Caire en 1912 dans une famille juive francophone. Aurèle Crasson, ingénieure à l’Institut des textes et manuscrits modernes, et Anne Mary, conservateur au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France ont organisé l’exposition « Edmond Jabès, L’exil en partage » et dirigé l’édition du catalogue publié chez Hermann avec le soutien de la Fondation La Poste… lire la suite

Edito Mars 2012

Michel-Ange, Correspondance. Prix Sévigné 2011-2012

« N’allons pas chercher dans la correspondance de Michel-Ange ce qui ne s’y trouve pas. Ce qu’on n’y trouve pas, c’est une pensée morale profonde, des considérations esthétiques originales sur l’art, des tourments sur sa créativité, qui nous apporteraient des éclairages nouveaux sur sa passion de la beauté ou sur ses grandes œuvres - qui n’en ont d’ailleurs pas besoin » prévient Adelin Charles Fiorato en préambule à l’édition de la Correspondance de Michel-Ange, parue aux Belles Lettres en 2011. Professeur honoraire à l’Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III et spécialiste des rapports entre culture et société à la Renaissance, Adelin Charles Fiorato a reçu le Prix Sévigné en février dernier pour cette édition scrupuleusement annotée qui présente le plus important corpus jamais traduit en français des lettres conservées de Michel-Ange… lire la suite

Edito Janvier 2012

Giacomo Casanova

Casanova est à Paris depuis février 2010 date à laquelle la Bibliothèque nationale de France a acquis le manuscrit (3 700 pages rédigées en français) d’Histoire de ma vie jusque-là retenu en Allemagne. Des pages du manuscrit sont actuellement présentées à la Bibliothèque nationale (du 15 novembre 2011 au 19 février 2012 - site François-Mitterrand) dans le cadre d’une exposition consacrée à leur auteur, reconnu comme l’un des grands écrivains du XVIIIème siècle. Le parcours d’exposition se construit en dix parties, à l’image des 10 livres d’Histoire de ma vie dont Gallimard qui en a récemment publié des fragments (Casanova, Le bel âge) dans un volume richement introduit et annoté, prépare une édition intégrale dans la Pléiade. « Ce sont des folies de jeunesse. Vous verrez que j’en ris, et si vous êtes bon, vous en rirez avec moi. » prévient Giacomo Casanova dont l’art de la narration fascine le lecteur. Chez Gallimard, toujours, Maxime Rovere a publié en 2011 dans la collection « Folio Biographies » un remarquable portrait de Casanova qu’il a « dépouillé de ses attributs de surmâle »… lire la suite

édito novembre 2011

Prix Wepler Fondation La Poste 2011

Conçu par Marie-Rose Guarnieri en 1998 - l’année où elle créait à Montmartre la librairie des Abbesses - le Prix Wepler-Fondation La Poste porte le nom de ses deux mécènes. Quelques jours avant la remise du Prix célébrée le 14 novembre à la brasserie Wepler, elle exposait pour FloriLettres, dans sa belle librairie rouge opéra, l’aventure de cette distinction littéraire qu’elle défend avec ardeur depuis quatorze ans. Le Prix-Wepler Fondation La Poste se caractérise par son indépendance et son exigence littéraire. Chaque année son jury est renouvelé intégralement. Il est constitué de lecteurs et de professionnels qui explorent la création romanesque et soutiennent « des œuvres difficiles dont la visée n’est pas uniquement commerciale ». Le Prix a été attribué à Éric LAURRENT pour Les découvertes publié aux éditions de Minuit, et François DOMINIQUE a reçu la Mention spéciale pour Solène paru aux éditions Verdier… lire la suite

Edito septembre 2011

Les Correspondances Manosque La Poste & Lettres de Grisélidis Réal

Chaque automne, depuis treize ans, le festival des Correspondances transforme la ville de Manoque pendant cinq jours en une véritable scène littéraire ouverte à tous. Imaginée et dirigée par Olivier Chaudenson, cette manifestation culturelle (du 21 au 25 septembre) qui rend actuelle la pensée baudelairienne, donne la parole aux auteurs en s’intéressant aux rapports privilégiés qu’entretiennent la littérature contemporaine et les autres arts. Le public est invité à découvrir des textes choisis, récemment publiés, à travers des performances inventives et éclectiques, lectures musicales, concerts littéraires, lectures-spectacles, ainsi que par le biais de rencontres et d’entretiens avec les écrivains. (...) Trois correspondances littéraires seront « mises en scène  » dont celle d’ E. M. Cioran avec Armel Guerne (cf. FloriLettres n°124) et les lettres de Grisélidis Réal réunies dans « Mémoires de l’inachevé 1954-1993 » (Verticales, 29 septembre 2011), un volume posthume présenté et établi par Yves Pagès en collaboration avec Jeanne Guyon… lire la suite

Edito mai 2011

La lettre au cinéma Festival Cinéastes affranchis

Le festival Cinéastes affranchis, proposé par l’Adresse Musée de La Poste en partenariat avec l’association Filme-moi ta plume et la Fondation d’Entreprise La Poste, se déroule les 25, 26 et 27 mai. Un dispositif pédagogique et artistique autour du thème de la lettre au cinéma a été développé tout au long de l’année scolaire avec des lycéens et des collégiens. Lors du festival, les élèves qui ont participé au projet verront leurs courts métrages diffusés et analysés par des cinéastes confirmés. Ces séances pédagogiques seront ouvertes au public. Valérie Mréjen, cinéaste et romancière, est l’invitée de la 4e édition de cet événement… lire la suite

Edito mars 2011

Carnets de voyage

Depuis fin 2010 et jusqu’au 23 avril 2011, l’Adresse Musée de la Poste offre à ses visiteurs une belle exposition intitulée «  Carnets de voyage... Le Monde au bout du Crayon » qui rassemble de nombreux dessins et carnets répartis selon les cinq continents de notre planète et réalisés par quarante-six artistes français. Ce genre particulier, conçu à partir du désir de narrer les périples du voyageur, avait déjà fait l’objet d’une exposition au sein du Musée de la Poste en 2009. Le visiteur était invité à suivre l’évolution historique du carnet de voyage hérité des navigateurs au long cours et des naturalistes. Aujourd’hui, le parti pris est différent. Patrick Marchand, commissaire de l’exposition, a choisi un parcours géographique et sélectionné essentiellement des œuvres de carnettistes contemporains… lire la suite

Edito janvier 2011

Franz Liszt et Marie de Sayn-Wittgenstein Lettres 1847-1886

L’année 2011 célèbre le bicentenaire de la naissance de Franz Liszt (1811-1886), pianiste virtuose de l’époque romantique, compositeur et chef d’orchestre, né d’un père hongrois et d’une mère autrichienne. Pour honorer la mémoire de celui qui fut applaudi dans toutes les salles de concerts, dont la musique exigeante et novatrice influença celle de Wagner, de nombreuses manifestations musicales sont organisées en Europe, et des livres, essais biographiques ou correspondances, paraissent en librairie. Les "Lettres de Franz Liszt à la princesse Marie de Hohenlohe-Schillingsfürst, née de Sayn-Wittgenstein" sont publiées ce mois-ci aux éditions Vrin avec le soutien de la Fondation La Poste… lire la suite

Edito octobre 2010

Centenaire de la naissance
de Jean Genet 1910-2010

En décembre prochain, on fêtera le centenaire de la naissance de Jean Genet. À cette occasion, de nombreux ouvrages sont réédités chez Gallimard et deux livres en partie inédits sont publiés dans la collection « L’Arbalète », Les Lettres à Ibis, correspondance de Genet avant ses premières publications, et Le Funambule, texte poétique rendant hommage à son ami Abdallah. Tahar Ben Jelloun consacre à l’écrivain qu’il a bien connu, un récit, Jean Genet, Menteur sublime. « Il m’avait demandé de le rejoindre au restaurant L’Européen, en face de la gare de Lyon. Je pris le métro, troublé d’aller rejoindre cet écrivain que je n’avais jamais espéré rencontrer un jour.  » On est en 1974. Il venait de signer son premier roman, Harrouda ; il deviendra, après ce rendez-vous, un proche de Jean Genet… lire la suite

Edito été 2010

André Delvaux, L’Œuvre au noir - Correspondance avec Marguerite Yourcenar

Adapté du roman éponyme de Marguerite Yourcenar, le film du cinéaste belge André Delvaux (1926-2002), "L’Œuvre au noir", sort sur les écrans en 1988, vingt ans après la parution du livre. Il sera projeté, à nouveau, dans les salles de cinéma pendant deux mois à partir du 11 août 2010 à l’occasion de sa sortie en DVD (douze jours plus tard). La Vie Est Belle Films associés qui produit des longs et courts métrages et entreprend depuis quatre ans l’édition de films en DVD, rend hommage au réalisateur avec la publication d’un coffret exigeant. Y figurent "L’Œuvre au noir", ainsi qu’un documentaire de Delvaux sur le peintre primitif flamand Dieric Bouts, une interview du directeur de la photographie, Charlie Van Damme, et un livret réunissant plusieurs textes annotés dont la correspondance inédite entre la romancière et le cinéaste… lire la suite

édito avril 2010

Dans le secret d’une photo de Roger Grenier

« Pourquoi écrire un roman, et ne pas écrire ses Mémoires ? Pour donner, peut-être, une certaine image de la réalité, un peu plus belle, ou un peu plus dérisoire » a dit Roger Grenier à propos de son Ciné-Roman publié en 1972 (Prix Femina). Il affirme encore aujourd’hui n’avoir « jamais eu envie d’écrire ses Mémoires », mais il le fait « de façon détournée  ». Au fil des pages de son livre Dans le secret d’une photo paru en janvier dernier chez Gallimard (coll. « L’un et l’autre »), il raconte ses souvenirs liés à la photographie. Les rencontres, les faits qui ont marqué sa vie, les lectures aussi. Il s’est passionné pour cet art visuel depuis l’enfance où il a reçu son premier appareil, un Baby Box de Zeiss. L’image, fixation de l’instant et du réel, guide sa mémoire et l’avancée narrative… lire la suite

Edito février 2010

Cesare Pavese, OEuvres

En juillet 2009, au Festival de la Correspondance de Grignan, qui avait pour thème « Voyages en Italie », Martin Rueff, poète, critique, traducteur et maître de conférences à l’Université de Paris-VII-Denis-Diderot ainsi qu’à l’Université de Bologne où il enseigne la littérature et la philosophie, était venu présenter les "OEuvres" de Cesare Pavese dont il avait établi le volume un an plus tôt dans la collection « Quarto » chez Gallimard. Il fit un portrait passionnant de l’écrivain qui fut un grand éditeur, figure centrale de la maison d’éditions Einaudi dans l’Italie d’après-guerre, un traducteur de la littérature américaine, un poète, un romancier et essayiste, né en 1908 et mort volontairement à l’âge de quarante-deux ans… lire la suite

Edito décembre 2009

Virginia Woolf et Lytton Strachey, Correspondance

« Très cher Lytton, Ceci juste pour te dire que je vais à nouveau bien, c’est vraiment merveilleux, mais je ne veux pas en parler. J’aimerais te voir. Je veux nager dans des océans de potins. Les dents d’Ottoline par exemple - en a-t-elle de neuves ? Je suis frappée d’une brillante idée. Cotisons-nous tous pour acheter un perroquet à Clive. L’oiseau devra être du genre effronté et primitif, entraîné bien sûr à ne dire que des saletés, et à se délecter de caresses obscènes - et le plumage le plus vif possible... » écrit Virginia Woolf à Lytton Strachey un 26 février 1915. La romancière de "La Chambre de Jacob" et de "Mrs Dalloway", fondatrice de la Hogarth Press, et le critique de la morale victorienne, auteur d’essais littéraires et historiques - qui a renouvelé l’art de la biographie - se sont écrit pendant un quart de siècle des lettres empreintes d’un humour caustique et d’une tendresse amusée… lire la suite

édito octobre 2009

Theodor Adorno & Thomas Mann, Correspondance

Les deux hommes exilés aux États-Unis, nés allemands, Theodor W. Adorno, philosophe, musicien et musicologue, élève d’Arnold Shönberg et d’Alban Berg, et l’écrivain Thomas Mann, auteur notamment, de "La Montagne magique" et de "La Mort à Venise" se rencontrent en 1943. Ce qui les rapproche, une passion commune pour la musique. Le romancier est alors plongé dans la rédaction du "Docteur Faustus", biographie imaginaire d’un compositeur, Adrian Leverkühn, à qui il prête l’invention du dodécaphonisme (théorie conçue par Arnold Schönberg). Pour élaborer les parties musicales de son roman, l’écrivain a besoin d’un « conseiller » et sollicite Theodor Adorno qui vient de publier à la "Zeitschrift für Sozialforschung" quatre chapitres de son futur livre sur Wagner...… lire la suite

édito été 2009

Bernard Giraudeau Lettres d’amour et de voyages

C’est à une mystérieuse inconnue, citadine, une certaine Madame T. dont le nom se résume à une initiale évoquant la stabilité, que Bernard Giraudeau écrit ces lettres. Il lui raconte ses expéditions lointaines, caméra au poing, sa vie de théâtre, ses faiblesses, ses doutes, la vanité aussi, son désir d’aimer et son retour sur la "Jeanne d’Arc" avec le titre d’écrivain de marine. L’ancien mécano qui obtient le grade de capitaine de frégate et séjourne dans la chambre de veille amiral, récite à bord des vers élisabéthains. Non sans ironie, il répète sur le navire de guerre puis chez le dictateur Pol Pot, Richard III de Shakespeare, interprétation exigeante à l’image de la tyrannie du roi… lire la suite

édito avril 2009

Emile Meyerson Philosophie et correspondances

Bernadette Bensaude-Vincent, professeur de philosophie et d’histoire des sciences à l’Université Paris-X et Eva Telkes-Klein, historienne et ingénieur d’études au Centre de recherche français de Jérusalem ont travaillé à l’édition des "Lettres françaises" d’Émile Meyerson (1859-1933), épistémologue d’origine juive polonaise, installé en France à partir de 1882. Ce volume qui vient de paraître aux éditions du CNRS, avec le soutien de la Fondation La Poste, rassemble des centaines de lettres - certaines sont très courtes, d’autres constituent de petits traités de 30 pages et davantage - échangées avec des philosophes, savants et artistes du début du XXe siècle, tels que, Albert Einstein, Henri Bergson, Paul Langevin, Georges Urbain, Paul Valéry ou Guillaume Apollinaire. Chaque échange épistolaire, annoté avec précision, est introduit par une courte biographie des correspondants. En préambule à l’ensemble des lettres, une étude livre un portrait de Meyerson, chimiste puis philosophe des sciences, membre éminent de la tradition épistémologique française dont l’oeuvre, peu après sa mort, cessa d’influencer les courants de pensée… lire la suite

édito février 2009

Roland Barthes Journal et Carnets inédits

Barthes, écrivain critique et sémiologue (1915-1980) s’est intéressé à la société et ses systèmes ("Mythologies", "Système de la mode"), à l’art et la littérature, ("Degré zéro de l’écriture", "Sur Racine", "S/Z", "Fragments d’un discours amoureux", "L’Obvie et l’obtus", "La Chambre claire"), et à l’écriture de soi ("Roland Barthes par Roland Barthes"). "La Chambre claire", consacré à l’image photographique et à la mort, qui renouvelle les rapports entre théorie et romanesque, se fait l’écho d’une période douloureuse pour l’auteur. Pendant qu’il écrit ce livre, entre avril et juin 1979, il tient un "Journal de deuil" commencé le 26 octobre 1977, au lendemain de la mort de sa mère… lire la suite

édito décembre 2008

Louis Kremer à Henry Charpentier (1914-1918)

À l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice, les Éditions de La Table Ronde ont publié en novembre dernier les Lettres de Louis Krémer, poète oublié, mort de ses blessures en 1918, à son ami Henry Charpentier, réformé, poète également qui vivra jusqu’en 1952. Annotée et présentée par Laurence Campa, universitaire et chercheur à l’Historial de la Grande Guerre, la correspondance intitulée D’Encre de fer et de feu est enrichie de photographies, de dessins et croquis du combattant. Il n’a laissé qu’un seul recueil de poèmes publié en 1909. Pendant les quatre années de guerre, Kremer n’a jamais cessé d’écrire. Les lettres disent le triomphe du fer et du feu, la terre « secouée de convulsions »… lire la suite

édito octobre 2008

Les archives de la Préfecture de Police

La Préfecture de police, l’une des plus anciennes administrations françaises, a confié ses archives aux Éditions de L’Iconoclaste, apportant sa contribution à la publication d’un ouvrage prestigieux qui a nécessité deux années de travail. « Dans les secrets de la police », sous la direction scientifique de Bruno Fuligni et la direction éditoriale de Sophie de Sivry et Jean-Baptiste Bourrat, rassemble une cinquantaine de sujets qui vont de l’assassinat d’Henri IV à mai 68, savamment choisis parmi des milliers de dossiers… lire la suite

édition été 2008

Kaléidoscope, « Opéra pour tous »

Outre le soutien à l’édition des littératures autobiographiques et aux manifestations liées à la correspondance, la Fondation La Poste s’est engagée en faveur de projets rendant accessibles à ceux qui en sont exclus, les diverses formes d’écritures. Ainsi, depuis 2006, elle est notamment partenaire de Kaléidoscope, un programme novateur et audacieux, organisé par l’Opéra de Lyon et conçu par son directeur, Serge Dorny… lire la suite

édito avril 2008

Correspondances Intempestives

Écrire, correspondre. Martine Malinski et Nadine Laïk-Blanchard ont eu l’idée de réunir en un livre des lettres écrites entre le XVIème et le début du XXème siècle qui disent une passion amoureuse, une amitié rare ou prononcent une rupture, et des lettres qu’aucun facteur ne postera, mais qui, bravant les siècles et les convenances, nouent une relation intime et forment des "Correspondances Intempestives". Des personnalités, écrivains pour la plupart, artistes et journalistes se sont prêtés à ce jeu littéraire où parfois, certains s’éprouvent comme autre, redonnant vie, le temps de l’écriture, aux épistoliers disparus. Publié aux éditions Triartis, avec le concours de la Fondation La Poste, ce bel ouvrage, audacieux, offre illustrations et manuscrits d’auteurs… lire la suite

édition février 2008

Henri Thomas, Carnets 1934-1948

« Je sens quelque inquiétude à l’idée que demain je n’aurai peut-être rien à écrire ici, et que je serai peut-être obligé de faire appel à mes souvenirs ; je prends un soin un peu sot de ne pas laisser passer de journée sans rien noter ; il m’est difficile de me laisser vivre, tant j’ai peur de l’oubli, de la désaffection, de l’amoindrissement. », consigne dans un carnet en 1934, le jeune Henri Thomas alors âgé de 21 ans. Il sera l’auteur d’une cinquantaine de livres et l’ami de Jean Paulhan, André Gide, Antonin Artaud, Arthur Adamov...… lire la suite

Edito décembre 2007

Allemagne, les années noires
Musée Maillol

Le musée Maillol, en partenariat avec la Fondation La Poste, présente jusqu’au 4 février 2008, une exposition collective où sont réunies pour la première fois les œuvres de Max Beckmann, Otto Dix, George Grosz et Ludwig Meidner, ainsi que celles des peintres moins connus comme Conrad Felixmüller, Erich Heckel, Walter Gramatté et John Heartfield. Ces artistes allemands, qui pour la plupart se sont portés volontaires en 1914, inscrivent sur la surface du papier et de la toile la violence inhumaine de la guerre, décrivent les instants de mort et de destruction, et dénoncent, après la défaite de 1918, le marasme dans lequel la société allemande est plongée… lire la suite

Edito octobre 2007

Guillaume Apollinaire
Lettres à Lou

Le poète n’avait que trente-huit ans à sa mort, le 9 novembre 1918. Il avait beaucoup écrit. Son oeuvre comporte presque autant de publications posthumes que d’ouvrages composés par lui-même. Les « Poèmes et Lettres à Lou » qui mêlent tous les registres, depuis le vers traditionnel au calligramme, où l’écriture épistolaire réconcilie la poésie avec la narration et la vie quotidienne, n’ont pu être publiés intégralement qu’en 1969, par Michel Décaudin qui nous donnait à lire une édition complète chez Gallimard, dans la collection Blanche, et une autre, constituée uniquement des poèmes (Poésie/Gallimard). Aujourd’hui, Laurence Campa, maître de conférences de l’Université de Paris-XII, auteur de nombreuses études et ouvrages sur Apollinaire, propose une nouvelle édition en fac-similé chez Textuel… lire la suite

Edito été 2007

Prosper Mérimée

La Fondation La Poste est partenaire cet été de diverses manifestations culturelles, parmi lesquelles le festival d’Aix-en-Provence et son académie européenne de Musique, le concours de correspondance du 9ème Salon International du Livre Insulaire de Ouessant, le festival ardéchois « Le coeur en musique », et le festival de la Correspondance de Grignan dont la douzième édition a pour thème le cinéma. Dans le cadre des « Entretiens de Florilettres », le festival de Grignan propose le 5 juillet, une rencontre littéraire autour d’Antonin Artaud avec Florence de Mèredieu (Cf. Florilettres n°82). La Fondation soutient également le colloque Mérimée sous la direction d’Antonia Fonyi qui aura lieu en septembre prochain au Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle… lire la suite

Edito du 22 mars 2007

Jules Pascin

Peintre, graveur, sculpteur, dessinateur au trait précis et acéré, au regard à la fois narquois et bienveillant, Jules Pascin (1885-1930) est assez peu connu en France. Pourtant, il a produit une oeuvre exceptionnelle et a bénéficié d’une grande notoriété de son vivant. Le musée Maillol, soutenu par la Fondation La Poste, lui rend hommage en lui consacrant, jusqu’au 4 juin, une importante rétrospective qui réunit 150 oeuvres dont certaines sont exposées en France pour la première fois. Une occasion de découvrir ou redécouvrir cet artiste moderne qui a influencé la peinture américaine et introduit dans la peinture française, la mouvance expressionniste… lire la suite

Edito du 11 janvier 2007

Hommage
à Antonin Artaud

Aujourd’hui, (depuis le 7 novembre 2006), la Bibliothèque nationale de France présente à la Grande Galerie du site François- Mitterrand, une exposition qui réunit pour la première fois en un seul lieu, textes, dessins et films de celui qui fut théoricien du théâtre, poète, dessinateur et acteur.Un vaste couloir balisé par les voyages d’Artaud… lire la suite

Edito du 23 novembre 2006

Les Prix littéraires et la
Fondation La Poste

Wepler-Fondation la Poste et Sévigné, deux prix littéraires que nous soutenons, le premier depuis sa création en 1998 et le second, également partenaire du festival de la Correspondance de Grignan, depuis cette année. La Fondation La Poste a récompensé le 13 novembre dernier à la brasserie Wepler, deux auteurs, Pavel Hak (Prix) et Héléna Marienské (Mention spéciale)… lire la suite

Edito du 13 octobre 2006

Dimitri Chostakovitch, 1906-1975 Centenaire

2006 marque le centenaire de la naissance du compositeur russe Dimitri Chostakovitch et donne lieu à de nombreuses rééditions, des concerts et des publications. Le livre de Bertrand Dermoncourt, paru aux Éditions Actes Sud, se compose de douze journées de la vie de Chostakovitch, du 3 avril 1917 "Lénine à Petrograd" au 14 août 1975 "Obsèques"… lire la suite

Edito du 8 septembre 2006

Correspondances : des Colloques de Cerisy au festival "Le Coeur en Musiques"

Partenaire de nombreux projets culturels liés à l’écriture épistolaire, littéraire, musicale, la Fondation La Poste était très présente cet été en participant notamment au Festival de la Correspondance de Grignan, au Colloque Archives épistolaire et histoire de Cerisy-La-salle en Normandie et à la 4ème édition du festival "Le Coeur en Musiques" en Ardèche méridionale… lire la suite

Edito du 22 juin 2006

Nouvelle Solitude
de Jacques Schlanger

Né en 1930, Jacques Schlanger a fait ses études à Paris, à la Sorbonne. Il émigre en Israël en 1968, où il enseigne depuis la philosophie à l’Université de Jérusalem. Il rédige ses articles en hébreu, mais écrit ses livres en français. "La pensée", dit-il, "c’est le français". Passer quelques heures avec Jacques Schlanger à converser de philosophie, d’histoire, de peinture, d’écriture… lire la suite

Edito du 9 mai 2006

Gaston Chaissac au Musée de La Poste

En 2004, la Fondation La Poste apportait son soutien à la publication des Correspondances de Gaston Chaissac (Musée de l’Abbaye Sainte-Croix Les Sables d’olonnes). Aujourd’hui, Le Musée de La Poste propose une exposition qui met en scène la complicité et la singularité de l’oeuvre écrite et picturale de Chaissac, homme de lettres, pour qui peindre et écrire ne vont pas l’un sans l’autre… lire la suite

Edito du 24 mars 2006

Magritte tout en papier

Pour la première fois réunis et présentés, les affiches, collages, croquis, lettres et gouaches de Magritte sont à découvrir actuellement à la Fondation Dina Vierny-Musée Maillol. Une exposition inédite, réalisée par le Centre de Recherches René Magritte de l’Université Libre de Bruxelles, en coopération avec la Fondation Magritte. La rétrospective "tout en papier" témoigne du processus créateur de Magritte, de sa réflexion sur le statut de la représentation… lire la suite

Edito du 23 janvier 2006

Rencontre avec
Paul Nizon

Rencontre avec Paul Nizon en fin de matinée, à Montmartre. Non loin de son premier appartement parisien et de celui de Stolp, le narrateur de La Fourrure de la Truite, magnifique roman qu’il vient de publier chez Actes Sud en même temps que Les premières éditions des sentiments, le Journal de ses débuts. Paul Nizon vit à Paris depuis près de trente ans, né en Suisse, il écrit en allemand et parle en français avec un timbre de voix envoûtant… lire la suite

Edito du 8 décembre 2005

Gertrude Stein et Pablo Picasso

Picasso, pour qui l’écriture était le complément indissociable de la peinture - "On peut écrire une peinture en mots tout comme on peut peindre des sensations dans un poème" disait-il - , écrit à partir de 1935, des centaines de poèmes et des pièces de théâtre, "Le Désir attrapé par la queue" et "Les quatre Petites Filles". Son théâtre s’inscrit dans la mouvance du théâtre dada et surréaliste, et sa poésie, "cubiste", dont le rythme est insufflé par une parole "lierre" est marquée par la figure de répétition… lire la suite

Edito du 27 octobre 2005

Mémoires de la mer

Après Aventuriers du Monde - les grands explorateurs français au temps des premiers photographes, et Mémoires du monde - cinq siècles d’histoires inédites et secrètes au quai d’Orsay, les Éditions L’Iconoclaste viennent de publier Mémoires de la mer - cinq siècles de trésors et d’aventures, sous la direction scientifique de Marie-Pierre Demarcq et de Jean de Préneuf, et la direction éditoriale de Sophie de Sivry… lire la suite

Edito du 1er septembre 2005

Claude Debussy
Correspondance
générale

La Correspondance générale de Claude Debussy vient de paraître chez Gallimard. Cette publication est la première édition qui rassemble près de 3000 lettres du musicien et plus de 400 qui lui ont été adressées. Elle est le fruit d’une quête minutieuse, d’un long travail de recherche entrepris par François Lesure et poursuivi par Denis Herlin qui s’est associé au projet dès 1998… lire la suite

Edito du 2 juin 2005

Paul Verlaine Correspondance 1857-1885

Michael Pakenham, spécialiste de Paul Verlaine, vient de publier aux éditions Fayard, le premier volume (1857-1885) de la Correspondance générale du poète, assortie de notices historiques, d’articles et de comptes rendus inédits, de commentaires, d’index et de plus de 200 dessins réalisés par Verlaine, Ernest Delahaye et Germain Nouveau. Les lettres de Verlaine sont classées par année et celles adressées au poète insérées chronologiquement à leur place… lire la suite

Edito du 28 avril 2005

Mireille Havet - Journal

Depuis la découverte de ces milliers de pages, cahiers et feuillets épars miraculeusement préservés qui forment une extraordinaire autobiographie, Claire Paulhan, éditrice passionnée et attentive au moindre détail de l’écriture, se charge de leur publication… lire la suite

edito du 25 mars 2005

Jonathan Swift - Correspondance avec le Scriblerus

Publiée aux éditions Allia le mois dernier, traduite et présentée par David Bosc, cette Correspondance avec le Scriblerus club est remarquable. À la fois témoignage historique et enchantement de lecture, elle met en scène des écrivains de renom qui vont s’échanger des lettres pendant près de trente ans : Swift, au centre du cercle, s’entretient avec le poète Alexander Pope et l’auteur de l’Opéra du gueux, John Gay, auxquels se joignent John Arbuthnot et Bolingbroke, des hommes très influents en leur temps… lire la suite

Edito du 10 février 2005

Jean Dubuffet et Alexandre Vialatte

Jean Dubuffet, Alexandre Vialatte - Correspondance(s) 1947-1975, édité en décembre dernier par les Éditions Au Signe de la Licorne, révèle la connivence intellectuelle et esthétique entre le peintre et l’écrivain. Les expérimentations plastiques de Dubuffet qui nourrissent la prose de Vialatte, les échanges de lettres et de créations verbales, témoignent de leur amitié, de leur humour et du caractère fortement inventif de leurs productions respectives… lire la suite

Edito du 30 décembre 2004

Jean Tardieu

En cette fin d’année 2004, et jusqu’en janvier 2005, Jean Tardieu est à l’honneur au musée des Beaux-Arts de Caen où une importante exposition, "Lire la peinture, voir la poésie. Jean Tardieu et les arts", préparée par Frédérique Martin-Scherrer, lui est consacrée. Deux publications sont éditées par L’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, la correspondance entre Jean Tardieu et Jacques Heurgon, établie par Delphine Hautois, et le catalogue de l’exposition, essai de Frédérique Martin-Scherrer… lire la suite

Edito du 25 novembre 2004

François Bon

Pour sa 7ème édition, le prix Wepler-Fondation La Poste, caractérisé par un jury renouvelé annuellement et composé de journalistes, de libraires et de lecteurs (dont une détenue de longue peine) a été remis cette année à François Bon pour Daewoo, publié aux éditions Fayard, et la mention spéciale a récompensé Jean-louis Magnan… lire la suite

Edito d’octobre 2004

Lettres de résistances. Christophe Malavoy

Après Lettres de ruptures et Lettres d’aveux, Pocket et les Correspondances de Manosque publient cette année un troisième recueil de lettres inédites. Dix-sept auteurs, dont Christophe Malavoy, Brigitte Giraud, Chantal Thomas, Raymond Federman, se sont réunis pour livrer leur variation autour du thème de la résistance… lire la suite

Edito du 26 août 2004

Georges Bataille et Michel Leiris

Fictions et réflexions théoriques composent l’oeuvre de Georges Bataille. Nourrie de Nietzsche, Hegel et Sade, cette oeuvre aborde divers domaines tels que la philosophie, la politique, l’économie, l’histoire des religions, la mystique, l’anthropologie, la littérature et l’esthétique. Poète, ethnographe, critique d’art et essayiste, Michel Leiris s’est engagé dans une vaste entreprise autobiographique après avoir parcouru l’Afrique pendant deux ans en tant que "secrétaire-archiviste" de la mission Dakar-Djibouti… lire la suite

Edito du 11 mars 2004

Dominique A. Tout sera comme avant

Ainsi commence la préface du recueil "Tout sera comme avant" publié aux éditions verticales, auquel ont participé quinze auteurs français. Un livre qui fait écho au nouvel album de Dominique A., intitulé lui aussi "Tout sera comme avant", et dont les titres des chansons ont été offerts aux auteurs. De ces quelques mots, bribes de phrases… lire la suite

Edito du 16 octobre 2003

La boîte à mots

Une boîte de toutes les couleurs dans laquelle les enfants de Lille, Roubaix, Tourcoing ou Villeneuve d’Ascq peuvent glisser des lettres adressées à Tom ou à Betty, adultes bénévoles et anonymes qui leur répondent : la Boîte à Mots. Apportée tous les quinze jours dans les écoles, les centres sociaux, les hôpitaux ou les terrains d’accueil des gens du voyage, par des facteurs qui aident les enfants à écrire, cette "boîte aux lettres pas comme les autres" recueillent les mots et distribuent les réponses… lire la suite

Edito du 27 juin 2002

Pierre Louÿs, dossier secret

Pierre Louÿs, connu pour ses écrits érotiques, ses Chansons de Bilitis, pour La Femme et le Pantin qui a inspiré de nombreuses adaptations cinématographiques, est aussi l’auteur d’une Poëtique, d’un magnifique poème, Pervigilium Mortis, d’Oeuvres Complètes qui comptent treize volumes, (publiées en 1929-1931), et de nombreux textes qui sont encore inédits… lire la suite

Edito du 4 avril 2002

Victor Hugo, 1802-1885

A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Victor Hugo (1802-1885), de nombreuses manifestations culturelles célèbrent le poète. FloriLettres lui rend hommage et recommande sa correspondance avec Juliette Drouet publiée en deux volumes aux éditions Fayard, ainsi que l’exposition "Victor Hugo, l’homme océan"… lire la suite

Edition été 2016

Écrivains en guerre 14-18. Exposition à l’Historial de Péronne.

« Pas de pardon. Courage. Des galeries, on tire, grenades à main dedans. Hurlements. Par-dessus le remblai. En attrape un au collet. Haut les mains ! Par bonds, derrière le rouleau de feu. Estafette une balle dans la tête. Assaut au nid de mitrailleuses. Homme derrière moi tombe. » Ernst Jünger, Journaux de guerre, tome I : 1914-1918, Gallimard, coll. La Pléiade, 2008. Ernst Jünger a combattu en première ligne dans la bataille de la Somme (1er juillet - 18 novembre 1916). Entre les notes qu’il consignait dans ses carnets sur le vif et les livres écrits à partir de ces pages, « il y a toute la distance qui sépare l’action de la littérature ». En 1992, l’écrivain allemand, alors âgé de 97 ans, revenait sur les lieux participer à l’inauguration de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, un musée qui propose une histoire culturelle comparée (Allemagne, Grande-Bretagne, France) du premier conflit mondial. Du 28 juin au 16 novembre 2016, l’Historial présente, avec le soutien de la Fondation La Poste, une exposition Écrivains en guerre. 14-18. « Nous sommes des machines à oublier », conçue et réalisée par Laurence Campa, universitaire, spécialiste de poésie et littérature française du XXe siècle, et par Philippe Pigeard, poète, compositeur et performer… lire la suite

Editon avril 2016

Guillaume Apollinaire et Paul Guillaume. Correspondance.

Avant toute chose, nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne à la fin du mois de mai du nouveau site Internet de la Fondation La Poste. Graphisme renouvelé, ergonomie et arborescence revisitées. Le site a été repensé pour un accès rapide à l’ensemble des activités de la Fondation. Une entrée sera réservée à FloriLettres et tous les articles - près de deux mille - seront répertoriés selon les rubriques de la revue. Ces lettres, en grande partie inédites, forment la correspondance entre Guillaume Apollinaire et Paul Guillaume, jeune homme d’origine modeste qui deviendra au début du XXe siècle, avec l’aide du poète, un personnage clef de l’art moderne et un galeriste influent dont les restes de la collection sont conservés au Musée de l’Orangerie. La correspondance de ces deux fervents partisans de la modernité et des arts africains paraît ce mois-ci, enrichie de documents et de 54 illustrations, dans la belle collection « Art et Artistes » des éditions Gallimard ; publication soutenue par la Fondation La Poste. Peter Read, professeur d’art et de littérature à l’Université du Kent, à Canterbury en Angleterre, a établi et présenté cet ouvrage dont l’introduction est cosignée par Laurence Campa (Professeur des universités, spécialiste de poésie et littérature française du XXe siècle) avec qui il avait édité en 2009 la Correspondance avec les artistes de Guillaume Apollinaire (Gallimard)… lire la suite

Editon février 2016

André du Bouchet et Alain Veinstein - Entretiens 1979-2000.

Alain Veinstein est écrivain et poète. Il a reçu en 2001 le Prix Mallarmé pour Tout se passe comme si (Mercure de France), et le Prix de la langue française en 2010 pour l’ensemble de son œuvre. Son nouveau roman paru au Seuil en janvier dernier s’intitule Venise, aller simple. * Alain Veinstein a été la voix des nuits de France Culture, avec les émissions « Les Nuits magnétiques » (créée en 1978), « Poésie ininterrompue », « Surpris par la nuit » ou encore « Du jour au lendemain » dans laquelle il a interviewé chaque soir depuis 1985 et pendant vingt-neuf ans un écrivain. L’Atelier contemporain, maison d’édition dirigée par François-Marie Deyrolle, et L’Institut National de l’Audiovisuel publient aujourd’hui un recueil qui réunit une dizaine d’entretiens qu’il a réalisés entre 1979 et 2000 avec le poète André du Bouchet dont la découverte de ses œuvres et la rencontre ont été pour lui d’une grande intensité. « Je ne pouvais ni lire ni écrire sans penser à lui, tant ses écrits et ses jugements, souvent sans appel, étaient pour moi, l’évidence même » dit-il dans sa préface. L’écriture poétique d’André du Bouchet (1924-2001) accorde une place importante à la force motrice du blanc, à l’espacement qui sépare et relie. Sa poésie aère la parole afin que le langage ne se referme pas sur soi.… lire la suite

Edition décembre 2015

Hélène Hoppenot. Journal 1936-1940

En 2012, les éditions Claire Paulhan nous offraient à lire le premier volume du Journal de Hélène Hoppenot, épouse de l’ambassadeur Henri Hoppenot, tous deux proches des écrivains et artistes, amis chers d’Alexis Léger (Saint-John Perse), de Paul Claudel et de Darius Milhaud. Un Journal qu’elle a tenu toute sa vie (jusqu’aux années 1980), commencé en 1918 et comprenant près de huit mille pages dactylographiées. Alors que cette première édition couvrait quinze années pendant lesquelles les Hoppenot étaient en poste à Rio de Janeiro, à Téhéran, Santiago du Chili, Berlin, Beyrouth, Damas et Berne, le deuxième tome paru récemment porte sur une période plus courte, du 24 décembre 1936, peu avant leur départ pour la France après avoir passé en Chine « quatre années de bonheur », au 6 octobre 1940. De retour à Paris, la diariste écrit beaucoup, et particulièrement pendant les années de guerre. Elle qui a l’habitude de seconder son mari dans les nombreuses obligations diplomatiques dresse des portraits perspicaces parfois caustiques des différentes personnalités rencontrées, commente l’actualité et décrit avec intelligence, lucidité et humour le milieu de la politique et de la diplomatie… lire la suite

Edition octobre 2015

Le Prix « Envoyé par La Poste » - 1ère édition.

Le Prix littéraire « Envoyé par La Poste », récemment créé par Olivier Poivre d’Arvor, sous l’égide de la Fondation d’entreprise La Poste, récompense une première œuvre - un roman ou un récit écrit en langue française - adressée spontanément aux éditeurs par voie postale. L’auteur ne doit bénéficier d’aucune recommandation. Le lauréat reçoit 2 500 euros, son livre est conseillé aux 500 000 postiers actifs et retraités, et La Poste en commande 600 exemplaires à l’éditeur. Le 4 septembre dernier, cette nouvelle distinction qui s’inscrit dans une logique de soutien que la Fondation La Poste apporte à la création littéraire, a été remise au Centre National du Livre à Alexandre Seurat pour son ouvrage, La Maladroite, paru aux éditions du Rouergue dans la collection La Brune. Les six membres du jury ont sélectionné sept livres parmi les titres reçus, avant de se prononcer finalement sur ce récit inspiré d’une histoire vraie qui raconte l’itinéraire d’une enfant maltraitée et la « tragédie de l’impuissance  ». C’est notamment la sobriété formelle choisie par l’auteur pour traiter ce fait-divers, la justesse des mots et la tension qui saisit le lecteur… lire la suite

Edition été 2015

Philippe Annocque Mémoires revisités

« Que l’oeuvre "désobéisse" à son genre ne rend pas celui-ci inexistant ; on est tenté de dire au contraire. » écrit Tzvetan Todorov dans Les genres du discours (Seuil, coll. Poétique, 1978). Parce que la transgression a besoin d’une loi qui sera précisément transgressée. Mémoires des failles, le huitième livre de Philippe Annocque, paru aux éditions de l’Attente en mai dernier, est l’exemple même de la transformation du genre. Ce livre constitué de fragments écrits à des moments précis de l’existence appartient bien à la catégorie des mémoires, alors même qu’il altère et brise la norme. Son auteur a choisi de présenter ses textes sous la forme d’albums photos, de ne jamais employer (ou presque) le « je » de l’énonciation et de le remplacer par un pronom à caractère universel, un « on » témoin de son temps et de scènes souvent étranges qui pour la plupart n’ont pas été vécues mais imaginées. Des mémoires revisités dans lesquels l’écrivain raconte « avec la plus grande honnêteté possible ce qui s’est passé juste à la surface de la conscience. »… lire la suite

Edition avril 2015

Jane Austen, Lettres à ses nièces

Jane Austen (1775-1817) est selon Virginia Woolf, l’« un des auteurs les plus constamment satiriques » de son époque. Quatre romans ont été publiés de son vivant, deux autres à titre posthume. Tous ont fait l’objet d’adaptations cinématographiques et télévisuelles, à commencer par Orgueil et préjugés en 1940, réalisé par l’Américain Robert Zigler Leonard. Depuis la seconde moitié du XXème siècle, l’œuvre de Jane Austen, dont l’écriture fluide et audacieuse se caractérise par une ironie mordante, une modernité tant par la thématique que par la volonté de réalisme, a connu une extraordinaire popularité. La romancière anglaise est née dans le Hampshire. Fille d’un pasteur, elle a grandi dans une famille nombreuse, elle a six frères, et une sœur, Cassandra, de deux ans son aînée. Cassandra est aussi son amie la plus proche, sa confidente, avec qui elle a échangé des lettres quand, parfois, elles étaient loin l’une de l’autre. La correspondance nous est parvenue, mais incomplète, morcelée, détruite en partie par Cassandra elle-même, dans un souci de discrétion. Il existe très peu de documents, de témoignages qui permettent de mieux connaître la personnalité de Jane Austen, et qui pourraient enrichir l’histoire littéraire. Les Lettres à ses trois nièces préférées sont un corpus inédit en France, extrait de l’édition anglaise… lire la suite

Edition février 2015

Charles Gounod à Pauline Viardot. Lettres.

Auteur en 2012 d’un ouvrage en allemand sur le parcours artistique de Pauline Viardot en Angleterre et en Irlande, Melanie von Goldbeck enseigne la musicologie à Oxford. Elle a transcrit, présenté et annoté les Lettres de Charles Gounod à Pauline Viardot en collaboration avec Étienne Jardin, responsable scientifique des publications et des colloques du Palazzetto Bru Zane qui s’est associé avec Actes Sud pour coéditer une collection de livres consacrée au romantisme musical français. Cette correspondance à une seule voix, les lettres de Viardot à Gounod ayant presque toutes disparu, (seule quatre lettres nous sont parvenues) préfacée par Gérard Condé, inaugure cette collaboration. La cantatrice et le compositeur se sont écrit entre 1849 et 1893, l’année de la mort de Gounod, mais leur échange épistolaire a connu une interruption de sept ans à partir de 1852. Les lettres qui couvrent les trente dernières années de cet échange constituent une mince partie du volume. L’essentiel de la correspondance se concentre donc sur une courte durée et porte notamment sur la première œuvre lyrique de Charles Gounod, Sapho, créée Salle Le Pelletier le 16 avril 1851… lire la suite

Edition décembre 2014

André Gide et Francis Jammes. Correspondance

La correspondance entre André Gide et Francis Jammes s’étale sur plus de quarante ans (1893-1938), malgré une amitié qui repose sur un malentendu dès le départ : Jammes pense que Gide écrira toute sa vie des œuvres semblables à son premier recueil Les Cahiers d’André Walter (1891), ou des pièces de théâtre inspirées par la Bible. Une fissure se manifeste tout d’abord avec Les Nourritures terrestres, d’autres suivront jusqu’à la rupture. En 1948, du vivant de Gide, l’écrivain et universitaire Robert Mallet publiait chez Gallimard, une édition des lettres échangées entre les deux hommes. De 280 lettres parues à l’époque, comprenant des coupes et des erreurs de transcription, le corpus passe dans la nouvelle édition composée par Pierre Lachasse et Pierre Masson (professeur émérite à l’université de Nantes, il a dirigé les quatre derniers volumes des œuvres d’André Gide dans la Bibliothèque de la Pléiade) à 554, publiées dans leur intégralité et corrigées. Un premier tome de cette correspondance (1893-1899) - il y en aura deux - vient de paraître avec le soutien de la Fondation La Poste, dans la collection « Les Cahiers de la NRF »… lire la suite

Edition octobre 2014

Secrets d’État. Les grands dossiers du ministère de l’Intérieur

Secrets d’État. Les grands dossiers du ministère de l’Intérieur, 1870-1945 est le nouvel ouvrage de la collection « Mémoires » des éditions de l’Iconoclaste. Bruno Fuligni, écrivain, historien, et haut fonctionnaire, qui avait dirigé chez le même éditeur, Dans les secrets de la police et Dans les archives inédites des services secrets, signe aujourd’hui ce livre qui, à l’instar des précédents, est d’une grande richesse documentaire. Chaque affaire (assassinats, complots, scandales politico-financiers, affaires de mœurs...) est analysée par l’auteur et agrémentée de photographies, fac-similés de croquis et objets, fiches de renseignements, rapports de filatures, lettres et télégrammes... Ces pièces qui arrivaient sur le bureau du ministre de l’Intérieur au moment des faits proviennent du « Fonds panthéon », un ensemble de dossiers confidentiels parmi les plus sensibles de l’époque - de la Commune à la France libre - classés dans un coffre qui était lui-même conservé dans une pièce de la direction de la Sûreté générale (actuelle direction centrale de la Police nationale)… lire la suite

Edition spéciale août 2014

Chroniques littéraires de Corinne Amar, Élisabeth Miso et Gaëlle Obiégly

Ce mois-ci, FloriLettres publie une édition spéciale composée essentiellement des chroniques littéraires de Corinne Amar, Elisabeth Miso et Gaëlle Obiégly et d’un agenda des événements culturels soutenus, pour la plupart, par la Fondation La Poste. Plusieurs manifestations commémorent le centenaire de la Première Guerre mondiale par le biais de lectures de lettres du front, de réflexions autour de la place de la correspondance au sein du conflit, d’un film réalisé à partir de lettres et photographies échangées, au quotidien, par une famille française, ou d’un travail d’écriture qui confronte les lettres de poilus et les lettres contemporaines, et qui met en parallèle notre société et celle de 1914. Parmi les ouvrages publiés à l’occasion de cette commémoration, la Fondation a apporté son soutien à l’édition d’un livre intitulé Alphonse et Marguerite, un amour épistolaire dans la tourmente de la Grande Guerre.… lire la suite

édition mai 2014

Marguerite Duras - Le centenaire

À l’occasion du centenaire de sa naissance de nombreuses manifestations sont organisées - expositions, projections de ses films, rencontres, conférences - et notamment un colloque international à Cerisy-la-Salle, du 16 au 23 août. Paraissent également des publications ou rééditions, parmi lesquelles, ce mois-ci, les deux derniers volumes de ses Œuvres complètes dans la Pléiade accompagnés d’un Album Marguerite Duras, ainsi que Le Livre dit - Entretiens de Duras filme (Gallimard), une édition établie, présentée et annotée par Joëlle Pagès-Pindon. Les entretiens réunis dans cet ouvrage sont un témoignage de la genèse du film Agatha et les lectures illimitées, une adaptation de son texte Agatha, paru chez Minuit au moment du tournage, en 1981… lire la suite

Edition mars 2014

Jean Dubuffet - Valère Novarina, Correspondance 1978-1985

C’est une très belle correspondance qui paraîtra le 24 mars prochain aux éditions L’Atelier contemporain dirigées par François-Marie Deyrolle. Des lettres chaleureuses, enthousiastes, des cartes postales, des pneumatiques - des mots soufflés dans des tuyaux qui parcouraient tout Paris - échangés entre 1978 et 1985 par Jean Dubuffet et Valère Novarina. Le recueil est préfacé par Pierre Vilar et enrichi de nombreux documents - photographies, dessins, peintures, autographes - tous inédits. Intitulé Personne n’est à l’intérieur de rien, il est augmenté de textes de Novarina, de son interview réalisée pour la revue italienne Flash Art en 1982 avec Dubuffet, et de la préface écrite par celui-ci pour le Drame de la vie dont l’auteur, qui n’était pas encore l’un des dramaturges les plus représentés en France, avait grand-peine à faire publier. Une pièce - qui touchera beaucoup le théoricien de l’Art brut, peintre, sculpteur et fervent partisan d’une expression originale - où 2587 personnages… lire la suite

Edition décembre 2013

Winston et Clementine Churchill. Correspondance 1908-1964

« Churchill était belliqueux, mais pas belliciste. Avant une guerre, il faisait tout pour l’éviter. Mais une fois la guerre déclarée, il faisait tout pour la gagner » commente François Kersaudy, historien, spécialiste de l’œuvre de Winston Churchill, qui a notamment retraduit ses Mémoires de Guerre, écrit sa biographie (Tallandier), et présenté sa correspondance entretenue avec son épouse de 1908 à 1964. Sélectionnées et réunies sous le titre Conversations intimes, les lettres sont publiées en un volume chez Tallandier (avec le soutien de la Fondation La Poste), annotées et introduites par Lady Mary Soames-Churchill, leur fille : « Je suis convaincue que les lettres qui sont présentées ici donnent de mes parents un portrait exact de ce qu’ils ont été. » L’ouvrage est passionnant. Il aborde des aspects très personnels et des questions de politique nationale et internationale… lire la suite

Edition octobre 2013

Guy de Maupassant - Émile Zola. Correspondance

Thierry Gillybœuf est écrivain et traducteur de nombreux auteurs anglais, américains et italiens. Plusieurs ouvrages collectifs ont paru sous sa responsabilité, notamment autour de Remy de Gourmont (Cahiers de l’Herne), Georges Perros (La Termitière), et E. E. Cummings (Plein Chant). Il a également publié des ouvrages critiques dont un consacré au poète et philosophe américain Henry David Thoreau, Le célibataire de la nature (Fayard, 2012). Aux éditions La Part Commune, Thierry Gillybœuf a établi et annoté la Correspondance entre Guy de Maupassant et Émile Zola parue avec le soutien de la Fondation La Poste, ce mois-ci. Les lettres, restées inédites jusqu’à ce jour, s’échelonnent de 1875 à 1890. Celles de Zola sont moins abondantes. L’annotation et les articles des deux écrivains qui accompagnent l’échange épistolaire permettent de compenser les réponses manquantes et de préserver la fluidité de la lecture. La Correspondance s’ouvre avec une lettre de Guy de Maupassant datée d’avril 1875, époque où il rencontre chez Gustave Flaubert de nombreuses personnalités dont le chef du naturalisme (de dix ans son aîné)… lire la suite

édition été 2013

Chaissac, Paulhan, Dubuffet. Correspondances

« Monsieur, Votre conte m’a paru très fin et très beau. Mais comment juger un conte ? Je serais heureux de lire d’autres pages de vous. À vous avec les meilleurs sentiments de Jean Paulhan J’aime bien vos tableaux » (Éditions Claire Paulhan, p.23, mai 2013) En janvier 1944, Jean Paulhan qui prendra au sérieux l’œuvre écrite et picturale de Gaston Chaissac et sera son principal éditeur, lui envoie cette première lettre. Elle marque le début d’une correspondance entretenue pendant près de 20 ans que Claire Paulhan, petite-fille de Jean, vient de faire paraître (mai 2013). Le volume contient 125 lettres de Chaissac et 10 de son grand-père (seules ces 10 lettres ont été retrouvées). Même si le corpus est incomplet, l’édition annotée et présentée par Dominique Brunet et Josette Rasle est une petite merveille, tant par son contenu - comme l’écrit Jean Paulhan, les lettres de Chaissac sont « enchantantes » - que par sa mise en page, son beau papier, sa couverture brune et argent, ses illustrations et fac-similés. Le 22 août prochain, Gallimard publiera une autre correspondance de Chaissac, celle qu’il a échangée avec Jean Dubuffet, fondateur et théoricien de l’Art Brut, rencontré par lettre en 1946 grâce à Jean Paulhan. Entre les deux hommes, une relation épistolaire affectueuse, complice et savoureuse s’installe rapidement. Elle s’étale sur dix-huit ans et s’achève quelques semaines avant la mort de Chaissac, le 7 novembre 1964… lire la suite

Edition avril 2013

Diaghilev, Lettres, écrits et entretiens

Il a voulu conquérir le monde avec un art non pas routinier et officiel, mais vivant et authentique. Il a bouleversé la sensibilité artistique du début du XXe siècle en invitant les peintres à créer les décors et les costumes de ses productions, en faisant appel aux compositeurs et aux chorégraphes les plus novateurs de son temps. À la recherche d’une union de la musique, de la peinture et de la danse, Serge Diaghilev (1872- 1929) a exercé son influence dans tous les domaines artistiques. Avant de diriger les Ballets russes, la première compagnie de danse contemporaine du monde, ce « mécène sans argent » était un critique d’art, parfois d’une extrême virulence, a fondé le journal Mir Iskousstva (Le Monde des arts) et a organisé en Europe d’importantes expositions de peinture avec une conception très moderne et exigeante de la présentation des œuvres. Aujourd’hui paraît en France chez Vrin, Serge Diaghilev, l’art, la musique et la danse sous la direction de Jean-Michel Nectoux… lire la suite

Edition février 2012

François Mauriac, Correspondance intime. Prix Sévigné 2012

Le Prix Sévigné, créé par Anne de Lacretelle en 1996, est soutenu par la Fondation La Poste depuis plusieurs années. Il couronne la publication d’une correspondance inédite, ou augmentée d’inédits, enrichie d’un appareil critique. Le 5 février dernier, au Siège du Groupe La Poste, il a été décerné à Caroline Mauriac pour son ouvrage François Mauriac, Correspondance intime, paru en septembre 2012 aux éditions Robert Laffont dans la collection « Bouquins ». Au cours de l’événement qui s’est déroulé en présence du président du Groupe La Poste - Jean-Paul Bailly -, des membres du jury (que l’écrivain et diplomate Daniel Rondeau a récemment rejoints) et de nombreuses personnalités du monde littéraire, Jean-Luc Barré, biographe de l’auteur de Thérèse Desqueyroux et directeur de la collection « Bouquins » a rendu hommage au travail considérable mené par Caroline Mauriac pour réunir et présenter les lettres de son beau-père publiées dans ce volume. Jean Mauriac et ses deux enfants, Isabelle et Laurent Mauriac ont reçu le Prix au nom de leur épouse et mère disparue en 2011… lire la suite

Edition décembre 2012

Max Jacob, Œuvres et lettres inédites

Ami de Guillaume Apollinaire et de Pablo Picasso, né à Quimper, mort à Drancy, juif converti au catholicisme, homme de foi, peintre, écrivain, « qui manie à la perfection l’humour et la plainte », pédagogue, épistolier, Max Jacob (1876-1944) a participé à l’effervescence des avant-gardes picturales et littéraires parisiennes. Ses œuvres majeures - poèmes, récits, romans, contes, nouvelles, pièces de théâtre, essais - sont réunies pour la première fois (depuis cet automne) en un volume chez Gallimard, dans la collection Quarto. Cet ouvrage qui dévoile l’envergure du projet esthétique et spirituel du poète est le fruit du remarquable travail éditorial mené par Antonio Rodriguez, spécialiste de poésie moderne et de Max Jacob. Le volume offre notamment une présentation de chaque œuvre, une riche iconographie, une préface de Guy Goffette et une chronologie illustrée par Patricia Sustrac et Antonio Rodriguez… lire la suite

Edition octobre 2012

Alain et Catherine Robbe-Grillet. Correspondance

Alain et Catherine Robbe-Grillet se sont écrit pendant près de quarante ans, depuis leur rencontre en 1951 lors d’un voyage pour étudiants à Istanbul, jusqu’en 1990 date à laquelle l’échange épistolaire s’est raréfié puis interrompu. Ils se sont mariés, en 1957, ont souvent vécu séparés, n’ont cessé de s’aimer et d’être des « célibataires complices ». Catherine Robbe-Grillet publie aujourd’hui deux livres qui paraissent en même temps aux éditions Fayard. Le premier, Alain, est un portrait, une évocation dont les multiples entrées suivent « la liste des objets du quotidien » en partant de la lettre « A » (comme Agendas) à « Z ». Le deuxième (édité avec le soutien de la Fondation La Poste) est la correspondance qu’elle a entretenue avec son mari… lire la suite

Edition été 2012

Émile Bernard, Les Lettres d’un artiste

Pilier de l’avant-garde parisienne post-impressionniste à vingt ans, qui initie le symbolisme synthétique et influence Gauguin, ami de Van Gogh, Denis, Anquetin, Redon et Huysmans, Émile Bernard (1868-1941) défendra une esthétique réactionnaire, contre « l’artiste moderne qui tourne le dos aux leçons de la tradition », à partir de 1896. Parti s’installer en Égypte trois ans plus tôt, il y vivra jusqu’en 1904. Lors de ses voyages en Espagne et en Italie, il étudie la technique des maîtres de la Renaissance dont les chefs-d’œuvre sont pour lui une source d’inspiration. À son retour en France, Bernard poursuit « son combat d’arrière-garde  » aux côtés d’un certain nombre d’artistes et d’intellectuels qui partagent ses vues et ses croyances chrétiennes… lire la suite

Avril 2012

Henry Miller, Lettres à Frédéric Jacques Temple

À la suite d’une note de lecture concernant Printemps noir (Black Spring) d’Henry Miller, roman édité chez Gallimard en 1946, Frédéric Jacques Temple entame une correspondance régulière avec l’écrivain américain. En 1953, il le rencontre à Montpellier chez le poète Joseph Delteil. Il publie une biographie critique d’Henry Miller en 1965 et traduit ensuite son essai sur Rimbaud, Le Temps des assassins, ainsi que les Lettres à Emil (Emil Schnellock, compagnon d’enfance de Brooklyn). Les lettres que Miller a adressées à Frédéric Jacques Temple entre 1948 et 1980 paraissent aujourd’hui aux éditions Finitude, annotées par Thierry Boizet et traduites par Temple. « En relisant ces lettres qui dormaient depuis plus de trente ans, j’ai eu la surprise de réentendre une voix familière, grave, lente et souvent murmurante, comme si Henry Miller était là. » Frédéric Jacques Temple, dont l’œuvre comprend des poèmes (recueillis dans une Anthologie personnelle), des romans, des récits et des essais, a renoncé à publier ses réponses pour ne faire entendre que la voix de son ami… lire la suite

Edito février 2012

Jacques Chessex - Jérôme Garcin, Correspondance 1975-2009

Fraternité secrète réunit les lettres que Jacques Chessex et Jérôme Garcin n’ont cessé de s’échanger pendant trente-cinq ans jusqu’à la mort brutale en 2009 de l’écrivain suisse né à Payerne 75 ans plus tôt. Poète, romancier, nouvelliste, essayiste et peintre, Jacques Chessex reçoit le prix Goncourt en 1973 pour son roman L’Ogre, peu après le scandale suscité en Suisse par Carabas (Grasset, 1971), son premier grand récit autobiographique. La lettre que Jérôme Garcin, étudiant au Lycée Henri IV, lui envoie le 30 avril 1975, ne parle ni du Goncourt, ni de son récit « tonitruant » mais d’un court recueil de poèmes découvert par hasard dans la bibliothèque de son père Philippe Garcin, intitulé Le Jour proche, que Jacques Chessex âgé d’à peine vingt ans avait publié à compte d’auteur en 1954… lire la suite

edito décembre 2011

Revue de L’A.I.R.E - Artistes en correspondances

La revue de L’A.I.R.E. (Association Interdisciplinaire de Recherches sur l’Épistolaire) dirigée par Geneviève Haroche-Bouzinac offre dans ce trente-septième numéro un dossier intitulé « Artistes en correspondances ». Il rassemble les différentes interventions qui ont eu lieu en octobre 2010 à l’occasion d’une rencontre internationale organisée au Musée des Beaux-arts de la ville d’Orléans. Les actes du colloque, édités avec le soutien de la Fondation La Poste, questionnent à travers les correspondances des artistes plusieurs aspects du rapport à la création. Les lettres accompagnent la production, révèlent la fonction particulière de l’énonciation dans la genèse des œuvres, expriment doutes, difficultés et satisfactions, donnent forme au « désir d’idéalité » de l’épistolier qu’il soit peintre, architecte, graveur, sculpteur ou musicien… lire la suite

édito octobre 2011

Annie Ernaux

Depuis son premier livre, Les Armoires vides, publié en 1974, Annie Ernaux ne cesse de questionner l’écriture, la forme à donner à chacun de ses textes dont l’objet n’est pas « l’invention d’un récit » mais la saisie d’une réalité singulière et collective. À partir de 1982, elle a pris l’habitude de dater et de noter sur des feuilles éparses ses recherches et réflexions qui précèdent la rédaction de ses ouvrages. Pour les éditions des Busclats et grâce à Marie-Claude Char et à Michèle Gazier qui lui ont proposé d’écrire en marge de son œuvre, elle s’est risquée à la mise au jour de ce document de travail qui n’avait pas vocation à être montré. « C’est un journal de peine, de perpétuelle irrésolution entre des projets, entre des désirs ». En même temps que ce « journal d’écriture » paru sous le titre L’atelier noir, sort chez Gallimard dans la collection Quarto, Écrire la vie qui rassemble en un volume la majeure partie de ses livres… lire la suite

édito été 2011

Centenaire Jean-Louis Barrault Spectacle Artaud-Barrault

Disparu en 1994, Jean-Louis Barrault aurait eu 100 ans en septembre 2010. La Cinémathèque et les théâtres parisiens, à l’initiative de Jeannine Roze, lui rendent hommage depuis cet automne à travers de nombreux événements, spectacles, lectures et conférences, expositions, concerts, projections et publications. Le « Centenaire Jean-Louis Barrault » présidé par Pierre Bergé et coordonné par Marie-Françoise George se termine cet été 2011, à Paris et en Avignon. Au Pavillon de l’Arsenal, une exposition invite à « suivre Jean-Louis Barrault dans son périple parisien » jusqu’au 28 août et une pièce, « Artaud-Barraud », conçue et mise en scène par Denis Guénoun, interprété par le comédien Stanislas Roquette, est jouée les 29 et 30 juin, et le 1er juillet… lire la suite

Edito avril 2011

E.M. Cioran & Armel Guerne - Lettres 1961-1978

Armel Guerne et Emil Cioran auraient eu cent ans les 1er et 8 avril 2011. Le premier est un poète suisse de langue française, auteur notamment de "Mythologie de l’homme", "La nuit veille", "L’Âme insurgée" et un traducteur polyglotte : de l’allemand, de l’anglais, du tchèque, du chinois, du japonais, de l’arabe, du grec et du latin liturgique ; le second est Roumain, écrivain, philosophe connu pour son pessimisme, son cynisme et ses contradictions. Il a composé son œuvre en roumain, puis en français après son exil à Paris en 1941. "Précis de décomposition" est son premier livre écrit en langue française (1949). Les deux hommes entament une correspondance en 1955, ils se sont liés d’amitié quelques années plus tôt… lire la suite

Edito février 2011

Jules Stockhausen, Lettres 1844-1864

Historienne de la musique en Alsace, Geneviève Honegger rend hommage à un célèbre baryton allemand, Jules Stockhausen - oublié de nos jours -, en publiant aux éditions Symétrie, "Itinéraire d’un chanteur à travers vingt années de correspondance, 1844-1864". Soliste et pédagogue, Jules Stockhausen forma bon nombre de grands interprètes, se consacra au lied et à l’oratorio, parcouru l’Europe et connut Jenny Lind et Pauline Viardot, Charles Gounod, Camille Saint-Saëns, Franz Liszt, Joseph Joachim et Anton Rubinstein. Il fut l’ami proche de Clara Schumann et de Johannes Brahms avec lesquels il donna de nombreux concerts… lire la suite

Edito décembre 2010

Les Services secrets Archives inédites 1870-1989

Illustré de multiples documents : matériel d’espionnage, faux papiers, fiches de renseignement, dossiers biographiques, correspondances... ce bel ouvrage, Dans les Archives inédites des services secrets, publié aux éditions L’Iconoclaste et réalisé sous la direction scientifique de Bruno Fuligni et la direction éditoriale de Jean-Baptiste Bourrat, fait partie de la collection « Mémoires » lancée il y a 10 ans, par Sophie de Sivry. Deux années de travail et des dérogations exceptionnelles sur les affaires contemporaines ont été nécessaires pour rassembler et sélectionner plus de 800 pièces qui donnent aux événements un nouvel éclairage historique… lire la suite

Edito septembre 2010

René Char
Nicolas de Staël, Correspondance 1951-1954

En février 1951, par l’intermédiaire de Georges Duthuit, René Char et Nicolas de Staël se rencontrent. Une relation profonde et fraternelle s’instaure, le poète passe des après-midi entières à l’atelier, attentif aux tableaux en cours. De leur amitié naît le projet d’un livre commun, Poèmes, conçu comme un dialogue entre « deux voix indépendantes  ». Le peintre s’est mis au travail avec ardeur, dès l’été, et pour la première fois, expérimente la gravure sur bois, recherchant le contraste du noir et du blanc. René Char a choisi treize poèmes en prose issus de son recueil Le Poème pulvérisé (1948). Staël va s’occuper entièrement de la composition du livre dont il raconte les différentes étapes en écrivant à son ami qui vit dans le Vaucluse à l’Isle-sur-la-Sorgue et attend la sortie du livre. L’ouvrage voit le jour en décembre de la même année avec quatorze bois gravés et une lithographie… lire la suite

édito mai 2010

Aragon et l’art moderne

L’exposition « Aragon et l’art moderne » présentée aujourd’hui au Musée de La Poste (jusqu’au 19 septembre 2010), constitue une première manifestation consacrée au poète qui fut l’un des fondateurs du surréalisme avec André Breton et Philippe Soupault. Pour réaliser un tel projet, Josette Rasle, commissaire de l’exposition, a imaginé un parcours simple [des années 1920 à "La Peinture au défi" (1930), les réalismes socialistes français et soviétique de 1930 à 1952, les anciens amis et la découvertes de nouveaux artistes de 1953 à sa mort], articulé autour de trois grandes périodes, permettant d’appréhender dans son ampleur le dialogue continu que l’écrivain a entretenu tout au long de sa vie avec les artistes majeurs du XXe siècle… lire la suite

Edito mars 2010

Alberto Moravia par René de Ceccatty

« Un livre ne s’achève pas à la dernière page pour un écrivain : il reste à l’homme à premier r vivre ce qu’il a pressenti » écrit René de Ceccatty à propos du lien entre la vie privée et l’œuvre d’Alberto Moravia (1907-1990), né et mort à Rome, ami de Pier Paolo Pasolini, voyageur et grand reporter, passionné de cinéma, ayant bénéficié d’une renommée internationale dès sonoman, "Les Indifférents". René de Ceccaty est écrivain, auteur notamment de "La Sentinelle du rêve" où Violette Leduc et Pasolini sont les modèles des personnages du livre. Il a bien connu Moravia dans les années 80 et a traduit tous ses derniers ouvrages. Il lui a consacré une remarquable biographie littéraire parue en janvier 2010 chez Flammarion vingt ans après sa disparition… lire la suite

Edito janvier 2010

Silvia Baron Supervielle Correspondance et Journal

« Chère Madame, J’ai beaucoup aimé vos traductions de « Recoins du coeur ». Je lis l’espagnol, et aime l’entendre parler, et surtout chanter (l’une des plus belles langues du chant) (...). » écrit Marguerite Yourcenar à Silvia Baron Supervielle le 15 juin 1980, de Petite Plaisance, son lieu de résidence situé à l’extrême nord-est des États-Unis. Ainsi commence la Correspondance entre l’écrivain « au sommet de sa gloire  », dont l’élection au sein de l’Académie française a eu lieu en mars de la même année, et une jeune traductrice et poète née en Argentine, installée en France depuis 1961… lire la suite

édito novembre 2009

André Breton - Lettres à Aube

Les Lettres d’André Breton à sa fille unique, Aube, présentées par Jean-Michel Goutier - poète et ami de Breton, passionné par son oeuvre - ouvrent une fenêtre sur la vie privée de l’auteur de Nadja, chef de file du surréalisme. La mobilisation et la guerre, les voyages, les changements de lieux, autant de séparations qui ont suscité ces soixante et une lettres et trente-trois cartes postales jusqu’alors inédites. De ses premières missives datées de 1939, dans lesquelles il insère dessins et collages, aux dernières, en 1966, Breton n’a de cesse de manifester sa tendresse, ses espoirs, son amour fou pour sa «  chère petite fée Aube ». L’écrivain, poète et « découvreur de routes nouvelles » parle de son « merveilleux quotidien », de ses rencontres et de ses amitiés, des activités… lire la suite

édito septembre 2009

Les ateliers de La Colline
Leurs mots à dire

« Un atelier d’écriture crée une atmosphère. Un curieux mélange. Un état d’urgence, une ambiance de remise en question, de prise de risque, de désir de se mettre en danger, en même temps qu’il rassure ». Jacques Serena, "Qu’est ce qui me prend ?" Depuis 1994, Jacques Serena, auteur dramatique et romancier, anime des ateliers d’écriture à l’université, au lycée, en maison d’arrêt, travaille avec des jeunes en difficulté, des chômeurs, des détenus, avec des personnes qui souhaitent se confronter à la parole des autres... Alain Françon, directeur du Théâtre National de la Colline, a fait appel à lui pour encadrer les séances du samedi matin où des femmes et des hommes d’origines et d’horizons divers, issus pour la plupart de différentes associations de l’Est Parisien, se sont réunis pour écrire ce qu’ils avaient à dire… lire la suite

édito mai 2009

Rainer Maria Rilke Colloque de Cerisy, août 2009

Chaque année, le Centre Culturel International de Cerisy-La-Salle dirigé par Edith Heurgon, organise une vingtaine de colloques de mai à octobre où littérature et poésie, philosophie et sciences se mêlent à la réflexion politique et sociale. De ces rencontres naissent des idées, s’échafaudent des projets, et de nouveaux thèmes sont proposés pour les années à venir. C’est précisément dans l’effervescence du colloque sur Camille Claudel en juillet 2006 qu’est née, à l’initiative de Silke Schauder, l’idée de travailler sur Rainer Maria Rilke. Ainsi, du 13 au 20 août prochain, le colloque, « Rainer Maria Rilke. De la vie à l’oeuvre, regards croisés », que Silke Schauder et Michel Itty codirigent, réunira des personnalités, chercheurs, psychanalystes, artistes et écrivains, pour interroger l’œuvre protéiforme du poète, épistolier et traducteur… lire la suite

édito mars 2009

Auguste Perret et Marie Dormoy

Dans le cadre de ses travaux de recherches doctorales qui ont porté sur l’oeuvre d’Auguste Perret, Ana bela de Araujo, architecte historienne, découvre l’existence d’une correspondance entre la figure éminente de l’architecture française de la première moitié du XXe siècle et la critique d’art Marie Dormoy. Séduite par la richesse de ce fonds d’autographes, près d’un millier de lettres, Ana bela de Araujo décide d’offrir aux lecteurs, chercheurs ou simples amateurs, une édition annotée, précise qui enrichit la biographie d’Auguste Perret, éclaire sa pensée et sa personnalité. Ces lettres ainsi réunies qui peuvent se lire comme un roman esquissent également le portrait d’une femme libre, cultivée, amoureuse, fascinée par l’homme dont elle n’a cessé de défendre l’oeuvre architecturale pour en assurer la postérité… lire la suite

édito janvier 2009

Van Gogh et Gauguin Adaptation théâtrale de la correspondance

En mai 1888, Van Gogh s’installe à Arles dans la « maison jaune » et tente avec son frère Théo, marchand d’art, de faire venir Gauguin qui est dans la misère en Bretagne. Pendant les six mois qui séparent l’invitation de la réalisation du projet, les deux peintres et Théo Van Gogh s’échangent des lettres. D’Arles, Vincent réclame à ses amis de Pont-Aven, Charles Laval, Emile Bernard, Paul Gauguin, leurs portraits ; il en reçoit trois peints par eux-mêmes dont celui de Gauguin dédicacé « à l’ami Vincent » avec, en arrière-plan, l’image simplifiée d’Emile Bernard de profil. La pièce de Pierre Tré-Hardy, "Vincent, Paul et Théo... Le rendez-vous des génies", construite à partir de lettres choisies, met en scène l’attente de Van Gogh, rêvant de créer avec son ami un « Atelier du Midi », l’arrivée de Gauguin à Arles, leurs conversations sur l’art… lire la suite

édito novembre 2008

Maurice Raynal, la bande à Picasso

« Pour ma génération, Maurice Raynal a été, encore mieux que Christian Zervos ou Jean Cassou, un guide pour “entrer en Picasso”. Il était le seul qui l’ait connu dès sa période rose en 1905 et qui ait su partager ses aspirations, ses ruptures à venir comme sa grande toile Les Demoiselles d’Avignon. » écrit Pierre Daix, en préambule au livre de David Raynal Maurice Raynal, La Bande à Picasso. Critique d’art, écrivain et mécène, Maurice Raynal (1884-1954) rencontra au début du XXème siècle, à Paris, peintres, sculpteurs et poètes qui allaient bouleverser toutes les règles de l’art préétabli… lire la suite

édito septembre 2008

Emil Nolde, rétrospective et correspondance

Pour la première fois en France, expositions et publications rendent hommage au peintre allemand Emil Nolde. Le musée de l’Abbaye de Sainte Croix a accueilli tout l’été les aquarelles de l’artiste réalisées entre 1941 et 1945. Une rétrospective au Grand Palais, organisée par la Réunion des musées nationaux et le Musée Fabre de Montpellier présentera à partir du 25 septembre prochain quatre-vingt-dix peintures et soixante-dix aquarelles, gravures et dessins, provenant du monde entier, et reproduites dans un catalogue raisonné. Enfin, un florilège de lettres traduit en français, publié avec l’aide de la Fondation La Poste, paraîtra aux éditions Actes Sud… lire la suite

édition mai 2008

Nelly Kaplan, Correspondance avec Abel Gance

« Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis que ces lettres m’ont été envoyées par Abel Gance. De mes réponses, introuvables dans leur quasi-totalité (détruites sans doute par des mains quelque peu malveillantes), j’ai pu en récupérer une vingtaine, plus celles que j’ai lues et recopiées dans les archives de la Bibliothèque nationale, qui m’étaient destinées mais jamais envoyées... » écrit l’écrivain et cinéaste Nelly Kaplan en préambule des lettres échangées avec le grand réalisateur Abel Gance, réunies sous le titre Mon Cygne, mon Signe..., publiées en même temps qu’un roman, Et Pandore en avait deux !, aux éditions du Rocher. Un livre à deux visages, deux couvertures, où l’épistolaire et la fiction se font écho… lire la suite

édito mars 2008

Anton Tchekhov

« Les biographies finissent toujours mal » écrit Virgil Tanase, pour intituler le dernier chapitre de son livre consacré à Tchekhov (Éditions Gallimard, février 2008). Oui, et même si la mort prématurée du grand écrivain russe n’est pas une surprise, il n’en reste pas moins qu’une forte émotion vous envahit. Car Virgil Tanase, romancier et dramaturge qui, pour préparer sa biographie a lu les correspondances, les souvenirs d’amis de Tchekhov et des livres inédits en France, sait faire vivre les personnages et les lieux, de Taganrog, la petite ville portuaire de la mer d’Azov où Tchekhov est né en 1860, à Badenweiler, la ville de cure allemande où il est mort, en 1904… lire la suite

Edito janvier 2008

Gustave Flaubert
Correspondance

Le tome V de la Correspondance de Flaubert qui couvre les quatre dernières années de sa vie, de janvier 1876 à mai 1880, vient d’être publié dans la Bibliothèque de La Pléiade. Ce volume qui rassemble notamment des lettres à George Sand, à Maupassant, à Victor Hugo, à la Princesse Mathilde, à Emile Zola, à Yvan Tourgueniev, à sa nièce Caroline, des lettres retrouvées et des extraits du Journal d’Edmond de Goncourt, a été établi et annoté par Yvan Leclerc, directeur du Centre Flaubert de l’Université de Rouen, poursuivant ainsi le travail de Jean Bruneau - mort en juin 2003 - qui s’est consacré, pendant plus de trente ans, à la publication de la Correspondance… lire la suite

Edito novembre 2007

Arthur Rimbaud
Correspondance

La nouvelle édition de la Correspondance de Rimbaud, publiée aux Editions Fayard, - fruit d’un travail de recherche méthodique et d’une quête minutieuse - contribue à enrichir l’histoire littéraire. Son auteur, Jean-Jacques Lefrère, a vérifié chaque lettre des éditions précédentes, confrontant le texte au manuscrit autographe, traqué la falsification, la censure et les « améliorations » stylistiques, retrouvé des passages inédits, classé par ordre chronologique les lettres du poète en les associant à d’autres documents, épistolaires ou non, témoins de l’aventure humaine et poétique de Rimbaud. Il a introduit et annoté cette correspondance, avec une rigueur scientifique et un brin d’humour… lire la suite

Edito septembre 2007

Violette Leduc
Correspondance

Carlo Jansiti, auteur de nombreuses études consacrées à Violette Leduc et d’une biographie parue chez Grasset en 1999, a créé le fonds Violette Leduc à l’IMEC et publié récemment aux éditions Gallimard un choix de lettres sous le titre "Violette Leduc - Correspondance 1945-1972". La plupart de ces lettres sont adressées à Jacques Guérin, industriel collectionneur d’œuvres d’art et de manuscrits, ainsi qu’à Simone de Beauvoir dont la fidèle amitié et l’admiration pour son talent n’ont cessé d’être un encouragement… lire la suite

Edito avril / mai 2007

Le livre, le journal, la lettre

Constituée d’une vingtaine d’articles, la revue Médium 10 est articulée autour d’une même problématique qui porte sur l’avenir des trois médias de papier - le livre, le journal, la lettre - dans un monde de communications électroniques en constante mutation. Les experts, chercheurs et médiologues soulignant les faiblesses et les atouts de ces médias produits et distribués industriellement, s’interrogent sur leur évolution en termes économiques, sociétaux et culturels… lire la suite

Edito du 28 février 2007

Blaise Cendrars

Les Éditions Denoël ont fait paraître récemment, avec les trois derniers volumes de la première édition critique des OEuvres complètes de Blaise Cendrars, dirigée par Claude Leroy et publiée dans la collection "Tout autour d’aujourd’hui", une version augmentée de l’essai biographique de Miriam Cendrars sur son père, La Vie, le Verbe, l’Ecriture… lire la suite

Edito du 19 décembre 2006

Pierre Jean Jouve

De 1925 à 1961, Pierre Jean Jouve, poète, romancier et critique a entretenu une correspondance avec le directeur de La NRF, Jean Paulhan. Les éditions Claire Paulhan publient aujourd’hui un corpus de 149 lettres de Jouve et 19 lettres retrouvées de Paulhan qui ont échappé à la destruction de leur destinataire… lire la suite

Edito du 31 octobre 2006

Lettres intimes.
Entretien avec Anne-Marie Springer

Lettres d’amitié, d’amour, d’admiration, lettres adressées aux enfants, ce sont ces lettres à caractère privé qui concernent le quotidien et les sentiments qu’Anne-Marie Springer dévoile dans ce magnifique recueil édité par les Editions Textuel. De 1550 à 1987, de Diane de Poitiers à Marlène Dietrich en passant par Sade, Barbey D’Aurevilly, Apollinaire, Einstein ou Romain Gary… lire la suite

Edito du 29 septembre 2006

Conversation avec Stéphane Audeguy

Dans Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau prétend à un type de vérité, il expose sa vie, se livre, se confie en un plaidoyer pro domo. Cette écriture de soi a aussi une dimension plus universelle : Rousseau se pose, sous le regard de Dieu, en témoin de l’humanité et souhaite rétablir la vérité sur l’homme. Cependant, curieusement, lorsqu’il est question de son frère aîné François, il l’évoque de telle manière que le lecteur oublie son existence… lire la suite

Edito juillet-août 2006

Le journal de
David Perlov
"Diary" 1973-1983

David Perlov nait en 1930, au Brésil, à Rio de Janeiro. Il vient à Paris à l’âge de 22 ans pour étudier la peinture, puis se passionne pour le cinéma, rencontre Henri Langlois dont il devient l’assistant à la Cinémathèque Française, et participe au montage du film de Joris Ivens sur Marc Chagall. En 1958, après avoir réalisé son premier film Tante Chinoise et les Autres à partir des dessins en couleur d’une petite fille née à la fin du dix-neuvième siècle… lire la suite

Edito du 6 juin 2006

Hommage
à Albert Camus

Peu après la mort accidentelle d’Albert Camus, une édition de son oeuvre en deux volumes, établie par Roger Quillot, paraissait dans la "Bibliothèque de la Pléiade". Le premier volume (1962) préfacé par Jean Grenier, ancien professeur et ami d’Albert Camus rassemblait Théâtre, récits, nouvelles et le second volume (1965) était consacré aux Essais. Aujourd’hui, une nouvelle édition des OEuvres complètes est publiée grâce à Jacqueline Lévi-Valensi… lire la suite

Edito du 14 avril 2006

Jacques Rivière
& Valery Larbaud

La publication conjointe aux éditions Claire Paulhan de Notes pour servir à ma biographie (an uneventful one) de Valery Larbaud et la Correspondance Valery Larbaud & Jacques Rivière 1912 - 1924, nous en dit beaucoup sur le travail incessant et l’élaboration de l’oeuvre de Valery Larbaud, sur ses recherches et projets littéraires, ses batailles livrées pour défendre un auteur inconnu, sur la fabrication de La Nouvelle Revue Française renaissante et l’extrême vigilance et courtoisie de son directeur Jacques Rivière… lire la suite

Edito du 28 février 2006

"Blanche et Marie"
de Per Olov Enquist

La traduction française du dernier roman de Per Olov Enquist, Blanche et Marie, est parue récemment aux éditions Actes Sud. Journaliste, romancier, essayiste et dramaturge, Per Olov Enquist, suédois, né en 1934, compte parmi les grands auteurs de la littérature scandinave contemporaine. En 1969, il reçoit le Prix Littéraire du Conseil Nordique, pour L’extradition des Baltes, publié en France chez Actes Sud… lire la suite

Edito du 29 décembre 2005

Friedrich Nietzsche et Malwida von Meysenbug

Documents passionnants pour ceux qui s’intéressent à la vie du philosophe : les échanges épistolaires entre Nietzsche et Malwida von Meysenbug, publiés récemment pour la traduction française, aux éditions Allia, s’étendent de 1872 à 1889. Ils mettent en évidence les émotions de Nietzsche, ses espoirs, ses déceptions, les souffrances et maladies qui l’accompagnent toute sa vie, sa philosophie faite de passions… lire la suite

Edito du 15 novembre 2005

Mozart, Le manuscrit de Don Giovanni

Les éditions Textuel viennent de publier un ouvrage qui permet de feuilleter les plus belles pages de l’unique exemplaire autographe de la partition de Don Giovanni de Mozart. Ces pages, reproduites dans leur format d’origine, sont commentées par trois musicologues, Gilles Cantagrel, Catherine Massip et Emmanuel Reibel. Leurs textes éclairent avec précision la composition musicale et le contexte de l’opéra… lire la suite

Edito du 29 septembre 2005

Françoise Dolto
Correspondance 1938-1988

Muriel Djeribi Valentin vient de publier aux éditions Gallimard, le second volume de la correspondance de Françoise Dolto, Une vie de correspondances, 1938-1988. La sortie de cet ouvrage soutenu par la Fondation la Poste, est accompagnée d’une exposition au Musée de la Poste intitulée "Françoise Dolto en correspondances"… lire la suite

Edito du 30 juin 2005

100 ans de rencontres intellectuelles
de Pontigny à Cerisy

A l’occasion des cinquante ans du Centre culturel international de Cerisy, a été organisé, en août 2002, le Colloque S.I.E.C.L.E, 100 ans de rencontres intellectuelles de Pontigny à Cerisy, dont les actes viennent d’être publiés par l’IMEC. Les "Décades de Pontigny", instaurées par Paul Desjardins dès 1910, et soutenues par les membres de la première Nouvelle Revue française se sont poursuivies grâce à sa famille, sa fille, Anne Heurgon-Desjardins, puis ses petites filles, Catherine Peyrou et Edith Heurgon… lire la suite

Edito du 12 mai 2005

Matisse et Rouveyre

Le Sénat présente au Musée du Luxembourg une grande exposition consacrée à l’oeuvre tardive d’Henri Matisse, cette période que l’artiste qualifiait de "seconde vie". Hanne Finsen, Commissaire de l’exposition et ancienne directrice du musée d’Ordrupgaard à Copenhague, est à l’origine de ce projet… lire la suite

Edito du 7 avril 2005

Faune de Gaëlle Obiégly

Pas de "traces datées" dans Faune de Gaëlle Obiégly, mais une succession de fragments racontant chacun une expérience physique ou mentale, un souvenir d’enfance extraits du journal intime de l’auteur. Gaëlle Obiégly a "nettoyé", transformé son journal et livre une série de quatre-vingts tableaux dont les titres classés par ordre alphabétique, de l’agneau au zoo, rythment la narration fragmentaire… lire la suite

Edito du 25 février 2005

Proust vous écrira de Marie-Odile Beauvais

Marie-Odile Beauvais, auteur de cinq livres dont Discrétion assurée (Melville, 2003) qui raconte les affres de son premier roman paru chez Grasset en 1996, Les forêts les plus sombres, propose aujourd’hui avec Proust vous écrira, une lecture de la correspondance de l’écrivain… lire la suite

Edito du 20 janvier 2005

Andreï Tarkovski

Univers tissé de visions oniriques, de sensations, de souvenirs où le réel s’organise à travers la poésie, où la densité des images révèle la matière des objets, du temps, de la vie, l’oeuvre d’Andreï Tarkovski est singularité et splendeur. L’édition définitive de son Journal vient de paraître aux Cahiers du cinéma… lire la suite

Edito du 20 décembre 2004

Bruno Schulz

Bruno Schulz, artiste et écrivain de l’entre-deux guerres mondiales, est actuellement à l’honneur au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme avec une exposition intitulée "Bruno Schulz, La République des rêves". Cette exposition est organisée en collaboration avec le Musée de la Littérature Adam Mickiewicz de Varsovie, dans le cadre de Nova Polska, une Saison polonaise en France… lire la suite

Edito du 12 novembre 2004

Napoléon Bonaparte

La Fondation Napoléon, avec le concours des Archives de France et de la Fondation La Poste, vient de publier aux éditions Fayard le premier tome de la Correspondance générale de Napoléon. Lancé en 2001 et dirigé par Thierry Lentz, le projet éditorial a pour objectif de rassembler quelque 37 000 lettres issues de collections publiques et privées, françaises ou étrangères, qui seront réparties en douze volumes… lire la suite

Edito de septembre 2004

Retour des amours perdues de Yehoshua Kenaz

En cette rentrée littéraire 2004, un roman de Yehoshua Kenaz, Retour des amours perdues, traduit de l’hébreu par Sylvie Cohen, est paru aux éditions Stock. Une occasion de rencontrer son auteur, né en 1937, et considéré comme un des représentants les plus importants de la littérature israélienne contemporaine. Traducteur, notamment de Flaubert, Stendhal, Balzac, Montherlant et de la quasi totalité des romans de Georges Simenon, Yehoshua Kenaz a obtenu pour l’ensemble de son oeuvre le prestigieux "Bialik Prize" en 1995… lire la suite

Edito du 16 avril 2004

René Char

"Le loup, c’est son double. Une part intime et nocturne de lui-même. Un éclaireur". Ainsi commence L’Eclair au front, la première biographie consacrée à René Char. Un récit de Laurent Greislamer, journaliste au Monde et auteur du Prince foudroyé, la vie de Nicolas de Staël… lire la suite

Edito du 29 janvier 2004

Henri Michaux

Henri Michaux, écrivain, peintre, voyageur, "l’homme aux mille hôtels", le "combattant de l’ombre" qui refusait la "défaite du quotidien", s’appliquait à ne laisser aucune trace derrière lui, excepté des traces et signes qui s’établissent fugitivement sur la toile, des taches d’encre noire, des formes en mouvement et des mots sous tension… lire la suite

Edito du 5 décembre 2002
Marcel Moreau, Corpus Scripti
Prix Wepler-Fondation La Poste 2002

Par Nathalie Jungerman

Marcel Moreau a écrit quarante-deux livres et Corpus Scripti, paru en octobre dernier aux Éditions Denoël, vient d’être couronné par le Prix Wepler Fondation La Poste 2002… lire la suite

Edito du mai 2002

Hommage à Henri Calet

On meurt aussi le 14 juillet, au son des bals, quand l’air est tiède et le dernier soupir absurde. Henri Calet (vous connaissez ?) est mort ainsi, en 1956, à Vence, vers 3 heures du matin, frappé au coeur, à 52 ans. C’était un écrivain. Ne cherchez pas son nom dans le Petit Larousse ni dans le Grand, si vous en avez les moyens. Il n’y dort pas entre Ambrogio Calepino et Giuseppe Caletti : quinze livres merveilleux, ce n’est pas assez pour y mériter trois lignes… lire la suite